Energies renouvelables : le nucléaire s’y met aussi

Les grands groupes producteurs d’électricité d’origine nucléaire sont nombreux à investir dans d’autres énergies décarbonées comme le solaire et l’éolien. A travers le monde, ceux-ci multiplient les partenariats et les prises de participation dans de nouveaux projets et s’imposent progressivement comme des acteurs majeurs du secteur

Sur le même sujet

CGN, le géant nucléaire chinois devenu leader des énergies renouvelables en Europe

China General Nuclear Power (CGN) est l’un des acteurs les plus important du secteur nucléaire chinois, mais il est aussi un investisseur majeur dans les énergies renouvelables à l’international. En juillet dernier, un mois après avoir démarré le premier réacteur EPR du monde à la centrale de Taishan en Chine, l’entreprise publique chinois a annoncé avoir acquis 75% des parts du projet éolien de North Pole à la pointe nord de la Suède. Avec une capacité installée de 650 MW, North Pole deviendra le plus grand parc éolien d’Europe lors de sa mise en service fin 2019.

Entre 2014 et 2017, l’entreprise publique chinoise a investi plus d’un milliard d’euros dans plusieurs sites européens. Mi-2018, CGN disposait ainsi d’un portefeuille de 1 000 MW de capacités éoliennes et solaires en Europe, notamment en Irlande, au Royaume-Uni et en Belgique où le groupe possède le plus grand parc éolien du pays à Estinnes, d’une capacité de 81 MW. La France, où est basée sa filiale européenne CGN Europe Energy, est aussi l’un des terrains d’investissement privilégiés du groupe chinois, où celui-ci est devenu le 6e producteur d’énergies renouvelables.

Le russe Rosatom affirme ses ambitions dans l’éolien

Né de la réunion de 300 entreprises de la filière nucléaire russe en 2007, le consortium public Rosatom est le premier constructeur mondial de centrales nucléaires de dernière génération, avec 40 réacteurs en construction ou en phase d’étude en Russie et dans douze autre pays. Le géant russe veut aussi tirer parti de la croissance de l’éolien. Via sa société affiliée JSC NovaWind créée en 2017, Rosatom s’est associé avec le néerlandais Lagerwey, spécialisé dans les turbines d’éoliennes, à travers une joint-venture baptisée Red Wind fondée en novembre de la même année. Les activités de la co-entreprise se concentrent sur la localisation de production et la création de parcs éoliens. D’ici 2022, Rosatom ambitionne de fabriquer ainsi 388 éoliens de pointe, d’une capacité de 2,5 MW et de 4,5 MW. Le consortium ambitionne ainsi d’atteindre une capacité installée de son portefeuille de 970 MW pour détenir 43% du marché russe de la production d’électricité d’origine éolienne.

Exelon est devenu le 12e producteur d’énergie éolienne aux Etats-Unis

L’américain Exelon possède 22 des 100 réacteurs installés aux Etats-Unis, ce qui fait de lui le plus grand opérateur de centrales nucléaires dans le pays. En parallèle, le groupe américain a renforcé ses capacités dans l’éolien depuis le rachat des parcs éoliens de Deere en 2010. Exelon opère aujourd’hui 43 parcs éoliens dans 11 Etats, et est aujourd’hui le 12e plus grand producteur d’énergie éolienne aux Etats-Unis avec une capacité installée de 1,6 GW.

EDF, un portefeuille de plus de 12 GW d’énergies renouvelables

EDF, qui opère 73 réacteurs nucléaires dans le monde dont 58 en France, a créé dès 2004 sa filiale EDF Renouvelables pour développer son portefeuille d’énergies renouvelables. La stratégie CAP 2030 du groupe français dévoilée en mai 2017 vise à porter ses capacités renouvelables au-delà de 50 GW d’ici 2030.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.