Rénover l’éclairage des bâtiments tertiaires

Rénover l'éclairage des bâtiments tertiaires
Rénover l'éclairage des bâtiments tertiaires

Le Syndicat de l’éclairage et l’ADEME, en partenariat avec huit autres organismes professionnels, se sont associés pour éditer ce guide de 44 pages. Il présente l’essentiel des informations techniques, règlementaires, ergonomiques, économiques, utiles pour programmer et réussir la rénovation de l’éclairage d’un bâtiment.

Sur le même sujet

Rénover l’éclairage des bâtiments tertiaires est publié par l’ADEME dans la collection Clés pour agir, il s’ajoute aux nombreux documents consacrés à la qualité et l’efficacité énergétique de l’éclairage que le Syndicat de l’éclairage et l’ADEME réalisent de concert depuis bientôt vingt ans, démontrant qu’industrie et écologie ne sont pas antinomiques. Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment durable, en a signé l’avant-propos.

Dans la première édition de 2011, il était très peu question de LED. Aujourd’hui, par ses performances énergétiques, sa longue durée de vie et son aptitude à la gestion, l’éclairage LED dépasse de loin tous les appareils à tubes fluorescents ou lampes halogènes d’alors. Mais ces luminaires obsolètes éclairent encore nos bâtiments, avec des consommations excessives, des inconforts et l’impossibilité d’y associer des automatismes.

Ce guide est un document de référence pour que la modernisation des installations d’éclairage, citée dans le plan de Relance, contribue aux objectifs de transition énergétique, et dans le cadre de l’application du décret obligations de rénovation dans le tertiaire, mais aussi dans toutes les opérations diffuses de rénovation qui ne sont pas visées par ce décret.

Rénover l’éclairage s’avère une des opérations les plus rentables sur le plan énergétique, à très court terme, et durablement. La réduction des consommations électriques dues à l’éclairage dépasse fréquemment 50 %. Les capteurs et automatismes obligatoires, souvent intégrés aux luminaires, sont de plus en plus simples et rapides a mettre en œuvre, grâce aux solutions sans fil. On peut rénover seulement l’éclairage car c’est une action à gain rapide, comme l’a rappelé France relance pour la “modernisation des systèmes d’éclairage”. La rénovation des usages thermiques comme le chauffage ou l’isolation peut se faire plus tard. De plus, les exigences de prise en compte de la lumière du jour et de la présence, que la RT par élément a rendues obligatoires dans toute rénovation en non résidentiel, sont atteignables simplement grâce à la technologie LED.

Les économies d’énergie et financières sont accompagnées de nombreux co-bénéfices, en termes de santé visuelle, de sécurité, d’amélioration des conditions de travail et de bien-être, de valorisation du bâti, qui sont aussi a mettre au crédit d’un projet de rénovation bien conçu. Enfin, la flexibilité apportée par l’électronique autorise à envisager désormais le réseau d’éclairage comme vecteur principal de la gestion de données et de l’intelligence du bâtiment.

La signature de ce guide par l’ensemble des partenaires de la filière professionnelle constitue la meilleure validation  et conforte sa légitimité auprès de la maîtrise d’ouvrage publique ou privée, qui dispose ainsi d’informations à jour, fiables, consensuelles, et vérifiées par les autorités.

Le guide est téléchargeable sur le site du Syndicat de l’éclairage et de l’ADEME ainsi que de tous les partenaires : AFE, CAPEB, ecosystem, FDME, FEDELEC, FFIE, IGNES, SERCE.

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.