3 questions à Alexandre Chaverot

Notre intérêt est d’avoir des installateurs électriciens de terrain compétents

Alexandre Chaverot
Président de Avidsen

Agé de 46 ans, il est le président d’Avidsen depuis juillet 2007. Auparavant il était Directeur général Adjoint d’ADI Gardiner, premier distributeur européen de matériel de sécurité (7 ans).

Sur le même sujet

Agé de 46 ans, il est le président d’Avidsen depuis juillet 2007.  Auparavant il était Directeur général Adjoint d’ADI Gardiner, premier distributeur européen de matériel de sécurité (7 ans).

Quelle est votre stratégie ?
La volonté d’Avidsen est de vulgariser la domotique. Pour l’ouvrir au plus grand nombre, nous utilisons des technologies éprouvées. Nous vendons nos produits essentiellement en grande distribution. Notre seul objectif est d’offrir des produits sans fil, simples à installer, faciles à appairer. Il faut le minimum de paramétrage pour le premier niveau d’accès. Grâce à la synthèse vocale, l’utilisateur n’a qu’à cliquer sur l’interface et cliquer sur le produit afin de le mettre en service. En clair, notre credo est de simplifier l’installation au maximum tout en offrant le meilleur service. On récupère les retours de notre hotline, on améliore les notices techniques, les fiches utilisateurs et les produits. Avec Blyss produit pour Castorama, nous n’avons rien inventé, nous avons rassemblé en une seule offre toute notre connaissance à un prix accessible. Quand on regarde tous les protocoles existants à ce jour, nul ne sait lequel va émerger. Il faut du plug & play. Le prix moyen d’un module Zwave est de 59€ quand Blyss est à 19€. Nous avons donc pris le parti de déployer notre solution avec notre protocole propriétaire à l’instar de Somfy ou Deltadore. Tout le monde veut domotiser pour gérer des fonctions à distance qu’elles soient de chauffage ou d’éclairage. Blyss est très simple d’accès. Cependant, pour créer des scénarii, il est nécessaire de se poser les bonnes questions et comprendre ses besoins. L’électricien est le lien avec le client final. Une fois, le premier cercle des technophiles atteints, nombreux seront ceux qui appelleront leur électricien pour l’installer. Notre intérêt est d’avoir des installateurs électriciens de terrain compétents. Pour l’utilisateur, le produit est simple mais la scénarisation l’angoisse. A terme le véritable rôle d’Avidsen est de monter des modules de formation domotique à dispenser aux électriciens courant fort et courant faible. Pour l’instant, c’est encore un projet embryonnaire.

Pourquoi fabriquez-vous des produits sous licence ?
Le cœur historique d’Avidsen est la motorisation de portail et le portier vidéo. Néanmoins, force est de constater que la marque Avidsen n’a pas à ce jour de réelle résonance auprès du grand public, et n’est connu que du seul microcosme de spécialistes. La gamme Thomson Security et la marque  Blyss pour Castorama sont des demandes émanant soit du marché soit directement des clients dont nous étions déjà partenaires. Ils recherchaient chacun une solution accessible pour pénétrer le marché de la domotique grand public. De son côté, Avidsen a besoin pour se développer de rassurer sur sa marque et sur ses compétences. La stratégie de Castorama est de proposer ses propres produits sous sa marque distributeur. Thomson avait la volonté de construire sous sa marque une offre domotique. Il était naturel dans un rapport gagnant-gagnant que nous fabriquions leurs produits sous licence. Le socle de notre stratégie est basé sur les objets intelligents. Je considère que les opérateurs de téléphonie ont encore besoin de fidéliser leurs clients et pour cela, il ne leur reste plus qu’à ajouter la couche domotique à la box internet. Le prix des composants va encore diminuer et ils seront  peut être à terme directement installés dans la box. Aujourd’hui, le business model n’est pas encore viable mais il peut le devenir rapidement.

Beaucoup critiquent ces box domotiques comme étant sans avenir car peu évolutives.
C’est vrai que l’évolutivité n’est pas illimitée comme un système KNX. Mais c’est un peu le syndrome Excel. A quoi bon avoir un logiciel extrêmement puissant quand au final on ne se sert que de 5% des fonctions. Il faut préciser que les produits Avidsen savent déjà faire beaucoup de chose tels que du délestage, gérer l’éclairage, remonter les données énergétiques. Ces fonctions suffisent au plus grand nombre et couvrent largement les besoins à 5 ans. Dans la construction neuve, nos solutions répondent à tous les besoins. C’est dans la rénovation, que cela se complique car la seule limite est la distance entre les accessoires, quoique l’installation de répéteurs résolve ce problème. Mais aujourd’hui, personne ne sait ce que sera la domotique dans 5 ans et quelles seront les évolutions matériels et logiciels.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte