Innovation Algopack : le plastique à base d’algue brune

Étendue d'algues brunes sur les rochers de Ploumanac, dans le Trégor, en Bretagne. 2014 ©Maïlys Kerhoas

Algopack innove dans la création d’un plastique alternatif et durable à base d’algues noires. Les premiers produits arriveront sur le marché dès 2016.

Sur le même sujet

Ses valeurs traditionnelles bretonnes et son expérience en tant qu’ancien cadre de l’industrie plastique l’ont amené à trouver une solution alternative du plastique pétrole. Rémy Lucas, fondateur et Président d’Algopack a eu l’idée de faire de l’algue la matière première d’un plastique durable. « Une partie de l’innovation d’Algopack a été de trouver une molécule naturelle dans l’algue qui se comporte comme les molécules utilisées dans les matériaux pétro-sourcés habituels », affirme-t-il. En plus d’être un principe original qui vise à utiliser ce que la mer offre lors des marrés basses, l’innovation est 100% naturel et respectueuse de l’environnement « on ne rajoute aucun plastifiant ou aucun autre produit, le matériau Algopack est composé à 100 % de cette molécule d’algues », précise-t-il. Pour les premières applications du projet, les algues brunes ont été utilisées. Actuellement, elles sont cultivées sur une surface de 12 hectares, 145 nouveaux hectares sont prévus d’ici 2015, à 2,5 km au large des côtes de Saint Malo.

Une solution qui relève un potentiel mondial

Des tests ont déjà été lancés au Japon, aux Etats-Unis et en Irlande pour vérifier la compatibilité des algues avec le procédé utilisé sur la matière française. Si le projet est mené à bien, les algues choisis seront celles déjà présente localement sur les zones. Des unités de production seront déployer à proximité de la ressource. « Dans de nombreux pays, la filière pêche souffre, il y a aussi des zones où le poisson commence à se raréfier. Des pays sont en train de réfléchir à la diversification des filières pêches pour faire travailler les pêcheurs qui restent à quai. Développer des filières d’algues permet d’apporter des solutions à l’emploi tout en respectant la biodiversité des zones », analyse le fondateur d’Algopack.

L’entreprise propose deux matériaux, l’Algoblend, composé à moitié d’algues et de plastique et l’Algopack, composé à 100% d’algues. Ce dernier avoisine les 500 tonnes de production en 2015 et a pour espoir les 2 000 tonnes en 2016. Actuellement, l’Algopack se développe sur les petits marchés tel que l’horticulture, les pots à bougies ou à crayon… La production est encore faible car le matériaux ne possède pas encore l’aptitude alimentaire. Cependant, elle relève de grands intérêts. En fin de vie, l’Algopack est biodégradable et compostable. « La matière se dégrade en 12 semaines en terre. Cela permet de retrouver l’une des fonctions historiques de l’algue : c’est un fertilisant naturel ». Le prix de l’Algoblend est plus cher que le plastique basic. Celui de l’Algopack est similaire, avec une tonne vendue à 1200€.

Une production respectueuse de l’environnement aquatique
L’utilisation des algues brunes facilite une croissance très rapide, possédant la facilité à capter le C02 qu’elles transforment ensuite en sucre pour grandir, elles ne rejettent que de l’oxygène dans la mer. « On n’utilise ni pesticides, ni engrais, très peu d’eau, alors que beaucoup de «bio-matériaux» issus de ressources agricoles telles que le maïs ou la canne à sucre sont consommateurs d’engrais, de pesticides, d’eau et empiètent sur le foncier agricole », évoque Rémy Lucas.

Les algues grandissent en écloserie, en partenariat avec la société C-WEED Aquaculture. « Au bout de 3 semaines environ, les algues sont mises en mer sur de grandes cordres, comme des lignes de piscine et sont tenues par des bouées à la surface », explique Rémy Lucas. Les algues peuvent alors se développer par photosynthèse. Pour la récolte, il suffit de retirer les cordes de l’eau et de couper les algues. « Il n’y a aucune opération de nettoyage : les cordes sont mises à sécher dans des champs, les algues pourrissent et les cordes peuvent ensuite être réutilisées », poursuit-il. La zone de culture fait partie de la zone Procoq, entièrement dédiée à la protection de la ressource en coquillages. Les algues sont cultivités en semi-surface et les pécheurs ont déjà pour projet de placer des naissains de coquilles Saint-Jacques sous la culture. « L’intérêt des pêcheurs est d’avoir une zone balisée grâce à la culture d’algues, car elle est interdite à la pêche et à la navigation, De plus, l’algue a un atout : elle capte le CO2 et renvoie de l’oxygène dans l’eau, ce qui favorise le plancton et donc le développement de nourriture pour les coquillages » se réjouit-il. 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte