Salon IBS 2015 : entretien avec Jean-Pierre Viannay, directeur du développement des partenariats pour le groupe Legrand France

Jean-Pierre Vianney, directeur du développement des partenariats pour le groupe Legrand / Crédit photo : groupe Legrand

A l’occasion du salon IBS 2015, Filière3e a posé trois questions à Jean-Pierre Vianney, directeur du développement des partenariats pour le groupe Legrand en France, pour en savoir plus sur leurs projets professionnels à venir, et sur leurs intentions en matière d’efficacité énergétique et d’innovations technologiques.

Sur le même sujet

IBS 2014, IBS 2015: Quels sont les fondamentaux de vos marchés qui ont changé ?

Depuis 12 mois, on perçoit une véritable accélération de la transformation digitale dans le secteur du bâtiment.  Plus que jamais, le bâtiment vit sa propre transformation numérique, poussée par la notion de systèmes connectés.
On est en train de passer d’une infrastructure purement électrique à une infrastructure électrique et numérique qui se doit d’être communicante, pilotable à distance et ouverte. Le terme connecté recouvrait hier la notion de pilotage à distance ou via Smartphone. Depuis ces 12 derniers mois, on voit apparaître la notion de produit connecté à un autre produit. Si un bâtiment connecté avec l’extérieur permet de s’ouvrir à tout un champ de services qui vont produire de la valeur, il faut aujourd’hui ajouter à cela la notion de connexion des applications entre elles au sein du bâtiment, générant alors de nouveaux usages pour utilisateurs.

Des exemples de solutions dans le logement et le tertiaire ?

Chez Legrand, nous proposons des solutions smart, ce qui revient à mettre à disposition notre langage pour qu’elles soient pilotées par d’autres. Par exemple, les solutions domotique MyHome sont pilotables depuis 2007 par smartphone y compris via des appli développées par des sociétés tierces. Un produit qui n’est pas de chez Legrand est aujourd’hui capable, via IP, de recevoir et d’envoyer une information pour piloter nos systèmes domotiques, ce qui jusqu’à présent n’était pas possible.
Pour le tertiaire, nous avons des solutions similaires. Nous sommes très impliqués sur le lighting control avec nos solutions d’éclairage. Nous faisons le choix aujourd’hui de protocoles comme KNX pour le filaire ou Zigbee pour le sans fil, standards de communication internationaux, qui nous permettent déjà de faire parler nos applications avec un nombre très important de fabricants. Mais aujourd’hui grâce à l’ouverture de ces systèmes via des interfaces IP, il devient aussi possible de s’interfacer avec d’autres solutions de management du bâtiment, qui utilisent des protocoles de communication différents.


Comment Legrand s’implique-t-il en termes d’ouverture ?

Legrand a décidé d’être interopérable. L’approche mono-fabricant, en silo, verticale est désormais dépassée. Avant, vous aviez une solution smart pour la partie GTB, une solution smart pour la partie électrique, une solution smart pour l’ascenseur, mais chacune en silo, avec un protocole, voire un fabricant propre. Aujourd’hui, nous sommes dans une approche horizontale, communicante, multi fabricants, multi industrie.
Depuis plusieurs années, sur nos solutions smart home, nous mettons à disposition notre langage, sur protocole IP ou sommes capables d’intégrer les langages d’autres fabricants. Cette opération sera très prochainement facilitée avec la possibilité de fournir des API Legrand et d’intégrer des API tierces, y compris pour une communication cloud to cloud. A un autre niveau, nous travaillons aussi avec des fabricants, au sein des différentes alliances sur un même langage commun d’interopérabilité. Par exemple, au sein de la plateforme Confluens ou au sein de l’alliance Allseen, pour permettre une interopérabilité certes entre fabricants de la filière électrique mais aussi pour s’ouvrir au monde du multimédia, de l’électroménager, de l’électronique grand public.


Quelles sont vos évolutions majeures pour 2016 ?

Sur l’efficacité énergétique, nous lançons le nouveau Système sans fil de gestion active de l’énergie, offre connectée, idéale pour le tertiaire en rénovation, pour identifier les principaux postes de dépenses d’énergie et agir ensuite de manière manuelle ou automatisée, en local ou à distance. Nous continuons à améliorer nos gammes de mesure et affichage de consommation. Nous poursuivons également l’amélioration de nos solutions de lighting control. Pour le résidentiel neuf, nous allons développer de nouveaux vidéoportiers connectés via IP et qui intégreront la fonction affichage des consommations.  Sur le domaine du smart home en rénovation, l’offre sans fil MyHome Play, se voit dotée d’une toute nouvelle interface IP/Zigbee et d’une nouvelle appli android et IOS, permettant à la fois le pilotage par smart phone ; et l’ouverture du système via l’IP.
Enfin, un point d’actualité important chez Legrand : nous venons de lancer fin juillet le programme ELIOT (Electricité IoT). Il s’agit d’un programme qui vise à accélérer les offres connectées du groupe. L’objectif de ce programme Eliot est d’accélérer le développement et d’insuffler une dynamique de communication des équipements Legrand. C’est un programme mondial, transversal aux business units à l’intérieur du groupe, qui touche toutes les équipes et toutes les marques. Notre objectif est de doubler d’ici 2020 le nombre de familles de produits connectables qui représentent déjà aujourd’hui un CA de 200 millions d’Euros.

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte