Selon l’ADEME et la New Energy Outlook l’économie sera verte d’ici 2040

La nouvelle ère économique sera basée sur l’utilisation des énergies renouvelables. Les conclusions des derniers rapports de l’ADEME et du « New Energy Outlook 2016 » confirme cette tendance.

Sur le même sujet

Les études de Bloomberg New Energy Finance essayent chaque année de traduire par des chiffres, l’avenir énergétique mondial. Dans son rapport publié le 16 juin, le groupe américain prévoit l’essor des énergies renouvelables dans le mix énergétique. « Les prix du gaz et du charbon vont rester bas, mais cela n’empêchera pas la transformation fondamentale du système électrique mondial dans les prochaines décennies vers les énergies renouvelables comme l’éolien et le solaire », expliquent les auteurs. Pour eux, 7 800 milliards de dollars seront investis dans le secteur des énergies renouvelables dans le monde d’ici 2040. A l’instar des énergies vertes, les énergies fossiles verront leurs budgets descendre à 2 100 milliards de dollars.

 

Au cœur du mix énergétique de demain

Selon le rapport « la population mondiale devrait augmenter d’1,5 milliard pour arriver à 8,8 milliards de personnes en 2035. Ces évolutions dans le monde traduisent d’un besoin supérieur en énergie puisque la consommation va augmenter de 34% entre 2014 et 2035 ». Des perspectives qui poussent le système énergétique à muter vers les énergies renouvelables afin de répondre à la demande citoyenne. Malgré l’affaiblissement du coût du charbon et du gaz, la dé-carbonisation de la courbe économique est enclenchée. « Les énergies renouvelables grandissent rapidement, leurs parts devraient quadrupler dans le système énergétique d’ici 2035 » précisent les études. Le solaire et l’éolien constitueront 64% des énergies vertes présentes dans le mix énergétique, avec une part d’investissement estimée à 11 milliards de dollars. Dans les pays émergents, notamment en Afrique et au Moyen-Orient, le développement des énergies vertes devrait être multiplié par 8 atteignant la moitié du mix énergétique (55%) d’ici 2040. « La baisse du coût des énergies solaires et éoliennes devant chuter de 25% à 40% d’ici 20 ans », les énergies renouvelables s’affirment comme énergie du futur, face aux énergies fossiles.

Les énergies renouvelables : facteur d’emplois

Selon la dernière étude de l’Agence pour l’environnement et la maîtrise de l’énergie (Ademe), publiée le 30 juin, les énergies renouvelables favoriseraient la croissance économique et l’emploi en France. Selon elle, le déploiement des énergies propres d’ici 2050 permettrait de gagner 3,9% de PIB et serait créateur de plus de 900 000 emplois. Le revenu des ménages pourrait aussi atteindre les 3 300 euros par habitants. La boucle locale prévue par le système économique durable pourrait réduire le taux du chômage de 3%. Cette statistique encourageante ne pourra être réelle seulement si les investissements ne sont pas revus à la hausse de 7 à 9% en moyenne entre 2016 et 2050 soit un taux de 1 056 milliards d’euros.

Malheureusement, pour les pays ne faisant pas partie de l’OCDE (l’Organisation de coopération et de développement économique), les centrales à charbon continueront d’être utilisée en raison de l’absence de législation. Le pic d’émission de gaz à effet de serre devrait être atteint en 2027 : les bénéfices énergétiques effectués par l’Union européenne, les Etats Unis et la Chine vont être compensées par les émissions rejetées par l’Inde et l’Asie du Sud-est, pays émergent en plein développement. Cependant, le ralentissement économique chinois bénéficierait à l’économie verte dès 2040.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte