3 Questions à Jean-François Penciolelli, directeur Secteur Public de GFI Informatique

GFI Informatique est une entreprise de services du numérique, éditrice de logiciels. Implantée dans toute la France mais aussi en Europe du Sud et en Europe de l’Est, GFI intervient sur toute la chaîne de valeur, pour accompagner ses clients dans leur projet de transformation numérique. Depuis 20 ans, GFI développe une offre globale Secteur Public et propose aux collectivités des outils de suivi pour toutes les fonctions de gestion. Jean-François Penciolelli, directeur du secteur public, nous détaille la stratégie du groupe sur ce marché.

Sur le même sujet

En quoi consiste l’offre Secteur Public,
proposée par GFI Informatique ?

Depuis 20 ans, nous proposons une offre complète de logiciels de gestion, couvrant tous les champs d’activité des collectivités territoriales. Au départ, cette offre allait de la gestion financière aux ressources humaines, mais elle couvre aujourd’hui presque tous les domaines de la ville : transports, gestion technique, fiscalité, services urbains, action sociale… A partir de cette offre réglementaire, notre objectif est aujourd’hui de proposer une offre mettant citoyens, élus et agents dans une relation plus forte avec un outil équivalent à un logiciel de CRM, transposé aux communes et à ses habitants. Cette offre s’intègre aussi avec des applications mobiles et des réseaux sociaux pour rendre cette relation plus adaptée aux attentes des citoyens. Enfin, en complément de ces offres réglementaire et relation citoyen, nous proposons des systèmes d’analyse de données pour améliorer la performance des services urbains et l’adéquation entre l’offre des collectivités et la demande des citoyens et des entreprises. Notre offre s’articule donc autour de 3 objectifs majeurs : digitaliser la ville en dématérialisant un ensemble de procédures administratives, inciter à l’interaction sociale en donnant accès à l’information et à l’échange entre citoyens d’une collectivité et optimiser l’utilisation des infrastructures urbaines avec un objectif d’efficacité et de réduction des coûts. Ces trois axes sont essentiels à l’émergence de la « Smart City ».

De quelle manière souhaitez-vous vous positionner auprès des collectivités ?

Notre volonté est de nous présenter comme une régie de données : nous concentrons les données disponibles à l’échelle d’une commune ou d’une intercommunalité pour les analyser et établir des actions d’optimisation. Nous souhaitons que les villes se réapproprient ces données en rétablissant le dialogue avec les différents opérateurs qui ne souhaitent pas partager leurs informations. Nous cherchons donc à développer des partenariats avec ces acteurs incontournables. Nous souhaitons tout d’abord développer un partenariat public-privé sur les données publiques (Opendata) dans l’optique de les rendre accessibles à l’ensemble des acteurs des collectivités (élus, services techniques, régies, citoyens…). Cela permet aux décideurs d’avoir un meilleur aperçu sur les dépenses publiques de leur commune et aux citoyens d’avoir accès à l’ensemble des informations relatives aux services qu’ils utilisent. Pour nous rémunérer et ainsi assurer un service de qualité aux utilisateurs, nous pensons instaurer une taxe sur l’utilisation de ces données, ou faire payer le traitement et l’interface de traitement/visualisation des données par les usagers sous forme d’abonnement et d’indexer la facturation du service pour les communes sur la base des économies réalisées.

Quels sont vos objectifs pour l’année à venir concernant votre offre Secteur Public ?

Le premier objectif est de faire gagner des parts de marché à notre offre Secteur Public. Quand je suis arrivé à sa tête il y a maintenant 2 ans, cette entité générait 120 millions de chiffre d’affaires sur un total de 1 milliard pour toutes les activités de GFI et ce chiffre doit croitre plus vite. Il est très difficile de briser l’inertie de certains acteurs du secteur public. Notre objectif serait donc de trouver les bons leviers pour générer une croissance de 100 millions d’euros supplémentaire sur l’offre « Smart Cities ». Cette année nous souhaitons donc étoffer cette offre en y ajoutant les composantes « Smart Lighting » et « Smart Water ». Nous souhaitons également déployer notre offre globale au sein d’une collectivité, afin de prouver aux différents acteurs l’efficacité de nos solutions.

Propos recueillis par Alexandre Arène

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte