Interview : François-Xavier Jeuland FFDomotique

Président de la Fédération française de domotique et dirigeant de NT Conseil.
Diplômé de l’INSA (Institut national des sciences appliquées), il intervient en tant que consultant indépendant auprès des collectivités, des promoteurs, des bailleurs, des architectes, des fabricants, des installateurs et des particuliers

Sur le même sujet

Diplômé de l’INSA (Institut national des sciences appliquées), il intervient en tant que consultant indépendant auprès des collectivités, des promoteurs, des bailleurs, des architectes, des fabricants, des installateurs et des particuliers. Après une carrière dans les secteurs du numérique, du multimédia et des télécoms au sein des Bell Labs et chez AT&T notamment, il se spécialise dès 2002 dans l’intégration des technologies innovantes dans le bâtiment. Il est l’auteur du livre « La Maison communicante – Réussir son installation domotique et multimédia » (4e édition – Eyrolles). François-Xavier est également Ambassadeur auprès de la Smart Building Alliance.

Vous venez d’organiser la convention annuelle de la FFDomotique. Quels enseignements en tirez-vous ?
FX Jeuland – Tout d’abord, on peut dire que le sujet de l’habitat connecté pour tous intéresse plus que jamais. Plus de 200 professionnels ont pu confronter leur vision respective et échanger sur les perspectives du marché pour 2017. Comme chaque année, la Convention a alterné entre discussions en groupes de travail, forums collaboratifs, conférences, tables rondes, visites de showrooms, démonstrations et énormément de moments partagés en toute convivialité. De nombreux adhérents comme AV Industry, B&W Group, Casanova, EDF, Giga-Concept, Mobotix, Nodon ID-RF, Protect France, Sowee, Switchiteasy, Theben ou Vivoka ont pu présenter leurs innovations et recueillir le retour des domoticiens. L’adhésion récente de Bosch Smart Home, Loewe ou TP-Link démontre notre vision à 360 degrés et c’est tout ce qui fait la légitimité de la Fédération française de domotique.

Qu’est-ce que la domotique précisément ?
FX Jeuland – Pour nous, la domotique c’est la convergence des équipements issus de 12 filières généralement isolées et qui, pourtant, doivent communiquer ensemble dans l’habitat. Pour répondre à nos besoins de confort, d’efficacité énergétique et de sécurité et ainsi, faire front aux enjeux de société majeurs que sont le vieillissement de la population, les nouveaux usages du numérique et l’efficacité énergétique de nos quartiers… Les filières concernées sont l’automatisme, la sécurité, l’électricité, la ventilation, le chauffage, l’énergie, les télécoms, l’informatique, l’audiovisuel, l’électroménager, l’autonomie et le bâtiment. La domotique doit permettre de nous simplifier la vie au quotidien.

Vous avez fondé la FFDomotique en 2012, quel bilan feriez-vous aujourd’hui ?
FX Jeuland – Notre ambition réaffirmée, après quatre ans d’existence, est de devenir un observatoire indépendant et de développer le concept de « logement connecté pour tous ». Les premières années nous ont permis de nous positionner, de démontrer notre capacité à faire bouger les choses et à véhiculer une image positive, dynamique et professionnelle du secteur. Maintenant que nous sommes installés dans le paysage, nous allons continuer à être force de proposition, à favoriser l’émergence de nouveaux métiers et faciliter les synergies entre industriels, distributeurs, opérateurs, sociétés de services, professionnels du bâtiment, organisations professionnelles, associations de consommateurs, médias spécialisés et, plus globalement, tous ceux qui sont intéressés par l’avenir du smart home en France.

Pourtant, le bâtiment est encore structuré par lots ou chacun vit sa vie ?
FX Jeuland – Plus pour longtemps. La maquette numérique, le BIM, va obliger tous les corps de métiers intervenant dans la construction à échanger. Il ne sera plus possible d’ignorer l’entreprise qui passe après vous. Les réunions de chantier impliqueront tout le monde et chaque retard ou modification de produit sera répertorié et notifié. Cela ne se limitera pas à la maquette numérique 3D en phase de conception/construction d’un bâtiment, mais constituera sa « carte vitale » durant toute sa vie, avec les notions de supervision, de tableau de bord, d’optimisation, de carnet d’entretien et de suivi de maintenance. Une vision transversale du bâtiment est nécessaire et c’est ce que prône la FFDomotique depuis quatre ans. Les choses évoluent très vite et de nombreux secteurs, comme la promotion immobilière par exemple, sont en train de généraliser le déploiement de logements connectés. En tant que telle, la connectivité intéresse peu. Ce sont les services associés qui plaident en la faveur de la domotique. On l’a bien vu lors de notre Convention à travers tous les témoignages des chercheurs d’EDF, de Covea, l’assureur, de Mohammed Malki, consultant expert du « bien vieillir », de Delta Business, spécialiste du marketing, d’Alain Kergoat, spécialiste Smart Cities, d’HXperience, startup dans l’énergie, d’Immotek l’intégrateur, de Vincent Gufflet, directeur des services de Darty et de Jean-Raymond Hugonet, conseiller régional Île-de-France et maire de Limours, ainsi que René Trégouët, sénateur honoraire qui, tous, ont milité pour une nouvelle vision de la domotique basée sur les services.

Concrètement, quels sont les travaux que vous menez ?
FX Jeuland – Nos experts travaillent sur de nombreux sujets, notamment ceux susceptibles de déverrouiller le marché. Les discours médiatiques se focalisent souvent sur les risques et peu sur les bénéfices induits. Près de 64 % des personnes interrogées* disent vouloir disposer des fonctions et d’objets connectés, mais ne savent pas à qui s’adresser. C’est pourquoi nous organisons, grâce à nos membres répartis sur tout le territoire national, dans les Drom-Com et les pays francophones, des séances de coaching domotique dans les salons régionaux. C’est encore un travail d’évangélisation, car les gens n’imaginent pas tous les services que peut leur apporter une maison connectée. Nous œuvrons également à rassurer les consommateurs en travaillant, par exemple, sur un baromètre du marché ainsi que sur un label qui certifiera les installateurs professionnels disposant des compétences nécessaires pour accompagner et satisfaire les utilisateurs sur le long terme. Ces 200 professionnels sont répertoriés dans l’annuaire accessible sur le site ffdomotique.org avec tous les détails sur leur expérience, leurs formations, leurs certifications et leurs domaines d’expertise : sécurité, énergie, multimédia, maintien à domicile…

Vous parlez du maintien à domicile. En quoi la domotique peut-elle être utile aux plus âgés ?
FX Jeuland – L’étude Promoletec/Credoc 2016 nous apprend que 94 % des logements des personnes âgées ne sont pas adaptés au maintien à domicile, alors même que 55 % seraient prêts à investir dans la domotique pour favoriser leur autonomie ou celle de leurs proches. Concilier domotique et services à la personne constitue une réponse très efficace aux défis posés par le vieillissement de la population. La perte d’autonomie peut survenir très vite. Notre déficit public est abyssal, l’État ne pourra pas accueillir le 4e âge dans des maisons de retraite parce qu’il n’a pas les moyens de les financer et que de toute façon les intéressés eux-mêmes souhaitent rester le plus longtemps possible à leur domicile. Toute une économie du service pour les seniors se constitue. Philippe Metzenthin, notre expert Silver economy, explique souvent que la technologie, les objets connectés et les plateformes constitueront une innovation de rupture dans le secteur des Services à la personne (SAP). L’offre technologique amène de la valeur ajoutée à l’intervention humaine auprès des personnes à leur domicile. Les acteurs des SAP ont pour eux la connaissance fine des besoins au quotidien des clients au sein de ce lieu si particulier qu’est le domicile. Si l’assemblage de l’intervention humaine et de la technologie paraît pertinent, autant au regard de l’optimisation de la qualité que de la recherche d’efficience du coût du service pour le rendre accessible au plus grand nombre, pour autant, celui-ci doit s’installer dans le cadre d’une collaboration étroite entre les acteurs concernés bien en amont de la mise sur le marché.

Quels sont les messages pour motiver les gens d’intégrer la domotique chez eux ou dans leur entreprise ?
FX Jeuland – En complément du smartphone qui, depuis dix ans, a ouvert une nouvelle ère de la domotique, c’est maintenant l’intelligence artificielle qui va nous permettre de démocratiser le logement connecté. Comme les voitures, nos maisons vont devenir autonomes pour nous simplifier la vie, nous rassurer et optimiser nos consommations d’énergie. Mais ce n’est pas le nombre d’objets connectés qui détermine la valeur d’un smart home ou d’un smart building, c’est la pertinence de sa conception et la qualité des services rendus : optimiser ses consommations sans réduire son confort, être prévenu d’une fuite en sachant que l’arrivée d’eau a été coupée, savoir si les enfants sont bien rentrés à la maison, savoir nos anciens en bonne santé et être prévenu d’éventuelles anomalies dans leur quotidien… La domotique n’est pas (encore) totalement sécurisée ni « plug & play », il faut savoir s’entourer de fournisseurs de services et de professionnels compétents pour en tirer bénéfices en toute sérénité sur le long terme.

Pages : 1 2

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte