Interview de Bruno Lafitte – Commerces : l’éclairage comme valeur ajoutée

© DR

Bruno Lafitte, ingénieur ADEME, a supervisé la brochure « Rénovation de l’éclairage des commerces de centre-ville » réalisée avec la participation de 11 autres organismes (1), spécialistes de la filière éclairage. Il détaille ici les enjeux énergétiques et explique la valeur ajoutée par une bonne qualité de lumière en termes de confort, de bien-être, de respect de l’environnement mas aussi de marketing.

Pourquoi l’ADEME a-t-elle choisi le thème de l’éclairage des commerces ?

Après avoir publié les brochures sur les bureaux et les locaux scolaires, la rénovation dans le tertiaire, et sur les parties communes d’immeubles résidentiels et tertiaires, il nous a semblé essentiel, avec nos partenaires de traiter l’éclairage des commerces, et d’expliquer que « plus on éclaire, plus on vend » repose sur un principe erroné. Il faudrait plutôt dire que « l’éclairage aide à mieux vendre » et, s’il est bien réalisé, contribue à réduire les consommations d’énergie. Celles-ci peuvent représenter jusqu’à 60 % de la facture d’électricité dans certains commerces.

Quels sont les enjeux et les besoins qu’il faut prendre en compte ?

L’éclairage fait partie intégrante des mises en valeur des produits et de l’acte de vente tout comme de l’acte d’achat, il participe à l’identité du lieu.

Il faut savoir attirer, et retenir, le client, mais aussi procurer une lumière confortable et ergonomique tant pour le consommateur que pour les employés du magasin. Les produits – lampes, luminaires, systèmes de gestion – répondent à ces besoins. Avant toute chose, il est préférable d’établir un diagnostic qui permettra de prendre conscience du poids de l’éclairage dans les coûts d’exploitation.

Comment faut-il procéder lorsqu’on décide de rénover l’éclairage ?

À chaque étape correspond un professionnel qui saura guider l’exploitant. Une fois le diagnostic établi, un bureau d’études, un concepteur lumière ou un installateur, élabore le projet d’éclairage qui tient compte des caractéristiques de l’installation et des textes réglementaires en vigueur.

Quelle est justement la règlementation dans ce domaine ?

Outre les textes réglementaires relatifs à la rénovation (arrêté du 3 mai 2007) et aux bâtiments neufs (RT2012) il faut mentionner l’arrêté du 25 janvier 2013 qui a fait couler beaucoup d’encre ! En fait, il s’agit de bon sens : le texte stipule que « l’éclairage nocturne doit être éteint une heure après la fin de l’occupation des locaux. » Quant aux vitrines, elles peuvent rester allumées jusqu’à 1 h du matin, voire plus tard, soit une heure après que l’activité ait cessé si celle-ci se prolonge au-delà de minuit. Des dispositifs très simples permettent la programmation de l’extinction aux heures creuses. À noter d’ailleurs qu’il existe aujourd’hui des systèmes automatiques qui offrent la possibilité de créer ambiances lumineuses différentes et génèrent en même temps d’importantes économies de consommation.

Ces systèmes de gestion ne sont-ils pas onéreux ?

L’investissement en vaut la peine si l’on réfléchit en coût global. Dans la brochure, nous avons donné un exemple solution basique/ solution performante avec un différentiel d’investissement de 8 690 e. Les économies annuelles réalisées sur les coûts d’exploitation se montent à 3 586 e. Le surinvestissement est amorti en 30 mois ! Sans compter qu’un éclairage dynamique constitue un véritable atout pour la mise en valeur des produits.

———————————————————————————-

Bruno Laffitte est expert éclairage et environnement électromagnétique à l’ADEME. Au-delà des ses missions d’expertise telles que les certificats d’économie d’énergie ou l’établissement de règlement européens, il conduit une politique volontariste d’encouragement d’une filière d’éclairage durable de qualité en France, avec des opérations de soutien aux projets de R&D pour les LED et le financement de thèses sur les OLED, ainsi que le recours à la lumière naturelle en mettant en avant ses impacts positifs sur la consommation, le confort et la santé. En éclairage public, il se concentre sur la diffusion à grande échelle des solutions d’économie d’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *