Éclairage urbain

©Jean-Yves soëtinck, L’Acte lumière
©Jean-Yves Soëtinck, L’Acte lumière

Éclairer juste… ou Juste éclairer ?

Lumière et matériel : une signature esthétique

La lumière peut représenter un formidable atout pour les villes, du petit village à la grande métropole, en passant par les villes moyennes, les concepteurs lumière le savent bien : la lumière contribue à créer une identité propre à la municipalité. En dehors des mises en lumière du patrimoine, que nous ne traitons pas ici, les matériels d’éclairage deviennent de plus en plus souvent un moyen d’assurer l’identification de la ville.

(©Xavier Boymond). Pour la mise en valeur du front de mer et des voiries de La Ciotat, Aubrilam a sélectionné une teinte spécifique pour le mât bois Dôme-Dôme Maîtrise d’ouvrage : La Ciotat MPM Maître d’œuvre : Enveo Ingénierie
(©Xavier Boymond). Pour la mise en valeur du front de mer et des voiries de La Ciotat, Aubrilam a sélectionné une teinte spécifique pour le mât bois Dôme-Dôme
Maîtrise d’ouvrage : La Ciotat MPM
Maître d’œuvre : Enveo Ingénierie

Ainsi, les fabricants adaptent, voire fabriquent des luminaires à la demande des designers et concepteurs lumière qui eux-mêmes répondent à la demande des élus comme le montre l’exemple de la place Darcy à Dijon avec le Boréal créé par Laurent Fachard, et modifié par Jean-Yves Soëtinck (voir article Réalisations en éclairage urbain).

Les luminaires ne sont pas les seuls à faire l’objet de toutes les attentions. Le mât se décline dans plusieurs matériaux, différentes couleurs, ose des courbes, renferme l’électronique, et s’émancipe des «poteaux» figés dans un garde-à-vous austère. À l’instar de la gamme Ceramic créée par Marc Aurel pour Technilum ou encore Aubrilam qui propose un nuancier complet pour ses gammes bois.

©Valmont
©Valmont

Tout comme Valmont qui a conçu une gamme d’objets décoratifs et/ou fonctionnels pensés pour s’intégrer aux mâts existants ou neufs et permettre ainsi la qualification des espaces publics ou privés. Pour le fabricant de mâts, « aujourd’hui le support d’éclairage ne doit plus être considéré comme un mobilier ou comme un équipement, mais comme un élément de projet, lié à une typologie d’éclairage et à une morphologie urbaine. Il doit dorénavant jouer un rôle diurne et nocturne, créer des ambiances lumineuses, offrir des services aux citadins et interagir avec son environnement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *