Éclairage urbain

©Jean-Yves soëtinck, L’Acte lumière
©Jean-Yves Soëtinck, L’Acte lumière

Éclairer juste… ou Juste éclairer ?

Sur le même sujet

Faire rimer dynamique avec économique

Après la « mode » du sur-éclairage est venue la période du sous-éclairage. Alain Chardigny, PDG de Selux, en convient : « Ce passage du tout ou rien a conduit à une réflexion sur le rôle de l’éclairage urbain, en particulier avec des systèmes de gestion que nous avons pu développer dès que les performances des LED ont atteint une certaine maturité. »

©Xavier Boymond. Rivedoux, Île de Ré. Selux

©Xavier Boymond. Rivedoux, Île de Ré. Selux

En effet, intégrés ou non aux luminaires, ces dispositifs permettent de faire varier la température de couleur, l’intensité, la couleur, et de bénéficier d’un éclairage modulable, adapté aux flux des voies.

Chez Philips, par exemple, LumiMotion est un système d’éclairage intelligent basé sur des capteurs de mouvement et applicable aux parcs et quartiers résidentiels. Il détecte l’endroit exact qui nécessite un éclairage lumineux tard le soir/tôt le matin. En l’absence d’activité dans une zone déterminée, l’éclairage s’atténue jusqu’à 10 %. En revanche, le moindre mouvement rétablit immédiatement l’intensité d’éclairage maximale. « La plupart des villes, qui ont installé ces dispositifs LumiMotion pilotes dans les rues, les parcs et autres espaces publics, enregistrent des économies d’énergie supérieures à 75 % », explique Christophe Bresson

Eclatec, de son côté, a développé des brevets de systèmes associant détecteur de présence et calculateur d’abaissement. La détection permet de repasser à pleine puissance pendant un temps donné, y compris pendant les plages d’abaissement. Les plages et niveaux d’abaissement sont pré- programmés en usine à l’aide d’un ordinateur.

©Citeos Aubinges. Vinci Energies

©Citeos Aubinges. Vinci Energies

Citéos, la marque Lumière et Équipements urbains de Vinci Énergies, regroupe 70 entreprises intervenant en conception, réalisation, maintenance et gestion globale des installations, et gère 650 000 points lumineux pour environ 115 communes. Xavier Albouy, son directeur, est formel : « Pour maintenir les performances d’une installation d’éclairage public, il est primordial d’avoir une vision globale du parc et de mettre en place des systèmes automatiques de gestion. Nous disposons d’outils intelligents pour ce faire, il ne devrait plus subsister de frein aux rénovations en éclairage public. »

Éclairage à LED, panneaux d’information connectés, télédétection de présence… les Français plébiscitent un éclairage et des équipements intelligents en ville. À l’occasion du Salon des Maires et des Collectivités Locales, Citeos, a révélé les résultats de son étude, menée avec l’Ifop, sur le rapport des Français à l’éclairage et aux équipements urbains. En effet, 92 % des Français s’inscrivent pour les LED et luminaires à détection de présence.

©Antoine Monié. Dans le cadre de son contrat avec la ville de Chartres, Citéos a rénové 58 % des luminaires vétustes et adapté l’éclairage aux usages et aux quartiers avec l’installation d’un système de supervision et de télégestion au point lumineux.

©Antoine Monié. Dans le cadre de son contrat avec la ville de Chartres, Citéos a rénové 58 % des luminaires vétustes et adapté l’éclairage aux usages et aux quartiers avec l’installation d’un système de supervision et de télégestion au point lumineux.

Ce consensus reflète une prise de conscience partagée, qui associe équipements intelligents dans la ville, services et économies d’énergie. En effet, les deux mesures préconisées par les Français pour baisser le budget éclairage des communes sont, dans l’ordre, la modernisation de l’éclairage urbain pour le remplacer par des équipements qui consomment moins d’énergie (40 % des citations), puis l’adaptation de l’éclairage en fonction des heures et de l’affluence en ville (28 %), loin devant l’option d’éteindre complète- ment l’éclairage public après une certaine heure (12 %).

« L’éclairage public est un poste de dépense important pour les mairies. Il représente en moyenne plus de 40% des dépenses d’électricité. Pour réduire la consommation d’énergie et la pollution lumineuse dans les rues, tout en répondant aux impératifs de confort et de sécurité des citoyens, Citeos met à la disposition des maires un ensemble de techniques et de services qui participent à rendre la ville plus belle, plus durable et plus efficace. L’éclairage à la demande ou encore la télédétection sont de plus en plus prisés et la tendance “smart lighting” s’accentue, dans une logique d’innovation durable », a déclaré Xavier Albouy.

Cette note d’optimisme semble confirmer l’amorce d’une prise de conscience générale qui, avec les événements à venir, l’Année internationale de la lumière, la conférence Climat de Paris 2015 (COP21), devraient mettre l’éclairage et ses performances au premier plan des débats.

Pages : 1 2 3 4 5 6 7

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.