Le Gimélec, agitateur d’électrons !

Luc Remont, président du Gimélec et directeur général Schneider Electric France

Le Gimélec, « Groupement des industries de l’équipement électrique, du contrôle-commande et des services associés », est le syndicat professionnel des entreprises qui développent et fournissent des solutions électriques et d’automatismes à destination des marchés de l’énergie, du bâtiment, de l’industrie, des data centers et des infrastructures.
Ce syndicat représente les intérêts d’un secteur industriel majeur de l’économie nationale, au cœur d’enjeux de première importance tels que le développement durable et la transition énergétique ou le déploiement de l’usine 4.0.

Le Gimélec relaie auprès de ses membres « l’intégralité des informations et réglementations, qu’elles soient d’ordre communautaires ou par secteur, ainsi que les enjeux qui en découlent. » Le « Winter package » de la Commission européenne figure parmi ces enjeux traités en 2016. Ce « paquet hiver », composé de propositions législatives sur l’énergie, doit permettre de réduire la dépendance de l’Union vis-à-vis des importations d’énergie et de lutter contre le changement climatique. Un « paquet » qui contient des propositions relatives à l’efficacité énergétique du bâtiment tertiaire, sujet qui concerne éminemment le Gimélec. La normalisation constitue un cheval de bataille et pas le moindre, « nos actions, nous permettent d’avoir à l’échelle nationale, européenne et internationale, une homogénéité d’équipement qui garantit une évolution qualitative de nos marchés et une montée en gamme. » Cette mission, le Gimélec, l’assure par sa pré- sence dans les commissions et comités pertinents, « une centaine environ », et une veille sur les sujets stratégiques émergents : industrie du futur, codes réseaux, normalisation environnementale etc.

En 2017, le Gimélec compte accélérer le déploiement des solutions développées par ses membres « par une démarche plus forte et plus complète qui passera par un réseau d’alliances. » Le marché Energie, par le truchement de l’association « Think Smart Grids », promouvra la modernisation des réseaux d’électricité grâce aux « Smart Grids », ces systèmes électriques capables de maintenir une fourniture d’électricité efficace, durable, économique et sécurisée. Le marché Industrie, quant à lui, compte s’appuyer sur la mise en place d’outils opérationnels qui « permettent de dé- ployer la proposition de valeur « Industrie du futur » jusqu’aux PME / ETI, via « l’Alliance Industrie du Futur. »

Cette alliance, dont le Gimélec est membre fondateur, réunit des organisations professionnelles de l’industrie et du numérique, des partenaires académiques et technologiques sous une même bannière et un même projet : migrer le tissu industriel national vers les nouveaux systèmes, vers « l’usine 4.0. » Une alliance qui fait sens pour les entreprises adhérentes, ces dernières sont « toutes fortement exportatrices, et vont partout où il y a des marchés », mais c’est en France « qu’elles réalisent une large part de leur R&D et s’effectuent leur premier déploiement commercial ». Aussi, « s’assurer que la France continuera d’être un marché primordial du développement des data centers, des réseaux énergé- tiques intelligents ou encore des bâtiments connectés sera un marqueur de succès de nos actions présentes et à venir. »

Olivier Durand

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.