Dossier : Éclairage des gares

gares
© AREP. Photographe : Didier Boy de la Tour, Gare de Bordeaux Saint-Jean, hall 1 (juin 2017) – Architectes : Jean-Marie Duthilleul, François Bonneflle, Étienne Tricaud

Éclairage des gares : Interview d’Antoine Cathelot, architecte, AREP et d’Isabelle Le Saux, directrice du design, AREP – Gare de Monaco (Citylone) – Gare Bordeaux Saint-Jean – Gare de Turin Porta Nuova (iGuzzini) – Gares d’Antonypôle et de Massy-Opéra (Concepto)

Sur le même sujet

D’espaces de transition où les moments passés ne laissaient qu’un souvenir furtif, les gares sont devenues de véritables lieux de vie, comme le souligne Isabelle Le Saux, directrice design, AREP, dans l’introduction à ce dossier. Plus le train a pris de la vitesse et plus les voyageurs ont pris le temps de se poser dans les halls d’attente, pour se restaurer, lire, patienter en guettant les panneaux d’information. En parallèle, de nouvelles gares émergent pour accueillir les trains LGV tandis que d’autres connaissent une seconde vie, via de grands travaux de rénovation. Dans tous les cas, la lumière se retrouve au premier plan, qu’elle s’intègre dans un plan urbain plus large, qu’elle s’inscrive dans une signature architecturale ou encore qu’elle serve de guide aux voyageurs.

SÉQUENÇAGE ET SENSORIALITÉ

AREP, fliale de la SNCF, est une agence internationale et interdisciplinaire qui compte environ 1 000 collaborateurs, réunit les compétences de six métiers : architecture, urbanisme, design, ingénierie, conduite d’opération et la programmation, avec en filigrane la question de la lumière dans toutes ces spécialités. Des gares aux parvis, en passant par les quartiers, jusqu’à la ville et aux territoires, l’agence travaille sur toutes les échelles de projet et dans des univers très diversifiés.

En quoi la lumière est-elle interdisciplinaire ?
Isabelle Le Saux – Notre ADN nous permet de porter des regards croisés sur la lumière poure xprimer les intentions, les problématiques d’usage, les mises en valeur d’un lieu et l’amélioration de son usage. Travailler sur l’éclairage est un dialogue permanent entre des éclairagistes experts et des intentions globales qui apporte une dimension riche et sensible au projet. Dans le cadre de notre collaboration avec des personnes handicapées, j’ai été amenée à échanger un jour avec quelqu’un d’aveugle. Cette expérience m’a permis d’ouvrir le champ de la sensorialité afin de faire mieux comprendre certains choix ; par exemple, j’ai fait installer des « boîtes à lumière » avec des températures de couleur de 3 000 K et 4 000 K pour jouer sur différentes nuances et montrer aux exploitants et maîtres d’ouvrage cette sensibilité. Car au-delà de sa fonction de base, à savoir orienter, diriger, informer, assurer la sécurité des déplacements, la lumière doit rendre le lieu agréable et attractif via un séquençage dynamique.

Vous créez donc une sorte de parcours lumière ?
Isabelle Le Saux – Oui, mais pas seulement, car de nombreux projets concernent des installations existantes et la lumière dans ce cas met en valeur l’architecture du bâtiment. Au début de l’activité d’AREP, il y a une vingtaine d’années, l’éclairage était homogène, très plat, avec une uniformité d’éclairements dans tous les espaces. Seules comptaient l’efficacité et l’uniformité. Séquencer le parcours par l’architecture et par la lumière reste essentiel aujourd’hui. Ce temps de mobilité dans les gares n’est plus un moment entre parenthèses. Petit à petit, le regard a changé et l’idée de qualité de ce moment est revenue. La lumière permet de donner des dimensions, des volumes et des usages différents à ces espaces que le voyageur s’approprie de plus en plus en demandant davantage de confort, ce qui nous a conduits à requalifier la lumière dans les gares.

Peut-on parler d’une charte lumière ?
Antoine Cathelot – Nous avons défini une charte, mais elle n’a pas pour vocation de se substituer au projet de chaque gare. Je parlerais plutôt d’un guide, avec des grands principes à mettre en œuvre pour des questions d’économies, de rationalité, voire de maintenance, et également de cohérence. Tout simplement aussi pour des questions pratiques : la charte est mise à jour et permet notamment d’éviter de rechercher à chaque fois les normes ou la réglementation en vigueur. De plus, elle offre l’opportunité de partager nos convictions sur le parcours des voyageurs et de tirer les bonnes pratiques des expériences passées, mais j’insiste sur le fait que chaque projet doit comprendre sa propre étude d’éclairage.

Comment, alors, réinventer la lumière pour chaque gare ?
Antoine Cathelot – La technologie des LED et la miniaturisation des appareils ont ouvert bien des perspectives en nous offrant une plus grande liberté de conception. Comme les consommations sont bien moindres, il devient possible d’éclairer un bâtiment entier sans dépenser beaucoup d’énergie. En parallèle, les gares sont devenues de véritables lieux de vie qu’on s’attache à rendre plus agréables et confortables. Elles constituent aussi un patrimoine bâti que l’on peut mettre en valeur avec des luminaires discrets qui ne dénaturent pas la vision d’ensemble de l’architecture, et faire appel à des automatismes pour obtenir des nuances de blanc ou des changements de couleur, et ce, avec des sources pérennes.
Isabelle Le Saux – Réinventer la lumière passe également par la création de designs
qui marquent l’identité d’un bâtiment ou qui accompagnent les personnes dans leurs déplacements. Une forme adaptée à une architecture, un luminaire original destiné à une zone de repos participent à l’amélioration de l’espace et du bien-être du voyageur.

•••

GARE DE MONACO : UNE GESTION DE L’ECLAIRAGE SIGNEE CITYLONE 

© Citylone – Maître d’ouvrage : SNCF – Architecte : AREP –
Matériel d’éclairage : Éclatec – Gestion de l’éclairage : Citylone

La gare de Monaco accueille près de 7 millions de voyageurs chaque année et 100 trains quotidiens. Pour améliorer l’accueil du public et garantir l’exploitation pérenne et le bon fonctionnement de la gare, une grande rénovation de l’éclairage a été réalisée en 2018. Toutes les sources lumineuses ont été remplacées par des luminaires LED, contrôlés pour permettre une modification de l’éclairage en fonction du passage des trains, mais également selon la hauteur des luminaires, pour éviter l’éblouissement des conducteurs.
L’installation comporte 6 contrôleurs de segment installés dans les armoires, qui pilotent pas moins de 600 contrôleurs d’éclairage au point lumineux Citylone, SL21-EDA-ECS-M-T. Ces contrôleurs Citylone permettent de gérer la gradation de chaque point lumineux, et de connaître l’état de fonctionnement de chaque luminaire.
Le point fort de cette installation ? La gestion de l’éclairage a été totalement intégrée à la gestion technique du bâtiment (GTB) existante, et offre à l’exploitant la possibilité d’avoir une seule et même interface pour gérer à la fois le bâtiment et l’éclairage. L’installation est aujourd’hui complètement  opérationnelle, les contrôleurs Citylone sont gérés directement depuis la GTB. L’intégration, réalisée par la société ASI, facilite l’utilisation et permet de régler précisément le paramétrage depuis la GTB pour obtenir un résultat le plus satisfaisant possible.

•••

REAMENAGEMENT ET EXTENSION
DE LA GARE DE BORDEAUX SAINT-JEAN

Gare de Bordeaux Saint-Jean, secteur Belcier – La facade du parking P3 et le parvis de nuit (juin 2017) © AREP. Photographe Didier Boy de la Tour
Maîtrise d’ouvrage : SNCF Gares & Connexions – Maîtrise d’œuvre : SNCF Gares & Connexions, Agence Duthilleul, AREP – Architectes : Jean-Marie Duthilleul, – Étienne Tricaud, François Bonneflle
Matériels d’éclairage : Artemide, Erco, iGuzzini, Thorn, Zumtobel

La Gare de Bordeaux Saint-Jean présente désormais deux visages radicalement différents, selon que l’on y accède par son entrée historique ou par le hall 3 édifié pour l’arrivée
de la LGV. L’ancienne gare, édifice imposant, perpendiculaire à la Garonne, est dotée d’une façade classique due à l’architecte Marius Toudoire (1852-1922) et coiffée d’une immense verrière, aujourd’hui rénovée, qui est la plus grande de France. Les halls 1 et 2 totalement réaménagés offrent fluidité et confort aux espaces. Afin d’apporter plus de transparence et de convivialité, l’éclairage, l’organisation des espaces et les matériaux ont été soigneusement pensés : banquettes confortables sur parquet de bois, garde-corps et parois des commerces vitrés dans le hall 1. L’identité de la gare inspirée de la région bordelaise redonne du lien entre tous les espaces (hall 1, 2 et nouvel accès hall 3).

© AREP. Photographe Didier Boy de la Tour – Le passage reliant le hall 1 et le hall 2 (juin 2017).

Les circulations entre les différents halls deviennent de réelles transitions. Les nouveaux espaces d’attente ponctuent l’ensemble des halls et proposent aux voyageurs des assises confortables, tandis qu’un espace de jeux pour les enfants et une répartition des informations permettent d’attendre son train en toute tranquillité.
Hall 1, le nouvel éclairage met en valeur les verrières et la carte historiques. Une horloge monumentale  dotée d’un éclairage circadien (la température de couleur de la lumière évolue lentement en fonction de la lumière du jour) vient compléter l’ensemble.
Hall 2, la pose d’un parquet à bâton rompu dans la continuité du salon, ainsi que la refonte complète de l’éclairage par des gorges lumineuses, la suppression de poteaux masquant l’accès au niveau inférieur, offrent une meilleure lecture de l’espace.

© AREP. Photographe Didier Boy de la Tour – Gare de Bordeaux Saint-Jean, hall 1 – KIT « espace enfant » et l’espace d’attente connecté (juin 2017).

Dans les espaces d’attente, un éclairage doux et chaud apporte une ambiance plus intimiste, créant des bulles de calme à proximité directe des flux de voyageurs. Enfin, la lumière anime et sensibilise des espaces moins évidents comme les souterrains, couloirs de transition entre deux halls. La lumière souligne les aménagements et redonne à lire les espaces. L’ensemble du projet a nécessité la pose de 38 projecteurs à LED d’une durée de vie de 50 000 heures, 180 m linéaire de LED de couleur chaude de 3 000 K, 114 appareils à LED.
Le hall 3, côté quartier Belcier, présente de vastes espaces, clairs et aérés. Le parking en gradins, élément le plus élevé du projet, est situé en retrait par rapport à la rue afin de créer un parvis dans le prolongement du mail arboré. Véritable vitrine de la gare, le hall 3 crée un espace de vie, lumineux et accueillant, dans lequel voyageurs et habitants du quartier sont appelés à se croiser. L’éclairage intérieur a été réalisé entièrement en LED à l’aide d’encastrés dans les plafonds suspendus et de projecteurs disposés sur les colonnes du hall et orientés vers les zones de repos.

•••

GARE DE TURIN PORTA NUOVA PAR iGUZZINI

© iGuzzini. Photographe Paolo Carlini – Maître d’ouvrage : Grandi Stazioni SpA – Architecte : Marco Tamino – Conception lumière : Citelum

© iGuzzini. Photographe Paolo Carlini – Maître d’ouvrage : Grandi Stazioni SpA – Architecte : Marco Tamino – Conception lumière : Citelum

 

© iGuzzini. Photographe Paolo Carlini

La gare de Turin Porta Nuova date de 1861, année du début des travaux dirigés par l’ingénieur Alessandro Mazzucchetti. Le projet alliait rigueur fonctionnelle et monumentalité pour respecter les caractéristiques des autres bâtiments de la place Carlo-Felice. Aujourd’hui, Turin Porta Nuova, troisième gare italienne, occupe une position stratégique dans le tissu urbain ; elle fait partie du projet « Grandi Stazioni » (Grandes Gares) qui s’est achevé en 2016 avec le nouvel éclairage. L’architecte Marco Tamino prévoyait de gros travaux de restauration des espaces existants pour mettre en valeur les sols, les vitrages, les enduits et les particularités d’architecture. Les surfaces destinées aux services de voyage, à la restauration, aux shopping et loisirs ont été considérablement étendues. Les parcours piétonniers, les parkings, les lieux d’arrêt des transports en commun qui affluent ici ont été totalement repensés pour rationaliser tout le système des trajets. Le porche sur la via Sacchi a été libéré de la présence des voitures et, avec l’installation de parois vitrées transparentes, il est devenu un lieu de grand intérêt architectural ouvert aux voyageurs et aux citadins. Le nouvel éclairage des façades, œuvre de Grandi Stazioni, souligne l’aspect monumental du bâtiment, fait ressortir les détails et éléments forts de la construction, qui rappellent la beauté diurne de la gare. Les lignes horizontales de la façade sont marquées par des Underscore InOut et par des Linealuce Compact, tandis que certains éléments comme les médaillons le long de la balustrade au sommet de l’édifice et les coquilles à la hauteur du grand lanterneau central sont éclairés par des Trick et des Glimcube. Une attention particulière a été accordée à l’éclairage du porche, qui reprend le rouge de la façade et alterne des zones à plafond plat à d’autres avec coupoles, dont la profondeur est mise en évidence par des Underscore InOut et par des projecteurs iPro. Les arcades du porche sont soulignées par des faisceaux de lumière de Linealuce Compact installés au-dessus du chapiteau des piliers quadrangulaires. Un système de gestion permet de créer des scénarios colorés, mais réservés cependant à certaines occasions comme la Fête de la République, avec émission de blanc, rouge et vert, ou la fête de saint Jean-Baptiste, patron de la ville. Le concept d’éclairage a par ailleurs dû tenir compte des normes en vigueur en matière de réduction de la pollution lumineuse, en recourant à des optiques d’une grande précision pour concentrer la lumière sur les objets à éclairer, en évitant ainsi toute dispersion dans des directions indésirables. L’autre aspect à prendre en compte était lié à l’économie d’énergie, garantie par l’utilisation d’appareils à LED avec drivers DALI, et favorisée par le système de commande KNX, qui, utilisé de façon optimale, a fait en sorte que cette intervention obtienne une mention spéciale dans le cadre du prix KNX 2016 Italie (6e édition).

•••

DEUX GARES DU GRAND PARIS PAR CONCEPTO

Dans le cadre du Grand Paris, Concepto s’est vu confier la mise en lumière de sept gares (voir ici), dont celles d’Antonypôle et Massy-Opéra (architecte : Ateliers 2/3/4), avec Fanny Soulard, conceptrice lumière et chef de projet.

© Architectes : 2/3/4 – Gare du Grand Paris Antonypôle – Architectes : Ateliers 2/3/4 – Conception lumière : Concepto

La gare d’Antonypôle s’insère dans le périmètre du projet d’aménagement « Inventons la Métropole », futur pôle de croissance à la programmation mixte et qualitative d’espaces résidentiels, de commerces et d’entreprises de la pointe sud de la ville. La gare forme un nœud de connexion entre l’îlot Gare, à vocation majoritairement résidentielle, et l’îlot Sud, à vocation métropolitaine. Cette bipolarité se retrouve dans les ambiances lumineuses chaleureuses, en harmonie avec l’aménagement paysager. En soirée, l’éclairage résiduel intérieur agrémente par effet de contraste une nouvelle perception des activités de la gare. L’apport principal de lumière naturelle dans le hall provient de la verrière, tandis qu’aux niveaux inférieurs, des parois vitrées latérales prennent le relais. L’ensemble des circulations horizontales ainsi que les espaces d’accueil et d’information bénéficient d’un éclairage artificiel pour compléter les flux de lumière naturelle lorsque c’est nécessaire, et adoucir les ombres portées, tout en signifiant l’emplacement d’un espace important. Les volumes en porte-à-faux du premier étage intègrent une ligne lumineuse qui accompagne les voyageurs jusqu’au puits de descente, alors qu’un éclairage ponctuel offre un éveil lumineux sur les espaces de services, d’accueil, ainsi que la ligne de contrôle. « Chaque gare est identifée par un matériau propre, ici, la terre cuite, explique Fanny Soulard. Ainsi, le concept d’éclairage prolonge le geste architectural et notamment la dynamique du module de la maille en terre cuite, qui devient l’élément guide du voyageur tout au long de son parcours, induisant une déclinaison d’effets lumineux qui s’adaptent en fonction de la progression au cœur de la gare. La lumière est soit projetée, soit indirecte ou encore insérée dans le parement de la façade. Les scénarios lumineux placent la terre cuite comme élément éclairé et éclairant, passif en journée et au rez-de-chaussée, actif en soirée et aux niveaux inférieurs. » Ainsi, un rétroéclairage de la terre cuite, depuis les volumes hauts de la gare, crée des projections au sol et anime le parvis par un jeu d’ombres colorées, alors qu’un éclairage indirect dans le hall principal révèle les sous-faces de la maille. À l’intérieur, des dalles lumineuses intégrées au calepinage de la maille (reprenant l’exacte dimension d’un module) accompagnent le voyageur jusqu’aux quais, où le même système sera intégré aux parois intermédiaires et fond de quai. « L’ensemble de ces dispositifs, associé à l’apport de lumière naturelle, assure les niveaux d’éclairement nécessaires et interagit avec l’intensité de la lumière de la ville en modulant la puissance des luminaires », précise Fanny Soulard. Le projet prévoit d’intégrer un système de gestion qui pilote automatiquement l’installation, entre autres les variations de température de couleur. « Par exemple, poursuit Fanny Soulard, en cohérence avec les caractéristiques de la céramique, l’alternance entre des teintes blanches aux reflets colorés pâles et des nuances ocre prendra place dans les espaces animés, suivant des scénarios diurnes et nocturnes bien précis. » Ainsi, les variations de blancs seront privilégiées pendant la journée tandis que les nuances ocre seront plutôt présentes la nuit, mettant en valeur par un ton abricot les sous-faces de la maille.

La gare de Massy-Opéra, dans le respect de la charte lumière (développée par Coup d’Éclat pour le Grand Paris), asservit l’éclairage artificiel à la lumière naturelle. Les deux principaux matériaux mis en œuvre dans la gare sont les plaques de teinte cuivrée et la pierre bleue. Les plaques métalliques sont mises en valeur avec douceur par une lumière naturelle douchante et enveloppante, afin de ne pas dénaturer la richesse de leurs nuances.

© Concepto, Schéma de principe d’éclairage, gare Massy-Opéra.

Un éclairage artificiel diffusant et rasant prend le relais en soirée et souligne les lignes esthétiques de ce même matériau. Dans la descente vers les quais, cette coulée cuivrée révèle peu à peu des ouïes, sorte d’incisures dans la peau intérieure lisse, ouvrant des modelés aux parois verticales et enrichissant les jeux d’irisations et de reflets. Ces ouïes passent d’éléments éclairés à des éléments éclairants en intégrant des strips LED qui viennent s’animer sur un jeu de variations coordonné avec un rythme propre à l’activité de la gare, celui de la densité des trains.

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.