Intermarché de Saint-Cyprien (42) : Lumières à tous les rayons

© Sermes, Maître d’ouvrage : Intermarché, Saint-Cyprien (Loire) – Installateur : HDP Bâtiment – Solution d’éclairage : Sermes Lamdalux
© Sermes, Maître d’ouvrage : Intermarché, Saint-Cyprien (Loire) – Installateur : HDP Bâtiment – Solution d’éclairage : Sermes Lamdalux

Dans le cadre d’un changement de direction, l’Intermarché de Saint-Cyprien a subi une complète rénovation, un « remodeling ». Tout le supermarché a été refait et le mobilier changé. L’éclairage constituait un enjeu important, tant pour la consommation d’énergie que le confort des clients. L’installateur HDP Bâtiment a fait appel aux solutions d’éclairage de Sermes Lamdalux.

Sur le même sujet

Intermarché de Saint-Cyprien, situé à l’entrée sud-ouest de la ville, couvre une surface totale de 2 500 m². À son arrivée en 2017, Patrice Guillemaut reprend la direction du supermarché et décide d’emblée de rénover complètement le magasin. En effet, celui-ci commence à montrer un peu partout des traces d’usure et de vétusté, tant en ce qui concerne l’architecture du bâtiment que son agencement. Seule solution aux yeux du responsable : procéder à la rénovation complète du bâtiment, ce qui implique nécessairement de changer le mobilier et par conséquent l’éclairage. « Lorsque je suis arrivé début 2017, raconte Patrice Guillemaut, le magasin était vraiment sombre : non seulement le manque de lumière gênait considérablement la lecture des prix et des étiquettes des produits disposés dans les rayons, mais en plus il pouvait représenter un danger potentiel pour les clients qui se déplaçaient dans les allées obscures. D’ailleurs, ils s’en plaignaient souvent, il devenait vraiment urgent d’intervenir. »

 

© Sermes

L’enjeu de l’éclairage
Pour le maître d’ouvrage, la question de l’éclairage est essentielle que ce soit pour le confort des clients comme pour le développement du magasin. De plus, le directeur connaît les avantages que représente la technologie LED en termes d’économie d’énergie et de mise en valeur des produits.  Il souhaite vivement remplacer les appareils existants obsolètes par des luminaires efficaces de dernière génération. « J’avais une idée de ce que je voulais, notamment un éclairage en quadrillage et non une disposition en lignes parallèles qui sillonnent la zone de vente, comme ce qui existait. Des collègues m’avaient expliqué que ce système évitait les zones d’ombre qui nuisent à la perception des produits. » Rappelons que dans un supermarché, les produits peuvent être disposés sur des étagères, dans des meubles réfrigérés, en tête de gondole, etc. La façon d’éclairer va différer selon leur présentation (sur des rayons, dans des meubles réfrigérés, sur un étal, etc.) et selon leur aspect : viandes, poissons, viennoiseries, fruits et légumes, textiles, produits d’hygiène ne se mettent pas forcé-ment en valeur de la même façon.

Combiner économies d’énergie et ambiances confortables
Il s’agissait donc de fournir une certaine uniformité associée à un éclairage d’accentuation, le tout offrant une modularité essentielle pour s’adapter à d’éventuels changements d’agencement. « Nous avons donc travaillé en étroite collaboration avec l’installateur », explique Lionel Plard, technico-commercial chez Lamdalux. Mais le premier maillage, carré, n’est pas convaincant : les niveaux d’éclairement se révèlent trop élevés et le budget trop important. « Finalement, la structure GWAS Miniled installée présente des dimensions de 3,44 m sur 6,88 m et délivre 15 700 lm pour 4 000 K, ajoute Lionel Plard. Pour créer des contrastes et mettre en valeur les produits frais, nous avons opté pour notre gamme de suspensions Ketal qui fournit 2 000 lm, avec une teinte spécifique pour faire ressortir le rouge de la viande, et plus froide pour les poissons, et associée à un traitement spécial du spectre lumineux. » Des projecteurs Panach doubles orientables pour rail 3 allumages ont par ailleurs été choisis pour l’éclairage des fruits et légumes et le rayon viennoiserie. De nombreuses zones de circulation, en périphérie du supermarché, sont mises en valeur par des suspensions circulaires Leno, en deux dimensions, 600 mm ou 900 mm de diamètre, et disposées en « grappes » dans les galeries à différentes hauteurs. « Nous avons veillé également, précise Lionel Plard, à procurer un éclairage confortable et suffisant au-dessus des caisses, notamment en encastrant des downlights LED Dracar en 4 000 K. » Enfin, les zones d’accès ont été éclairées à l’aide de projecteurs Quark disposés à 9 m de hauteur. S’il est diffcile de chiffrer exactement les économies d’énergie réalisées du fait que tous les meubles réfrigérés sont désormais éclairés, Patrice Guillemaut estime que « les consommations liées à l’éclairage ont dû baisser d’environ 25 %, avec une nette amélioration de la qualité de l’éclairage, appréciée autant par les employés du supermarché que par les clients ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.