Onlylight : 2e édition les 19 et 20 juin

onlylight
Laurent Gitenet, président d’Atoliis, organisateur du salon Onlylight

Pour sa deuxième édition, Onlylight confirme son organisation autour des usages de la lumière : une approche originale et innovante déjà au cœur de la première édition. Tout le salon sera orienté vers les réponses aux questions spécifiques des utilisateurs, au sens large : collectivités, concepteurs lumière, installateurs, distributeurs, promoteurs, etc. Laurent Gitenet, président d’Atoliis, organisateur d’Onlylight, nous en dit plus.

Sur le même sujet

Pouvez-vous nous rappeler le principe sur lequel repose le salon Onlylight ?
Laurent Gitenet – Notre démarche avait beaucoup séduit en 2017 et plutôt que de rester cantonnés à une présentation unique d’offres produits, nous réitérons le thème des usages. Nous voulons que ce salon soit celui de la lumière en général, que les participants puissent en parler, échanger sur l’usage de la lumière : qu’il s’agisse d’un magasin, d’une école, d’un site de production, d’une rue, ou même d’une ville. Bien entendu, les fabricants exposeront des solutions techniques, mais avec une approche par usage afin d’aider l’utilisateur à mieux comprendre les enjeux et donc, à définir ses besoins. Pour ce faire, nous avons mis en place un contenu diversifié et convivial.

Quels thèmes seront abordés
et sous quelles formes ?

Nous avons mis en place des tables rondes, débats et conférences sur les deux jours avec des sujets très variés tels que la mise en valeur des produits dans les magasins, l’arrêté du 27 décembre 2018 sur les nuisances lumineuses, les ambiances nocturnes dans la ville, l’éclairage dans les bureaux, les bâtiments industriels et plateformes logistiques, les illuminations événementielles, etc. Plus que tout, nous mettons l’accent sur les retours d’expérience en mobilisant surtout les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’œuvre. Nous souhaitons que les participants puissent parler de la réalité du terrain et échanger sur les besoins. Ce qui n’empêche pas d’aborder les solutions techniques : comment elles peuvent répondre à ces besoins, comment les installer, en essayant de comprendre pourquoi un projet est nécessaire et de quelle façon il doit être adapté à chaque application. Le maître mot est « échanger ».

Échanger, c’est le but du « village » n’est-ce-pas ?
Oui et cela avait remporté un franc succès lors de la première édition. Nous avons donc conservé le principe avec, cette année, huit grands thèmes :
– éclairer pour vendre : géolocalisation, transmission des données par la lumière, autant d’outils pour optimiser la visite des clients et booster leur chiffre d’affaires ;
– éclairer pour recevoir : la lumière dans les hôtels, restaurants, cafés, spas ;
– éclairer pour vivre la ville : de l’éclairage urbain à l’éclairage événementiel ; le SIGERLy, Syndicat de gestion des énergies de la région lyonnaise – qui regroupe aujourd’hui la métropole de Lyon et 66 communes dont 8 communes « urbaines » du département du Rhône – animera une table ronde sur « Les perspectives 2030 : vers un éclairage public intelligent et écologique » ;
– éclairer pour fabriquer et stocker (usines, centres logistiques) ;
– éclairer pour travailler : dans les bureaux et les écoles avec une autre table ronde par le SIGERLy sur le thème « Bien éclairer les écoles : confort, efficacité, économies, éclairage naturel et artificiel » ;
– éclairer pour la santé : dans le milieu médical, hôpitaux, cliniques, salles de consultation, Ehpad avec un débat sur « Quelle lumière en milieu hospitalier ? » ;
– éclairer pour l’agriculture.
La plupart des sujets seront traités sous forme de tables rondes ou de débats afin de permettre aux différents acteurs de mieux échanger, mais nous aurons aussi de nombreux témoignages, par exemple sur l’éclairage public de la ville de Lyon.

La ville fête ses 30 ans de plans lumière, c’est bien cela ?
Oui, et nombre d’acteurs qui ont marqué ces trente années d’éclairage urbain seront présents. Nous aborderons aussi bien entendu tout ce qui a trait à l’éclairage événementiel, avec notamment une conférence sur les liens entre conception lumière, festivals lumière et tourisme nocturne.

Nouveauté de cette édition : la nocturne du mercredi 19 juin…
Nous n’avons pas souhaité faire une soirée de gala mais plutôt prolonger une journée de salon, un « afterwork » en quelque sorte. De nombreux visiteurs viennent de loin et doivent passer une nuit à Lyon. Nous avons voulu optimiser leur déplacement avec cette nocturne et permettre aussi aux Lyonnais de passer après leur journée de bureau. À 18 heures, l’ambiance va changer et devenir plus conviviale tout en restant dans un contexte de travail. Les portes du salon resteront donc ouvertes jusqu’à 22 heures et nulle invitation n’est requise : toute personne ayant un badge est la bienvenue.

Retrouvez notre précédente interview de Laurent Gitenet ici et notre présentation de la première édition d’Onlylight ici.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.