KNX France & le Cluster Eco-Energies à l’Hôtel de Région Auvergne-Rhône-Alpes

L'événement KNX a eu lieu le jeudi 19 septembre à l'Hôtel de Région Auvergne Rhône-Alpes, à Lyon. (c) Amel Karim

KNX France et le Cluster Eco-Energies organisaient ce mercredi 18 septembre 2019 une journée nationale à Lyon, à l’Hôtel de Région Auvergne-Rhône Alpes. Dédié à la formation pour le bâtiment connecté, l’évènement se tenait en face de Lyon Confluence, célèbre îlot Smart préfigurant les bâtiments du futur.

Sur le même sujet

Jacques Blanchet, élu régional et référent bâtiment, a ouvert cette cession en pointant l’importance de la construction pour tenir les objectifs de réduction de l’empreinte carbone de la Région. Très investi sur les questions liées à la formation professionnelle, ce dirigeant d’entreprise du bâtiment a accepté de présider la rencontre. « C’est pour nous un accélérateur de conscience. Le bâtiment fait partie des 8 domaines d’excellence (industrie du futur et production industrielle, énergie, bâtiment et travaux publics, agriculture/agroalimentaire/forêt, santé, mobilité et systèmes de transports intelligents, numérique et sports/tourisme/montagne) pour renforcer la compétitivité des filières et pour asseoir l’attractivité et la compétitivité de la région. En Rhône-Alpes, le bâtiment représente 75 000 entreprises, 140 000 travailleurs, 45 % de la consommation d’énergie finale et 23 % des émissions de gaz à effet de serre », a-t-il déclaré.
KNX, un protocole qui évolue sans-cesse
Né il y a 30 ans et issu du monde de l’électricité, KNX s’est doucement imposé comme un protocole de référence de l’architecture du bâtiment. Il fonctionnait à l’origine sur paires torsadées, puis sont arrivés la radiofréquence et l’IP, ce qui l’a davantage rapproché des électriciens. Avec l’élargissement des possibilités offertes par KNX, la situation change et de plus en plus de fabricants d’équipements de chauffage, ventilation et climatisation (CVC) prévoient des offres pour adresser ce lot. Le bâtiment est une brique essentielle de la Smart City. Pour apporter plus de flexibilité, KNX sécurise dorénavant les données avec KNX Secure et s’ouvre au sans-fil. KNX évolue vers plus d’interopérabilité avec les autres protocoles du bâtiment, notamment ceux de l’IoT. Mais des compétences sont nécessaires pour réaliser des installations dans les règles de l’art et les maintenir dans le temps. Ces compétences pour installer et entretenir un bâtiment connecté ne se limitent plus au domaine électrique et s’imposent à tous les lots du bâtiment.
KNX repose sur une communauté solide
En plus d’un cycle de formation, de nombreux installateurs s’entraident et dispensent leurs conseils sur le KNX User Club (groupe des utilisateurs). Ce protocole standardisé et ouvert peut compter sur une forte communauté. Plus de 400 fabricants utilisant le protocole KNX assurent la pérennité des systèmes en place. Un argument qui rassure les investisseurs et les gestionnaires.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’importance de la montée en compétences
À l’ère du numérique, les infrastructures des bâtiments sont désormais flexibles, évolutives et doivent s’appuyer sur des réseaux de communication fiables et sécurisés pour transporter les données à exploiter en « temps réel ». Les attentes des utilisateurs, les impératifs des exploitants et les contraintes liées à l’évolution des normes de construction des bâtiments nécessitent l’intégration de technologies standardisées dans les lots techniques et la GTB.
Cette standardisation est la force du protocole : KNX propose un parcours évolutif à chacun, certifié et identique à travers le monde.  Ainsi, 4 formations sont dispensées dans 31 centres répartis sur toute la France : KNX Partner et KNX CVC pour les débutants, KNX Advanced pour approfondir, et KNX Tutor pour dispenser des cours. Ce n’est pas l’entreprise qui est certifiée mais bien l’individu. La formation est nominative et suit donc le salarié au cours de sa vie.
Tous les intervenants ont pointé la nécessaire montée en compétence des acteurs du métier pour répondre aux demandes du terrain. À titre d’exemple, l’Allemagne compte 10 fois plus d’installateurs formés sur KNX que la France. C’est toute une filière qui doit se former pour prescrire, installer, expliquer, utiliser, entretenir et maintenir pour éviter les dérives. Le marché du bâtiment connecté est en forte croissance, seule une filière formée permettra d’atteindre les objectifs de réduction des énergies.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.