3 questions à Roger Leclerc – Cogelec Intratone

Portrait de Roger Leclerc PDG de Cogelec.

« En sortie de confinement, nous sommes toujours ambitieux et optimistes. »

Sur le même sujet

Fondé en 2000 et implanté en Vendée (85), Cogelec est fabricant d’interphone et de système de contrôle d’accès pour les logements collectifs (sociaux ou privés). En 2018, le groupe entre en bourse, ouvre des filiales en Allemagne, Angleterre et Benelux, et atteint 30 millions d’euros de chiffres d’affaires. Roger Leclerc explique sa vision de l’interphonie

Quelles sont vos ambitions pour 2021 ? Revoyez-vous vos objectifs compte-tenu de la situation ?

Dans les mois qui viennent, nous pressentons un marché décroissant avec un trou d’air de 5-6 mois en raison d’un arrêt brutal des activités suivi d’une relance plutôt lente puisque la promotion immobilière a été mise entre parenthèse et qu’il n’y a jusqu’alors pas d’assemblée générale des syndicats de copropriété. Et même si pour la partie HLM l’activité a continué avec le télétravail, nous constatons tout de même un ralentissement assez important. En situation de doute, les gens reportent leurs travaux, c’est du bon sens. 

Nous avons ajusté notre ambition européenne à la hausse car le marché de l’interphone GSM ne représente que 2% du marché total. Donc même si le marché global s’affaisse, le potentiel est tel que nous avons cette capacité à chercher de la croissance. Notre ambition reste intacte sur ce point-là. Nous sommes toujours dans la phase « investissement et développement » que nous avons initié il y a 10 ans. Après cet arrêt au stand de 2 mois, on s’est adapté au mieux pour repartir très fort avec de nouveaux objectifs, de nouvelles méthodes de travail (télétravail, visioconférences, matériel informatique, etc.) et de nouvelles règles (sanitaires, d’hygiènes, etc.). Ce qui est également certain, c’est qu’il y a une mutation pour nos commerciaux itinérants : moins de stress, moins de transports, nouveaux outils.

Ensuite, chez Cogelec, notre plan économique est basé sur l’abonnement avec un parc d’1,2 millions de logement abonnés. Ce revenu récurrent est l’aboutissement de 10 ans de travail et d’implantation de ce modèle économique en France et à travers l’Europe. Ce n’était pas une mince affaire mais aujourd’hui, c’est une force.

Comment voyez-vous le rôle de l’installateur dans le bâtiment connecté ? Notamment avec l’approche service comme les tableaux d’affichage numérique.

L’installateur d’aujourd’hui doit pouvoir proposer le service ou la solution le plus adapté au besoin du client, et nous sommes là pour l’accompagner dans cette démarche. Pendant le confinement, nous avons eu +30% d’appels de leur part par rapport à l’an dernier sur des questions d’ordre général pour leur permettre de mieux vendre, comment expliquer le nouveau produit au client, comment le présenter. Il y a une approche service indéniable et très important que les installateurs doivent prendre en compte et appliquer.

L’installateur répond aux besoins du client et le conseille techniquement, il devient un partenaire utile. Son rôle est de maintenir ses compétences à niveau pour comprendre les nouvelles technologies et éviter d’être trop conservateur pour être force de proposition. Et fort heureusement, beaucoup d’installateurs ont cette vision de leur métier. Le marché du sans fil pour les équipements connecté s’est démocratisé. C’est simplement la traduction de la volonté des consommateurs de ne pas tirer des câbles partout à travers le logement et être sur des systèmes facile avec des coûts maîtrisés.

Nous mettons différentes solutions auprès des installateurs comme l’accompagnement lors de la mise en service avec notre équipe qui prend la main à distance ou encore programmer l’installation, prête à l’emploi pour les bailleurs sociaux et ouverts aux syndics (boîte personnalisée par résident avec les badges et un manuel d’utilisation selon la demande de l’utilisateur). Nous avons automatisé cette ligne de production l’hiver dernier. Nous ne nous substituons surtout pas à l’installateur mais nous l’accompagnons dans cette démarche, ce qui les rassure.

Proposez-vous des services additionnels pour les parties communes ?

Oui, et nous avons effectué une grosse misse à jour de l’un de nos produits phare le tableau d’affichage digitale pour les halls d’immeubles. Au-delà des fonctionnalités d’affichage d’informations pour les résidents avec une programmation à distance, nous avons incorporé deux grandes innovations. Premièrement, nous avons inclus la fonction qui permet de faire des sondages comme par exemple « êtes-vous satisfait du ménage qui est effectué ? », « serez-vous présent à l’assemblée générale du … ? » avec des options de réponses. La sélection se fait sur écran tactile et la prise en compte de la réponse est faite via le badge du résident, en respectant les obligations RGPD bien évidemment. Cette mise à jour est gratuite pour tous les afficheurs déjà installés

Deuxièmement, pour 8€/mois par immeuble en plus du contrat classique, nous intégrons l’offre Jumbo. Avec ce contrat de service l’immeuble bénéficie des appels 100% vidéo, de 10 ans de garantie matériel et de la mise à disposition d’un tableau d’affichage connecté pour le hall de votre résidence. C’est un tarif très compétitif permettant à la copro d’apporter des services en plus, de la rapidité d’exécution et des fonctionnalités supplémentaires.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.