Qualifelec qualification l’électricien revient en force

Le nouveau mode de calcul du coefficient d’énergie primaire favorise un certain retour en grâce de l’électricité pour le chauffage. À titre d’exemple, dans le logement neuf, un promoteur immobilier est désormais davantage encouragé à opter pour un système de chauffage électrique (mural, plancher chauffant ou plafond rayonnant). En parallèle, le plan « 100 000 bornes de recharge », qui a pour vocation d’accompagner le développement du parc automobile électrique, se poursuit, ce qui offre également de belles opportunités aux électriciens.

Autre signe positif : la prise en considération par les pouvoirs publics de la nécessité d’entretenir les équipements installés. La parution d’un décret en juillet 2020 portant sur l’obligation de maintenance des pompes à chaleur d’une puissance comprise entre 4 kW et 70 kW en est une traduction. Le métier d’électricien ne se limite pas à l’installation de nouveaux équipements. En prenant en compte le cycle de vie de ces derniers, les objectifs de performance et d’efficacité attendus par les consommateurs, les entreprises peuvent se positionner sur la maintenance. Elles seront en mesure de fidéliser leur clientèle et de l’accompagner dans le contrôle et la régulation de leurs consommations énergétiques. Qualifelec a ainsi développé des indices de qualification Maintenance au sein des qualifications Ventilation, Pompe à chaleur, Solaire photovoltaïque, en complément de sa qualification historique Maintenance des installations électriques.

Enfin, il s’agit désormais de penser le bâtiment dans sa globalité et de réfléchir à ses modes d’usage, ce qui constitue de nouvelles opportunités pour les professionnels électriciens qui peuvent faire valoir leurs compétences, notamment pour tout ce qui relève du pilotage énergétique.

 

Quelles sont les nouveautés à venir en matière de qualification en lien avec la réforme du RGE ?

Début 2021, le label RGE couvrira une nouvelle catégorie de travaux qui s’intitule « Émetteurs électriques, dont régulateurs de température ». Cette catégorie ouvre également de nouvelles opportunités de marchés pour les électriciens. Les qualifications Qualifelec permettant d’obtenir la mention RGE pour cette nouvelle catégorie de travaux sont Installations électriques en Logement Commerce Petit Tertiaire et en Moyen Gros Tertiaire Industrie, Chauffage électrique, Courants faibles en Logement Commerce Petit Tertiaire et en Moyen Gros Tertiaire Industrie (domaine Gestion technique), et Maintenance des installations électriques.
En savoir plus sur la formation colonnes montantes.

 

Comment cela se traduit-il en matière de processus de qualification pour cette nouvelle catégorie de travaux ?

Le processus de qualification est sensiblement le même. L’installateur électricien devra suivre une formation Feebat Renove (module Renovbat). Les exigences administratives sont modifiées et s’alignent sur celles en vigueur pour la mention RGE en EnR. L’entreprise devra fournir des attestations de régularité sociale et fiscale et un relevé de sinistralité.

Par ailleurs, afin d’accompagner les professionnels électriciens qui éprouvent des difficultés à finaliser leur dossier de qualification en Chauffage électrique, faute de pouvoir produire un calcul de déperdition, Qualifelec a développé un logiciel en partenariat avec Promotelec. Ce logiciel, déjà en test chez les électriciens en cours de qualification, permet à ces derniers de présenter un devis avec un prix, des fiches produits mais aussi une approche énergétique globale. Ils peuvent expliquer à leurs clients qu’il ne s’agit pas seulement du remplacement d’un équipement, mais bien d’une étude sur le bâtiment et la qualité énergétique. Cela valorise leur expertise et leur prestation.

 

Quid du plan « 100 000 bornes de recharges » avant fin 2021 ?

On comptabilise aujourd’hui environ 35 000 bornes de recharge installées sur l’ensemble du territoire. Il y a donc encore du travail ! Nous accompagnons les entreprises sur ce marché d’avenir. Nous approchons le cap des 1 400 entreprises qualifiées avec la mention IRVE, réparties sur l’ensemble du territoire. Ce maillage est essentiel pour parvenir à remplir les objectifs du gouvernement. Nous avons permis aux installateurs électriciens de se positionner immédiatement sur cette activité, dès son démarrage. Les principales demandes concernent la maîtrise d’ouvrage publique, puis la maîtrise d’ouvrage privée et enfin les constructions neuves de parking. Les copropriétés ne sont pas naturellement encouragées à voter l’installation d’IRVE, même si dans le cas où un ou plusieurs propriétaires achètent un véhicule électrique, ces derniers peuvent faire valoir leur « droit à la prise ».

 

Comment obtient-on la qualification mention IRVE ?

La mention IRVE Qualifelec s’obtient en complément de 5 qualifications qui s’appuient sur le socle métier d’électricien dans les domaines Installations électriques, Logement Commerce Petit Tertiaire et Moyen Gros Tertiaire Industrie, Éclairage public, Branchements & Réseaux, Solaire photovoltaïque. L’installateur souhaitant obtenir cette mention doit, préalablement à sa demande, suivre une formation IRVE délivrée par un organisme de formation agréé par Qualifelec avant de présenter un dossier de qualification. En fonction de son degré d’expérience, il pourra prétendre à une mention IRVE valable 4 ans ou une mention probatoire valable 2 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.