GreenAlp à Claix : pour une approche responsable de l’éclairage public

GreenAlp
© Bruno Lavit

GreenAlp, gestionnaire du réseau de distribution gaz et électricité pour Grenoble et 23 autres communes iséroises, a installé à Claix un éclairage à LED avec une température de couleur adaptée à l’usage de la voirie.

Engagé dans la transition énergétique, GreenAlp et ses équipes pro­posent aux communes et métropoles, une gestion optimisée de leur éclairage, de la conception à la maintenance, en passant par la réalisa­tion et l’exploitation. Le schéma direc­teur d’aménagement lumière (SDAL) proposé par Grenoble Alpes Métropole a ainsi pour objectif de fixer un cadre cohérent à l’éclairage public qui, dans la métropole, représente 66 000 points lumineux et un budget annuel de plus de 6 millions d’euros. Le schéma pro­pose des principes directeurs : ne plus étendre les zones éclairées, sauf nouvel aménagement urbain, suppri­mer l’éclairage inutile, choisir le type d’éclairage en fonction du contexte, mettre en œuvre des zones de diminu­tion d’éclairage ou d’extinction selon des critères d’horaires. Le tout pour des objectifs chiffrés de 60 % de baisse de la consommation d’énergie à l’horizon 2035 (par rapport à 2013).

GreenAlp
© Bruno Lavit

Pour Alban Mathé, président du Directoire de GreenAlp, « répondre aux enjeux sociétaux comme la sécurité des habitants, en particulier des pié­tons et des cyclistes, et à l’amélioration de la qualité de vie reste la priorité des collectivités locales en matière d’éclairage public. Mais les attentes se multiplient et se renforcent notamment sur les aspects environnemen­taux : faire des économies d’énergie, diminuer la lumière invasive dans les logements, préserver la biodiversité et garantir la vision du ciel noc­turne deviennent des sujets de préoccupation des communes comme des citoyens ».

C’est ainsi qu’avec la Ville de Claix, GreenAlp vient de mettre en place une expérimentation d’éclairage optimisé, dans trois zones de la commune aux usages différents (voirie circulatoire, voirie piétonne, parc public). Ces solutions d’éclairage économe, durable et respectueux de la biodiversité s’inscrivent dans les préconisations du schéma directeur d’aménage­ment lumière (SDAL) de Grenoble-Alpes Métropole.

Plus la zone de passage est importante, plus la couleur de lumière est blanche, donc chargée de bleu ; plus le passage se réduit, plus la couleur se réchauffe vers le rouge. La variation de lumière se fait par incorporation de filtres qui permettent d’atténuer les effets négatifs de la lumière, en supprimant la lumière bleue. Cette technologie répond à un objectif de préservation de l’envi­ronnement, notamment, de protection de la biodiversité, et de la lutte contre la pollution lumineuse.

L’expérimentation de GreenAlp prévoit trois éclairages différents à Claix et un programme d’extinction nocturne en périphérie. Au centre-ville de Claix, ont ainsi été installés :

– un éclairage blanc pour assurer la visibilité et la sécurité des voiries circulatoires ;

– un éclairage jaune pour éviter la pollution lumineuse dans les rues piétonnes ;

– un éclairage ambré pour préserver la biodiversité dans les parcs et jardins.

GreenAlp
© Bruno Lavit

« La juste façon d’éclairer l’espace public est celle du consensus, déclare Alban Mathé, celle qui contente à la fois : les habitants, qui se sentiront toujours en sécurité la nuit ; la faune, qui ne cherchera pas refuge ailleurs et se trouvera bien en agglomération, de jour comme de nuit ; la collectivité qui verra sa facture énergétique baisser, et des usagers, au sens large, tout aussi satisfaits par les éclairages de nou­velle technologie et enfin l’exploitant des réseaux d’éclai­rage public qui, grâce à un pilotage et une supervision des ouvrages, pourra intervenir dans les meilleurs délais. En tout cas, les technologies actuelles permettent de conci­lier les intérêts de tous, et c’est cela que nous voulons dé­montrer avec cette expérimentation à Claix. »

La Ville de Claix poursuit un programme d’investissements qui vise à renouveler son éclairage public pour réaliser des économies d’énergie, préserver la biodiversité et lutter contre la pollution lumineuse.

Sur 1 628 points lumineux existants sur la commune, 291 sont équipés en technologie LED depuis le démarrage de la rénovation du parc en 2015. Les luminaires équipés en technologie ancienne, énergivores et vétustes, sont voués à être remplacés. Entre 2015 et 2020, ce programme d’inves­tissements a conduit à une réduction des consommations en éclairage public de 170 000 kWh et un abaissement des émissions de CO2 de 17 tonnes, sur la période.

GreenAlp
© Bruno Lavit

« Aujourd’hui, nous proposons plusieurs solutions adaptées aux besoins des territoires, explique Christophe Bresson, directeur de la communication, Signify, comme des cou­leurs de lumière proches du sodium haute pression (lumière orangée) qui permettent de préserver un ciel nocturne dé­gagé, de réduire les nuisances lumineuses et l’impact de la lumière sur la biodiversité. D’autres solutions permettent de maintenir un écosystème optimal pour certaines espèces de chauves-souris. Enfin, des solutions avec une lumière proche de celle de la bougie pour les sites protégés visés à l’article IV de l’arrêté du 27décembre 2018 (réserves naturelles et sites d’observation astronomique) ou pour les villes souhaitant disposer d’un éclairage proche des lampes sodium haute pression. »

GreenAlp
© Bruno Lavit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.