Bilan énergétique des habitations : le point sur la règlementation

Également nommé appellation d’audit énergétique, le bilan thermique est un réel outil d’aide à la décision mais également un plan d’actions pour n’importe quel propriétaire désirant faire la rénovation de son habitation. Autre utilité : effectuer des économies notables par rapport à ses factures d’électricité.

Beaucoup de personnes confondent le bilan énergétique avec le diagnostic de performance énergétique. Quelles sont les différences entre les deux ? Même s’ils ont une vocation identique, le diagnostic de performance énergétique (DPE) permet d’obtenir une étiquette énergie tandis que le bilan énergétique propose un bilan thermique.

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) est obligatoire. Il offre donc la possibilité de définir l’étiquette énergie de votre habitation, cela signifie qu’il permet de mesurer des consommations annuelles par rapport à l’eau chaude, le chauffage ou encore la climatisation. Obligatoire depuis plus de 10 ans (2011 exactement), il faut que cette étiquette apparaisse dans la totalité des annonces de vente ou de location. Ainsi, l’aspect informatif du DPE est désormais obligatoire pour n’importe quel échange immobilier. Désormais, découvrons tout ce qu’il y a à savoir sur le bilan énergétique.

Le bilan énergétique : ce n’est pas une obligation !

Ce bilan offre la carte des déperditions thermiques de votre habitation, et la totalité des options d’isolation afin de régler ce souci. Le bilan énergétique d’une maison est grandement conseillé avant que des travaux de rénovation soient lancés. La réglementation est différente selon les pays : il peut être obligatoire (au Luxembourg par exemple). Effectivement, il est est nécessaire de savoir ce qu’il y a à rénover, où et avec quoi. Pour cela, il faut un bilan thermique. Il sert de véritable guide pour profiter de travaux de rénovation sans failles.

Côté tarif, ce bilan affiche un prix d’environ 300 euros. Vu qu’il s’inscrit dans une démarche écologique pour la transition énergétique, il est possible que le financement s’effectue grâce à diverses aides de l’État. Ces dernières ont été spécifiquement conçues dans le but que les particuliers soient encouragés à diminuer leurs consommations de gaz naturel. Nous vous recommandons de procéder à la vérification de votre éligibilité  par rapport à ces aides !

Spécificités du bilan thermique

Ce bilan est une analyse poussée, encore plus que le diagnostic de performance énergétique. Son point fort majeur est qu’il offre des recommandons pertinentes à chaque propriétaire dans le but d’optimiser les performances énergétiques de l’habitation et par conséquent diminuer sa consommation électrique. Ainsi, des économies notables sont effectuées. Autres avantages notables : les émissions de gaz à effet de serre sont limitées et la valeur du bien augmente favorisant ainsi la vente.

L’audit comporte plusieurs points dont l’analyse de l’isolation des murs, de la toiture, des systèmes de chauffage et de conception d’eau chaude, des planchers, des fenêtres ou encore des installations liées à la ventilation. Le bilan thermique est effectué au moyen de visites sur site, de mesures, de l’étude des factures, de plans de l’habitation mais aussi de l’analyse d’informations récoltées.

Ce bilan met en avant et permet de fonder un classement, par ordre décroissant d’importance, des différentes sources de déperditions énergétiques. Au final, un plan d’actions est proposé avec des options détaillées.

Effectuer un bilan énergétique : quel déroulement ?

Il se déroule en trois étapes distinctes. Tout d’abord, il y a l’étude de votre habitat par rapport aux matériaux, à la date de réalisation ou encore à la disposition. Ensuite, vient la phase de photographie thermique. Lors de cette étape, grâce à une caméra thermique infrarouge, le professionnel thermicien procède à l’identification de la totalité des endroits de déperdition calorifique (tels que par exemple les combles, les fenêtres ou encore les murs), mais également d’autres soucis étonnants et inattendus. Cela peut notamment être des fuites au niveau des canalisations, des isolants peu qualitatifs ou deux des principaux ennemis des habitations : l’humidité ainsi que les moisissures.

Une fois le bilan thermique terminé, les endroits les plus énergivores sont dénichés. Puis, des recommandations de travaux d’isolation vous sont données mais aussi des prévisions par rapport à vos gains au niveau confort ainsi qu’économies post-rénovation. Ainsi, vous pourrez effectuer les travaux adéquats afin d’optimiser votre performance énergétique en fonction de vos besoins et de votre budget.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.