À l’affiche à Cannes : mobilier signal sur La Croisette

Cannes, La Croisette - © Technilum - Photo Hugo Da Costa
Maître d'ouvrage : ville de Cannes - Designer : Alain Gilles – Conception lumière : Vincent Thiesson, agence ON – Fabricant du mobilier signal : Technilum – Installateur : Engie – © Technilum - Photo Hugo Da Costa

Afin d’offrir à La Croisette une nouvelle ponctuation lumineuse, la ville de Cannes a mandaté Technilum pour la conception et la mise en œuvre du mobilier urbain. Technilum a fait appel à André Gilles pour le design des mâts, et à Vincent Thiesson, agence ON, pour la conception lumière.

En 2018, la ville de Cannes entreprend le long de La Croisette une vaste opération de réaménagement des restaurants de plage et lance un appel d’offres pour renouveler les mâts qui marquent les accès à la plage. Les mâts existants, non éclairants, abîmés, disparates, en bois blanc, comportaient le nom et le numéro de chaque plage ainsi que la carte de chaque établissement. Le concours, lancé par la ville concerne à la fois le design, la conception, la fabrication et la mise en œuvre « d’un mobilier signal » qui doit venir rythmer les quelque 1 300 mètres de La Croisette. Le cahier des charges détaillait toutes les fonctionnalités du mât : le porte-fanion, le porte-menu, l’enseigne, le numéro de la plage, un éclairage d’ambiance, un éclairage urbain. « La municipalité souhaitait quelque chose de fort et élégant et discret et retenu, ce qui n’est pas évident à concilier, se souvient Alain Gilles, designer choisi par Technilum. J’ai commencé par diviser le mât en deux parties : les détails les plus proches, la main est capable de les toucher alors qu’à 7 m de haut les éléments sont à peine visibles. C’est finalement l’enseigne qui crée un jeu graphique, qui marque distinctement les deux parties. »

Un concept lumineux en trois plans

Cannes, La Croisette © Technilum. Photo Hugo Da Costa
Designer : Alain Gilles – Conception lumière : Vincent Thiesson, agence ON – Fabricant du mobilier signal : Technilum – © Technilum – Photo Hugo Da Costa

Une fois la forme du mât définie par Alain Gilles, le designer et le concepteur lumière n’ont eu de cesse d’échanger et de dialoguer pour faire évoluer l’approche technique. « Nous avons travaillé à trois niveaux différents, explique Vincent Thiesson de l’agence ON : tout d’abord à l’échelle de La Croisette – pour une vision d’ensemble de l’espace –, puis à celle de la lecture tout simplement de l’enseigne – il fallait que le lettrage soit aussi visible de jour que de nuit – et enfin, au niveau des escaliers donnant accès à la plage avec une lumière d’ambiance qui va au-delà d’un éclairage fonctionnel. » Pour offrir une vision générale de la promenade, le concepteur a travaillé un balisage lumineux avec une synchronisation des quarante mâts qui jalonnent La Croisette, « un petit défi technologique, souligne Vincent Thiesson, pour passer une fibre et un signal DMX entre les mâts pour les accorder les uns aux autres ». À la nuit tombée, la partie haute des mâts, qui comprend des mini-réglettes de deux fois 17 LED RGBW, dessine des lignes d’un blanc chaud (ou couleurs selon le scénario) en pointillés qui scintillent à l’unisson le long de la promenade. Ces points lumineux créent une identité visuelle le long de La Croisette et soulignent la courbure particulière de la baie. Un certain nombre de scénarios dynamiques sont proposés pour accompagner les événements de la ville et chaque mât est pilotable individuellement. La scénographie de base propose une teinte en blanc chaud, apaisante et douce.

Les enseignes en polycarbonate, orientées perpendiculairement à La Croisette, structurent et rythment la promenade, et intègrent des LED dirigées vers les porte-fanions positionnés au-dessus ; de jour, elles apparaissent blanches avec un lettrage noir tandis que la nuit, un rétroéclairage dessine le nom des plages en blanc sur un fond sombre.

« Enfin, précise Vincent Thiesson, nous avons ajouté un petit projecteur pour éclairer chaque entrée de plage, que nous avons disposé à hauteur d’homme et qui diffuse une “lumière matière” chaude de 2 700 K. »

Un mât intelligent aux multiples fonctions

En tout, pas moins de 230 éléments constituent chaque ensemble : un mât en aluminium de 6,50 m, les points lumineux, projecteurs, l’électronique embarquée, la signalétique, les accessoires. C’est ainsi qu’un seul mobilier couvre plus de 10 services :

Cannes, La Croisette - © Agence ON
© Agence ON
  • Le porte-menu permet d’accueillir six pages A4, facilement interchangeables au gré de l’inspiration des chefs.
  • Le balisage et la scénographie de la baie avec 34 points lumineux sur la coiffe de chaque mobilier.
  • L’éclairage des entrées de plages.
  • La vidéosurveillance : la caméra permet de capter les images à 180° et est reliée au CSU de la ville (Centre de sécurité urbaine).
  • La sonorisation : les haut-parleurs intégrés permettent de diffuser messages d’information ou musique d’ambiance, de manière programmée ou en direct. Une alerte aux tsunamis peut également être émise en urgence et de manière centralisée avec les dispositifs existants de la ville.
  • L’enseigne lumineuse.
  • La numérotation des plages à la finition dorée.
  • Le porte-fanion.
  • Les dispositifs anti-oiseaux, et même une boîte aux lettres.

« Unique en son genre, déclare Agnès Jullian, présidente de Technilum, cette mutualisation permet de limiter drastiquement l’encombrement de l’espace public, pour le plus grand bonheur des promeneurs. C’est aussi un gain significatif en termes d’installation et de maintenance, mutualisation des réseaux et des travaux de voirie, notamment. Un design astucieux porté par le savoir-faire de Technilum qui, depuis ses débuts, n’a de cesse de privilégier les concepts rationnels valorisant le paysage urbain. »

Cannes, La Croisette – Source : Agence ON
Source : Agence ON

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.