Zoom sur les dispositifs de contrôle d’accès en résidentiel collectif

Noralsy 4GPro

Le contrôle d’accès est le premier et le plus puissant composant de la sûreté et de la sécurité des installations. Les fabricants rivalisent d’offres, en la matière : plates-formes, solutions et produits basés sur des technologies propres foisonnent. Le rôle de ce contrôle d’accès est de filtrer les entrées des personnes et des véhicules. Il peut se faire par digicode, par interphone ou par vidéo. Le digicode, comme son nom l’indique, est un dispositif d’accès basé sur un code ; il ne permet pas de communiquer avec l’occupant d’un logement, et il n’est pas possible d’ouvrir la porte à distance. C’est pourquoi il est important de le compléter par un portier et d’autres solutions annexes.

Tout système de contrôle d’accès, qu’il soit physique ou logique, comporte quatre fonctionnalités principales :

  • Authentification : action de prouver l’identité d’une personne.
  • Autorisation : dépend des droits d’accès ou autorisations.
  • Accès : une fois authentifiée et autorisée, la personne peut accéder à la zone.
  • Gestion des droits : ajout, modification et suppression de l’authentification et de l’autorisation des utilisateurs.

Pour le promoteur comme pour le bailleur social, la difficulté consiste à choisir la meilleure solution, car chaque fabricant a fait son choix selon ses convictions entre le filaire, le sans-fil, le connecté, l’hybride filaire-GSM et le 100 % GSM.

Le filaire contre le sans-fil GSM

Tous les fabricants interrogés confirment que le GSM 3G/4G représente environ 30 % du marché et que ce marché est en croissance. Il faut différencier le sans-fil du connecté. Le sans-fil permet à un usager de recevoir l’appel de l’interphone directement sur son propre combiné (smartphone) et non plus sur un moniteur d’intérieur fixe. La partie connectée est induite dans le sans-fil, mais peut être aussi déployée sur un système filaire en ajoutant un modem à la platine ou en connectant le moniteur au Wi-Fi.

Source : Intratone

C’est le pari qu’a fait Intratone dès sa création, en ne proposant que des solutions sur abonnement où le smartphone fait office de moniteur. Intratone a considéré que l’hybride n’était qu’une étape vers le 100 % GSM. « Chez Intratone, nous ne croyons pas en l’avenir de l’hybride. Nous voyons cela plutôt comme une étape intermédiaire vers un basculement total en GSM pour différentes raisons. Le réseau GSM ne que s’améliorer et les combinés de logement ne seront jamais aussi puissants que les smartphones que tout un chacun peut avoir dans sa poche. C’est une transition pour rassurer, mais nous n’y croyons pas. Nous sommes totalement GSM depuis plusieurs années », tient à préciser Cédric Mazet, responsable Marketing chez Cogelec Intratone. Il est vrai que le sans-fil a énormément d’avantages en termes de technologie, d’usage pour l’utilisateur (smartphone, accessibilité), d’utilité pour le gestionnaire (déploiement en demi-journée sur 300 résidents, économique) et d’ouverture de marché pour les installateurs (domoticiens, serruriers, etc.). Au niveau de l’environnement et de l’écoresponsabilité, le sans-fil génère nettement moins de déchets : plus besoin de faire des trous dans les parties communes, pas besoin de diagnostic amiante. « En revanche, nous avons encore une partie significative de la population qui n’est pas à l’aise avec cette technologie et qui souhaite un combiné dédié. Nous ne pouvons pas négliger leur besoin et le filaire y répond. Encore aujourd’hui, les deux tiers des installations en interphonie collective sont en filaire. Le filaire a encore sa place et des cas d’usages avérés », confirme Emmanuel Levy, président de Noralsy.

De son côté, Aiphone mise encore sur le filaire et propose deux types de câblage avec l’IP et le PoE pour répondre aux besoins majeurs associés au connecté. « Je pense que l’avenir est au câble réseau, avec la fibre dans l’immeuble. Notre avantage, c’est que nous prenons le contre-pied de nos confrères, car notre gamme IP inclut des passerelles IP et les licences sans abonnement qui vont avec. Vous pouvez avoir jusqu’à huit licences pour un même appartement et le pack de base contient cinq licences par passerelle. Nous avons fait un calcul savant entre le coût de la passerelle et le coût des datas que va nous refacturer le service, car nous passons par un serveur et non un centre téléphonique. Et nous avons trouvé plus judicieux et intéressant pour nos clients de ne pas mettre de limitation de durée. Nous préférons vendre des licences supplémentaires pour permettre de télécharger l’application librement sur son smartphone et de l’utiliser ou pas », explique Antoine Pelloux, directeur marketing chez Aiphone.

L’hybride

En termes de technologie, Urmet est le seul fabricant à donner le choix, soit filaire (2Voice, HomeBook System), soit sans fil (Lisa), soit la solution hybride connectée à la fois filaire et GSM (Tel2Voice). Urmet considère qu’un résident a le droit d’exiger d’avoir un moniteur fixe dans son logement, mais aussi de pouvoir répondre avec son smartphone. Nous proposons un écosystème complet explique Rodolphe Perrot, nouveau directeur marketing Communication d’Urmet France. La stratégie d’Urmet est de proposer une protection depuis la périphérie de la résidence jusqu’à la porte du résident grâce à un seul badge ou smartphone et un seul outil de gestion en ligne, VisiosoftWeb.

Le cheminement doit être simple, du portail de la résidence à la porte de parking collectif, ou encore le local à poubelles, le local à vélos, les portes d’entrée de la résidence et la porte de l’appartement. L’approche de l’hybride selon Doorbird est un peu différente.

Source : DoorBird

Maximilien Drouot, directeur commercial Pays francophones chez DoorBird, met en avant la facilité d’installation. « Nous n’avons besoin que d’un câble réseau pour la platine extérieure (PoE) et nous ne fonctionnons pas par abonnement. Il n’y a pas de coûts permanents pour l’utilisation du système d’interphone vidéo IP. Nous sommes en connecté filaire. Pour une rénovation, utiliser notre convertisseur 2 fils pour avoir du PoE est la solution la plus simple et la moins coûteuse sur le long terme. » Le format « traditionnel » via une connexion LAN est une alternative possible pour la sauvegarde. Cette connectivité facilite l’installation des équipements DoorBird pour les installateurs. « Tous nos produits sont PoE. Soit l’installateur utilise directement une connexion Internet existante, soit il peut mettre un switch qui va du portier jusqu’à chaque résidence, pour intégrer l’équipement dans un même réseau LAN. Ce qui permettra de garantir un excellent fonctionnement », ajoute Maximilien Drouot. « Nous proposons de l’hybride avec une platine câblée et connectée et nous laissons le choix d’avoir soit un moniteur physique classique câblé, soit la possibilité de connecter jusqu’à huit smartphones.

Le Wi-Fi est d’ailleurs intégré dans tous les moniteurs de façon à pouvoir proposer les deux solutions » ajoute, quant à lui, Antoine Pelloux, Aiphone. Mais selon Noralsy, l’hybride est une approche qui n’existe pas en tant que telle. « Nous ne parlons pas de technologie hybride puisqu’aujourd’hui on ne peut pas mettre sur une seule et même platine du sans-fil (GSM) et du filaire. Elles peuvent toutefois être mixées sur un même site, mais ne seront pas sur le même élément. Ce “mixage” se fait via deux platines qui peut cohabiter sur un même site sur différentes entrées en passant par notre plateforme de gestion en temps réel, Bâticonnect. Ce qui permet d’être flexible et le plus adapté selon les contraintes, de réception par exemple. On peut tout à fait mettre du filaire sur toutes les entrées de hall et du GSM sur les parties extérieures distantes, comme un portillon », propose Emmanuel Levy.

Le sans-contact/mains-libres

Sur la partie mains-libres, en revanche, Intratone y croit à 100 % à l’hybride et le fabricant vendéen compte bien insister sur la technologie cette année. Il faut savoir que cela fait déjà cinq ans qu’Intratone dispose d’un lecteur mains-libres à badge actif. Ce badge spécial doté d’une pile permet d’ouvrir la porte à 1 mètre. Cette technologie fonctionne bien. « C’est prouvé par le nombre des installations et les retours positifs que nous en avons. La technologie embarquée est notre protocole Mifare+ plus, avec une pile dans le badge pour que ce soit plus puissant. Il s’agit de notre axe de communication principal dans les mois à venir, car nous sommes convaincus de la montée en puissance de cette technologie, et surtout des besoins des utilisateurs finaux en ce sens. Nous préparons des campagnes spécifiques sur des thématiques précises », explique Cédric Mazet responsable Marketing de Cogelec Intratone.

Source : Aiphone

Ce type de badge et de technologie est très pratique pour les utilisateurs au quotidien. Tout comme avec les clés de voiture sans contact, ils n’ont pas besoin de chercher leurs clés, ce qui est un réel gain de temps lorsqu’ils ont les mains chargées, par exemple. « Nous pensons que cette notion de crise sanitaire va donner un coup de boost au mains-libres avec l’idée de ne plus toucher les surfaces et de minimiser les contacts », ajoute Cédric Mazet. À l’inverse de la tendance sans contact, Aiphone, qui disposait déjà de platines mains-libres, s’apprête à sortir une extérieure qui ne sera plus 100 % tactile, pour répondre aux nouvelles normes d’accessibilité PMR, surtout pour le neuf.

« Chez Noralsy, nous travaillons sur la technologie mains-libres qui devrait être commercialisée d’ici à la fin de l’année. Elle va se faire sur la base du BLE (Bluetooth Low Energy), et la distance d’activation de l’ouverture de la porte sera réglable. Pour les portes de type accès piéton, hall d’entrée, nous allons régler le déclenchement dans un rayon d’un mètre via l’application du smartphone et, dans un second temps, un badge BLE dédié. Demain, nous pourrons le faire avec des récepteurs HF (haute fréquence) Noralsy pour des accès véhicules, avec une détection allant jusqu’à cinq mètres », ajoute Emmanuel Levy. Cette technologie est développée pour les platines certes, mais également pour toutes les nouvelles générations d’équipements de contrôles d’accès. Le grand avantage est que toutes les platines Noralsy sont déjà prédisposées et seront rétroactivement mises à jour.

Cet avantage n’est pas si facilement accepté par les installateurs et les syndics. Cédric Mazet, Intratone, précise qu’il faut les rassurer sur l’ouverture sans clé. Il doit y avoir un changement des mentalités, qui n’est pas simple, et bien souvent lié à l’éventualité d’un surcoût. C’est pour cela que les matériels mains-libres d’Intratone vont très prochainement être alignés sur les prix des lecteurs de proximité classiques. Il faut savoir que toute la gamme interphonie Intratone est équipée du lecteur mains-libres et que le fabricant lance également un bouton de sortie sans contact. Le traditionnel bouton-poussoir est remplacé par un détecteur infrarouge associé à un détecteur de mouvement (Urmet aura un bouton sans contact à la fin de l’année). Ces produits complètent une gamme entrant/sortant en total mains-libres. Plus besoin de sortir les mains de ses poches, avec Intratone.

Le logiciel au service de l’exploitant et de l’installateur

Dans le collectif, la gestion à distance est une avancée considérable, puisqu’il n’est plus nécessaire de se déplacer pour modifier un nom ou changer un code et que de fait les informations des résidents sont toujours à jour. Ce qui parle aux syndics, aux gestionnaires, aux installateurs et aux électriciens. Et encore plus en ces temps de Covid, où les déplacements sont à limiter. Ils n’ont plus besoin de venir sur site pour changer un nom sur l’interphone, définir des plages horaires d’accès, ajouter/supprimer un badge, etc. Toutes les actions courantes de gestion se font à distance, et ce, avec un gain de temps considérable.

Brochure contrôle d’accès.

Les systèmes de contrôle d’accès aux bâtiments favorisent la sécurité des résidents et des employés dans les bâtiments intelligents. Les gestionnaires de bâtiments peuvent attribuer une autorisation aux personnes en fonction de l’endroit où elles sont autorisées à aller dans un bâtiment. Par exemple, une équipe de maintenance peut avoir accès aux salles de contrôle, là où les résidents ne le peuvent pas. Si un incident se produit, les administrateurs peuvent savoir qui se trouvait dans le bâtiment au moment de l’incident. Ils peuvent également en interdire l’accès à l’avenir. Le connecté va apporter un avantage certain en termes de gestion pour l’installateur comme pour le gestionnaire. Il est possible de piloter en temps réel la mise à jour des équipements depuis une plateforme logicielle, sans se déplacer. Très pratique, lorsqu’il s’agit de centaines d’équipements sur plusieurs sites, par exemple. Pour les syndics, c’est un gage d’efficacité (rapidité et flexibilité) et de coûts raisonnables (pas de déplacement).

Peu importe la solution liée à l’interphone ou au portier vidéo, la valeur réside dans la facilité donnée au gestionnaire des immeubles de gérer les accès, les autorisations. Il en est de même avec l’architecte et l’installateur, qui peuvent tous deux visualiser l’interphone dans son futur site.

Chez Intratone comme chez Urmet, la logique est de proposer un écosystème complet. « Nous pouvons connecter un ensemble d’accessoires qui feront d’un immeuble lambda un immeuble connecté : affichage à encre numérique, étiquettes de boîtes aux lettres connectées, capteurs d’ouvertures de portes et de sky-dômes, capteurs de présence d’eau ou d’humidité. Tout ceci en plug and play », présente Cédric Mazet. Il suffit au gestionnaire de se connecter sur intratone.info et il aura la liste de toutes ses résidences. Il n’aura pas besoin d’avoir deux accès à deux plateformes différentes, tout est centralisé. Si, par exemple, il change le nom d’un résident, ce changement sera visible et sur l’interphone et sur l’étiquette de la boîte à lettres connectés (si l’immeuble est équipé).

« Chez Urmet, visiosoftweb.com est utilisé quotidiennement par les gestionnaires (bailleurs sociaux, syndics, copropriétaires) et les installateurs pour réaliser tout le paramétrage, mais aussi veiller à tout le système de sécurité des immeubles : gestion des badges, des codes, création des messages sur les écrans de hall, visualisation des images de vidéosurveillance, réception et traitement des alertes, par exemple une trappe de toiture ouverte… », complète Rodolphe Perrot, Urmet.

Chez DoorBird, la réalité augmentée met en situation les platines de rue. « Prenons l’exemple d’un architecte qui a configuré un DoorBird selon ses souhaits. Il crée son interphone vidéo IP dans le configurateur en ligne et ensuite “vise” l’emplacement où se situera le produit choisi. Grâce à la réalité augmentée, il verra le rendu final du produit en position sur son smartphone », précise Maximilien Drouot. L’architecte peut également télécharger une photo du lieu d’installation dans le configurateur et ainsi, voir sa platine de rue configurée sur la photo.

Source : Aiphone

De son côté, Aiphone a choisi le NFC pour que l’installateur paramètre simplement les platines. Cette technologie fonctionne sous Android, car les interfaces Apple supportent mal l’échange de données entre appareils. L’installateur télécharge une application pour le système GT qui permet, là aussi, de télécharger la programmation de la platine, on modifie ce qu’il y a à modifier et ensuite on réinjecte les informations dans la platine. Il n’y a pas de démontage de platine du tout. Au lieu de câbler un PC par l’arrière, toute cette programmation se fait par le smartphone. De plus, il peut enregistrer sa programmation pour la dupliquer ultérieurement. Le choix s’est porté sur le NFC, car le Bluetooth nécessite impérativement un jumelage avec un autre appareil. Il s’agit d’un échange entre deux appareils, mais un seul pilote l’autre.

Les + DoorBird

Le fabricant allemand étend encore sa gamme de produits pour répondre aux normes PMR. Dorénavant, DoorBird propose des lecteurs de badge du type RFID pour répondre à toutes les contraintes possibles relatives aux bâtiments résidentiels collectifs. « Nous continuons notre développement sur le full IP et nous commençons à démarcher, en prospection terrain, avec notamment notre nouveau collègue en France. Notre stratégie est de passer majoritairement par les architectes, car notre produit très design leur convient. Notre configurateur interactif en 3D – réalité augmentée leur plaît et ils parviennent à tout concevoir plus facilement et à intégrer nos produits dans leurs plans. » En parallèle, DoorBird continue à soutenir les électriciens et intégrateurs domotiques, car ce sont eux les premiers prescripteurs. « Il y a une forte demande de leur part de pouvoir installer nos produits sur du résidentiel collectif. Nous avons su leur apporter une solution pour grandir ensemble et les accompagner dans leur développement ». Explique Maximilien Drouot. Cette année, DoorBird étoffe son offre sur le résidentiel collectif avec le lecteur de badges RFID, le détecteur de mouvement, la touche accessibilité et le Vigik.

Les + Urmet

« Urmet propose un environnement connecté complet qui permet d’assurer le confort et la sécurité de l’immeuble, du logement et de tout l’environnement de vie des résidents. Nous écoutons les clients pour leur donner le choix de la solution et au meilleur tarif. Nous avons la souplesse de pouvoir nous adapter ou nous interconnecter à leurs propres systèmes en développant si besoin des API. Enfin, la diversité de notre offre qui intègre le pilotage domotique, les systèmes d’alarme et de vidéosurveillance garantit une cohérence technologique », explique Rodolphe Perrot.

En effet, la technologie d’émetteurs radio ou filaires Yokis, marque d’Urmet, mais aussi tout l’environnement qui facilite le déploiement simple du pilotage domotique du logement (ou de l’immeuble) est totalement intégré aux systèmes Urmet. Le résident peut, depuis son interphone ou son smartphone, piloter l’ouverture de sa porte, ses éclairages, ses volets, son alarme ou encore ses caméras.

Les + Intratone

Intratone propose un écosystème complet et cohérent selon les points d’entrée. Le fabricant a développé Kibolt, la clé intelligente et son cylindre serrure électromécanique associé. La clé est incopiable et se comporte comme un badge de proximité (pas de mains-libres) sur les lecteurs Intratone, elle possède un pack MiFare. En plus, Intratone propose depuis toujours des systèmes de récepteur haute fréquence pour les portes de parking, entre autres. Les télécommandes permettent d’ouvrir le garage, mais servent également à ouvrir la porte de la résidence. Pour compléter, « nous pouvons apporter bien plus que l’interphonie et transformer n’importe quel immeuble en immeuble connecté sans gros travaux ni surcoût énorme : affichage à encre numérique, étiquette de boîte aux lettres connectées, capteurs d’ouvertures de portes, de sky-dômes, capteurs de présence d’eau ou d’humidité. Tout ceci en plug and play. L’idée a été d’associer un module de communication qui utilise la technologie LoRa à notre système d’interphonie », ajoute Cédric Mazet.

Les + Aiphone

Aiphone présente l’évolution de Collectif GT, son moniteur vidéo avec Wi-Fi intégré. Ce moniteur connecté est adapté pour la loi accessibilité. « C’est un moniteur 100 % compatible avec les installations GT existantes il est donc facile de l’installer. C’est un complément de gamme de nos moniteurs » présente Antoine Pelloux. Côté platine connecté, le PoE est plus classique et plus facilement proposé et installé dans le tertiaire, avec notamment les platines PoE de la gamme IX. Il peut être risqué de tirer du câble en rénovation, d’autant plus si le Wifi existe et est fonctionnel. En neuf, il serait bien que promoteurs et bureaux d’études imposent ce genre de nouveaux modèles. Mais la promotion immobilière veut les dernières technologies à des prix très bas… Selon Aiphone, la tendance ira de plus en plus sur le PoE pour supporter les services connectés liés à la domotique.

Les + Noralsy

Source : Noralsy

« Ces douze derniers mois, nous avons bien enrichi notre offre interphone 4 G. Nous avons la 4 G PRO et la 4 G PRO V2 récemment, qui est une platine avec un grand écran couleur personnalisable en inox avec la boucle magnétique pour les visiteurs qui ont un appareil auditif. La 4G PRO est pré-équipée mains-libres et dédiée aux bailleurs sociaux ou aux copropriétés haut de gamme.
Nous avons également sorti la platine 4G MINI, qui permet de démocratiser la technologie 4G, car elle est vendue à moins de 500 € pour l’installateur. Un produit beaucoup plus accessible, presque deux fois moins cher que les platines 4G PRO.
Nous proposons aussi la platine 4G MINI+, avec les artefacts de la 4G PRO. Et enfin une dernière platine dédiée au tertiaire : la 4 G MINI Touch. Même mécanique que la 4G MINI, mais à quatre boutons pour avoir une platine à bouton d’appel, à destination des écoles, des ERP et de tous les bâtiments de collectivités locales qui ont besoin d’avoir une gestion de l’accès allant jusqu’à 4 directions », conclut Emmanuel Levy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *