B.E.G. capte la qualité de l’air

Anouvong Visouthivong, B.E.G. LUXOMAT NET.

Anouvong Visouthivong, ingénieur Solutions Réseaux Domotique BEG LUXOMAT NET, nous explique pourquoi BEG, spécialiste de la détection de présence, vient de présenter un capteur mural COV.

Electricien+ – B.E.G. est connu pour ses détecteurs de présence et ses luminaires associés. Pourquoi commercialiser un capteur de qualité de l’air ?
Anouvong Visouthivong – Aujourd’hui, le détecteur ne sert plus seulement à allumer ou éteindre un luminaire, il s’inscrit plutôt dans un schéma global de confort et d’économie d’énergie. Depuis des années, maintenant, le détecteur possède un contact auxiliaire qui permet de déclencher un système supplémentaire à la présence, une ventilation ou un système de traitement d’air, par exemple. Il paraissait donc intéressant de pouvoir également enclencher ces systèmes en fonction de la qualité de l’air (taux d’humidité inadapté et composés organiques volatils). Ce nouveau capteur mural COV B.E.G. OCCULOG® mesure la qualité de l’air, l’humidité et sert également de régulateur de température. La qualité de l’air est déterminée par les composés organiques volatils (COV) présents dans l’air ou le CO2.

E+ – Ce capteur COV est très complet. Comment faites-vous pour obtenir une mesure fiable ?
A.V. – La Lecture est basée sur les COV. et non pas sur une valeur extrapolée d’une équivalence en CO2. C’est cette différence qui le rend très précis et fiable, comparé aux autres produits sur le marché qui, eux, sont basés sur une équivalence en CO2 et qui ne peuvent donc pas détecter une présence de composants tels que le benzène, qui est cancérigène. Le CO2 ne permet pas de détecter avec suffisamment de fiabilité la dégradation de la qualité de l’air dans les situations où la concentration de CO2 est la plus réduite.

E+ – Quelles sont les autres évolutions associées à ce capteur ?
A.V. – Aujourd’hui, ce capteur est disponible en version KNX ; il peut être mis en œuvre dans une installation « light », uniquement avec une alimentation KNX qui permettra d’alimenter jusqu’à 64 régulateurs (1 par pièce) et, par la suite, nous sortirons un capteur autonome en 230V qui s’installera en faux plafond. D’autres composants KNX permettent encore plus de confort, par exemple les données de mesure peuvent visualisées.

L’utilisateur a alors la possibilité de spécifier les valeurs qu’il souhaite. Le contrôle peut également être lié à la présence via un détecteur de présence KNX. Comme un détecteur classique, mais qui indiquera, grâce à son dôme, la qualité de l’air en couleurs. Une LED d’état indique le niveau de la qualité de l’air, et de l’humidité en rouge, jaune et vert.

E+ – Vous dites que cela reste un capteur classique ?
A.V. – Oui, car le contrôle de la température reste très simple. Le chauffage ou le refroidissement peuvent être activés par un contrôleur de chauffage en utilisant les valeurs limites de l’ETS. Nous avons rendu son utilisation simple et conviviale. Ainsi, la LED d’état indique le chauffage en rouge et le refroidissement en bleu. L’utilisateur de la pièce peut également modifier la température individuellement grâce à la roue rotative intégrée. La roue rotative ne doit pas nécessairement être utilisée pour le contrôle de la température ; elle peut aussi être utilisée comme contrôleur de la qualité de l’air (valeur de consigne en ppm) ou de l’humidité (valeur de consigne de l’humidité relative).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.