Pénuries dans l’industrie de l’éclairage : anticiper et s’adapter

Matières premières, composants électroniques, transport, les industries de l’éclairage s’organisent face aux pénuries.

Dans cette phase de relance de l’activité, que l’on souhaiterait vigoureuse, les fabricants de matériels d’éclairage subissent simultanément des augmentations très significatives des coûts de matières premières, (métaux, plastiques, peintures, verre… mais aussi les composants électroniques), et l’émergence de pénuries diverses. Ces augmentations et pénuries sont aggravées par des difficultés de la chaîne logistique.

Hausse significative des coûts de matières premières et pénuries

Ces pénuries provoquent des décalages ou réductions de livraison, des arrêts temporaires d’approvisionnement, avec en corolaire des augmentations conséquentes des prix. Cette situation est due pour partie à des difficultés sanitaires dans certains pays fournisseurs mais aussi à la reprise économique particulièrement vigoureuse qui fait exploser la demande – et les prix – sur certaines matières premières, en sus de capacités de transport maritime très perturbées.

Indice des matières premières importées en France

Pénuries. Communiqué Syndicat de l'éclairage

Indice synthétique des cours des métaux cotés à Londres
(6 métaux de base*)

Pénuries. Communcommuniqué Syndicat de l'éclairage

Les industries électroniques en première ligne

Dans l’éclairage, alors que se développent le numérique et les automatismes de gestion – rendus obligatoires par la réglementation en rénovation – les pénuries de drivers et composants pour les systèmes d’éclairage à LED se multiplient et entraînent de très importantes difficultés au niveau de la fabrication et des livraisons.

Prix spot des semi-conducteurs

 

Dispositions en vigueur pour l’exécution des contrats

Le ministère de l’Économie et des finances a publié des recommandations applicables aux acheteurs publics pour « soutenir les entreprises » en faisant preuve de souplesse dans l’exécution des marchés, en veillant « au cas par cas, à ne pas appliquer de pénalités […] », et en accordant « des reports de délais ».
Bercy a également précisé que les acheteurs publics peuvent « en cours d’exécution du marché, aménager les délais d’exécution et renoncer à l’application des pénalités de retard ».
La circulaire « Aménagements des conditions d’exécution des marchés publics de l’État face aux difficultés d’approvisionnement » publiée le 16 juillet dernier par le directeur du cabinet du Premier ministre, vient ainsi appuyer les déclarations du ministère de l’Économie et des finances.

Anticiper et s’adapter

Afin de limiter les réductions ou reports de livraison, les risques d’arrêts de production et les arrêts de chantier, nous, membres du Syndicat de l’éclairage, recommandons d’anticiper. Cette situation d’imprévisibilité et de tension va vraisemblablement se poursuivre jusqu’au second semestre 2022, ce qui nous incite à inviter toute la filière à faire preuve d’anticipation dans les projets et de souplesse dans l’exécution.

https://www.syndicat-eclairage.com/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.