Optimiser son éclairage public, premier pas vers la ville résiliente et la Smart City

Par Fabrice Dudognon, directeur France Électricité & Smart City chez Itron

En France, plus de neuf Français sur dix vivent dans des zones urbaines. Dans ce contexte, l’avènement de la Smart City doit permettre aux villes de relever les défis auxquels elles sont confrontées. Préserver les ressources et améliorer la qualité de vie, tout en maîtrisant les coûts… mais par où commencer ?

La Smart City : un idéal lointain ?
Le développement et l’appropriation des nouvelles technologies de l’information et de la communication en vue d’améliorer la qualité des services urbains semblent être la marche à suivre. C’est le concept de la Smart City : une « ville intelligente » utilisant les nouvelles technologies pour optimiser son organisation. IA, IoT, blockchain, biométrie ou encore collecte de données… si la maîtrise de ces technologies constitue l’objectif à – soyons optimistes – moyen terme de tout acteur du développement urbain durable, l’éclairage public est certainement celui sur lequel il est possible d’agir le plus facilement et efficacement.

L’éclairage public : des enjeux multiples
En France, selon l’Ademe, l’éclairage public représente environ 20 % de la facture globale d’énergie d’une ville. Avec les charges de maintenance et les investissements, le coût de l’éclairage public revient à près de 2 milliards d’euros. Le parc français est globalement vétuste : selon le Syndicat de l’éclairage, au moins 40 % des luminaires en service ont plus de 25 ans. Le parc émet annuellement 670 000 tonnes de CO2 par an ! En outre, les lumières artificielles constituent la première cause de pollution lumineuse, avec des conséquences néfastes sur notre santé.

Économiques, environnementaux et sociétaux, l’éclairage public concentre des enjeux importants. C’est pourquoi les villes doivent mener une réflexion sur cette question et songer à transitionner vers des solutions adaptées, évolutives et connectées.

L’éclairage intelligent : un retour sur investissement tridimensionnel
Un éclairage « intelligent » consiste à remplacer les lampes existantes par des lampes LED. Moins énergivores, elles ont une durée de vie plus longue, génèrent moins de chaleur et ont la capacité de moduler leur flux lumineux et donc leur consommation d’électricité.

Équipées de capteurs connectés et supervisées à distance via un système de télégestion, leur puissance peut être adaptée par les collectivités en fonction de la luminosité ambiante, de la présence ou non de citoyens et des standards établis. L’utilisation de la plateforme logicielle SLV, déjà déployée par de nombreuses collectivités, permet de gérer son réseau via une application dédiée et personnalisable.

Le recours à l’éclairage intelligent offre un retour sur investissement tridimensionnel. Économique, car l’optimisation de l’éclairage public permet de réduire jusqu’à 70 % la facture d’électricité d’une ville. Social, car l’amélioration de l’éclairage public réduit la criminalité, les accidents et le sentiment d’insécurité (91 % des Français soulignent le rôle de l’éclairage pour renforcer les conditions de sécurité). Écologique enfin, car une meilleure maîtrise de la consommation signifie moins de pollution directe (au dioxyde de carbone ou lumineuse) ou indirecte (production d’électricité).

Les décisions d’aujourd’hui pour les villes de demain
Mettre en place un éclairage intelligent performant requiert de disposer des données pour analyser les flux humains et la réalité de son territoire et prendre les meilleures décisions. Toutes les villes n’ont pas encore les moyens techniques de le faire et beaucoup doivent encore investir dans une nouvelle infrastructure. Les petites communes peuvent ainsi recourir au Conseil en énergie partagée (CEP) de l’Ademe.

Le choix de la bonne technologie dans un contexte de budgets contraints exige un processus d’évaluation minutieux. Choisir les bons partenaires dès le départ sera crucial pour le succès à court et à long terme. Heureusement, des acteurs de la transition existent et sont prêts à accompagner les pouvoirs publics pour répondre aux enjeux de la Smart City.

Par Fabrice Dudognon, directeur France Électricité & Smart City chez Itron

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.