J. Lhote, Distech Controls : « Les décrets adressent les enjeux énergétiques, mais traitent également les volets de la digitalisation »

Jérôme Lhote, directeur commercial grands projets, Distech Controls

Distech Controls, expert dans le domaine des solutions de gestion pour les bâtiments, propose des technologies et des services permettant d’optimiser l’efficacité énergétique et le confort, tout en réduisant les coûts d’exploitation. Cette année, Distech Controls met en avant un nouveau contrôleur BMS (Building Management System) IoT embarqué, ainsi qu’un régulateur terminal compact dédié au petit tertiaire.

Dans le cadre du plan de relance, du décret BACS, du décret tertiaire et de la RE2020, quelles sont selon vous les opportunités pour la filière ?
Jérôme Lhote –
La conjonction des nouvelles mesures réglementaires et du plan de relance est une opportunité unique de financer des travaux, généralement conduits à marche forcée par l’évolution des normes, sans le financement adéquat. Les objectifs des décrets sont multiples et ambitieux, mais ils peuvent être atteints en partie grâce aux 4 milliards d’euros de l’État alloués à notre filière au titre du plan de France Relance. Ces décrets adressent les enjeux énergétiques, mais traitent également les volets de la digitalisation et de la gestion numérique. Si la digitalisation du parc immobilier se fait avec des technologies ouvertes, c’est une formidable opportunité d’accroître l’attractivité des bâtiments, en permettant l’intégration de tous types de services numériques, qu’ils soient dédiés à l’efficacité opérationnelle ou au bien-être des occupants.

Quels sont pour vous les principaux leviers pour massifier la transition énergétique du parc tertiaire ?
J. L. –
Il y a deux volets principaux : l’un, méthodologique, et l’autre qui concerne la structuration de la donnée. Sur le plan méthodologique, il est important de mettre en place des méthodes communes. Il faut faire le choix de systèmes qui standardisent les données, tout en privilégiant la cybersécurité pour convaincre et rassurer les propriétaires. Les propriétaires et gestionnaires doivent privilégier des systèmes évolutifs, permettant de réaliser des mises à jour régulières pour rendre les solutions pérennes. La digitalisation est un levier de massification de la transition énergétique, mais il faut pour cela sélectionner le bon socle technologique, idéalement basé sur les standards ouverts de l’industrie, garantissant interopérabilité et sécurisation des données, qu’il conviendra de structurer.

Quelles sont vos nouveautés produits cette année ?J. L. – Notre grosse nouveauté cette année est une solution appartenant à la gamme ECLYPSE. Elle a nécessité trois ans de R&D, et des versions bêta fonctionnent aux États-Unis depuis plusieurs mois. Cette solution, baptisée ECLYPSE APEX, a un positionnement inédit sur le marché : il s’agit d’un contrôleur GTB IoT constitué de trois niveaux. Ce contrôleur se présente comme un ECY-S1000 survitaminé, avec lequel il partage les mêmes modules d’E/S, offre les mêmes avantages que le reste de la gamme ECLYPSE (RESTful API, connecteur natif Microsoft Azure IoT Hub), ainsi qu’une zone entièrement dédiée aux développeurs IoT/IA, qui pourront embarquer leurs solutions en utilisant les technologies bien connues du monde IT telles que la conteneurisation Docker et l’IoT Edge. Cette solution permet une meilleure sécurité et une plus grande réactivité, car la solution n’est pas tributaire d’une connexion internet, d’abonnements, de mots de passe… Enfin, il s’agit du premier contrôleur au monde intégrant un composant dédié au Machine Learning, le TPU (Tensor processing unit), qui permet de bénéficier de l’intelligence artificielle sur site. Nous avons une autre nouveauté, également intégrée à l’offre ECLYPSE et baptisée « le thermostat connecté ECLYPSE ». Ce régulateur terminal ultra-compact dédié aux petits bâtiments tertiaires en rénovation intègre le Wi-Fi, le Bluetooth, l’IP, les Restful API et fonctionne sur le Cloud pour gérer les scénarios liés à la qualité de l’air intérieur.

Propos recueillis par Alexandre Arène

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.