Datacenters : gestion de la fin de vie des équipements IT, aller au-delà des obligations légales

Jean-Louis Cissé directeur groupe ATF fin de vie des équipements IT
Jean-Louis Cissé, directeur du développement au Groupe ATF

Les organisations, tant privées que publiques, maîtrisent désormais les obligations réglementaires liées à la gestion de la fin de vie des équipements informatiques : effacement des données, notamment dans le cadre du RGPD, et gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE ou D3E). Toutefois, il est possible d’aller beaucoup plus loin en valorisant les équipements sur le plan économique et environnemental, et en adoptant notamment des stratégies de réutilisation.

Par Jean-Louis Cissé, directeur du développement, Groupe ATF

L’effacement des données : une opération complexe à gérer

La priorité numéro un des organisations, en fin de vie des équipements informatiques (libération, curage, retrait d’une baie, etc.), est évidemment d’effacer toutes les données qu’ils contiennent. C’est une obligation au titre du RGPD pour les données personnelles des employés, des clients, des administrés, et plus généralement pour toutes les données personnelles qui ont été stockées sur les équipements. Mais, pour se prémunir contre les risques de récupération des données, l’effacement doit également viser toutes les données sensibles (RH, commerciales, juridiques, techniques, comptables, etc.) des organisations.

Ces opérations d’effacement de données s’appliquent aux équipements IT destinés à être détruits après leur décommissionnement, aux équipements restitués en fin de location et à ceux qui peuvent faire l’objet d’un réemploi. Elles ne se limitent pas à un simple formatage du disque dur. Il s’agit d’un projet complexe qui nécessite une certaine expertise : utilisation de logiciels spécifiques, choix du lieu d’effacement (sur site ou chez un prestataire), sélection d’un transporteur offrant toutes les garanties en matière de sécurité, etc.

De la pré-visite du centre de données à décommissionner à sa libération complète, il faut plusieurs semaines pour préparer et mener à bien le projet, voire plusieurs mois pour les opérations de grande envergure. Et dans le cas de la colocation, les « fenêtres de tir » sont très courtes, ce qui signifie qu’il est nécessaire de bien se coordonner avec le prestataire de services pour éviter les pénalités de retard en cas de non-respect des délais.

Valoriser les équipements IT : un levier pour réduire les coûts de décommissionnement

Outre le remplacement des matériels IT, leur décommissionnement représente donc un coût pour les organisations. De nombreuses entreprises préfèrent encore détruire et recycler les matériels informatiques hébergés dans leurs centres de données. Mais il existe d’autres moyens pour réduire à la fois le coût du décommissionnement et l’empreinte environnementale des organisations.

Par exemple, le service informatique peut décider de prolonger la durée de vie des matériels IT en les attribuant à des collaborateurs qui utilisent des applications ne nécessitant pas des machines de dernière génération. Les équipements peuvent également être reconditionnés et valorisés sur le marché de l’occasion, que ce soit en BtoC ou en BtoB. Une troisième possibilité est le réemploi des composants des matériels, la valorisation de leurs composants (métaux ferreux et non ferreux, métaux rares, verre, plastiques, etc.) ou encore leur valorisation énergétique.
Dans tous les cas, lors de l’achat d’un matériel neuf, il est opportun de se poser la question du réemploi, interne ou externe. Le choix de machines puissantes ou de grande capacité peut être judicieux : elles sont initialement plus chères à l’achat (ou à la location), mais leur valorisation peut compenser ces coûts dans le cadre d’une seconde vie. En revanche, la destruction d’un équipement en fin de vie, parce qu’il est devenu inutilisable, entraîne des coûts économiques et environnementaux non négligeables pour l’entreprise.

Impacts environnementaux : vers une approche écologiquement responsable

En raison des composants dangereux pour l’environnement, mais aussi du potentiel de recyclage des matériaux qui les composent, les équipements électriques et électroniques sont soumis à une réglementation stricte pour la gestion de leur fin de vie. Ainsi, depuis 2005, les entreprises françaises sont tenues d’assurer le recyclage des DEEE contenus dans les équipements informatiques, en s’adressant au fabricant ou à des organismes agréés.

Toutefois, si l’on considère l’empreinte environnementale des matériels IT, un nombre croissant (mais encore insuffisant) d’organisations commencent à s’intéresser à l’empreinte carbone et à la consommation de ressources (eau, métaux rares et précieux, énergie) de leurs équipements numériques sur l’ensemble de leur cycle de vie, depuis la quantité de matières premières nécessaires à leur fabrication jusqu’à leur gestion en fin de vie, en passant par leur fabrication, leur transport et leur utilisation.

Afin de réduire leur impact environnemental et ainsi améliorer significativement leur performance extra-financière, les organisations ont aujourd’hui tout intérêt à multiplier les initiatives pour favoriser au maximum le réemploi (interne ou externe) de leurs matériels IT et à orienter leur politique d’achat vers des équipements « écoresponsables par conception » (faible consommation de ressources et d’électricité, durables et réparables), voire d’occasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.