Lumières N° 37 – Dossier : Centres commerciaux et grandes surfaces

Photo d'ouverture du dossier : Centres commerciaux et grandes surfaces
Centre commercial Mon Grand Plaisir, à Plaisir (Yvelines) – Promoteur/Investisseur/Gestionnaire : La Compagnie de Phalsbourg Architecte : Gianni Ranaulo - GR Design Paysagiste : Atelier Paul Arène Conception lumière : Atelier du Son et Lumière
© CNCC. Photo Julien Hananel

En extérieur comme en intérieur, les centres commerciaux font peau neuve et adaptent leur éclairage pour améliorer le confort des visiteurs et mettre en valeur les vitrines et rayons. Ces grandes surfaces s’engagent aussi dans une démarche écoresponsable à tous les niveaux, de la maîtrise de l’énergie à l’aménagement de plages horaires pour accueillir les clients autistes, dans une ambiance apaisée.

Création, rénovation, extension, les centres commerciaux font peau neuve, s’engageant dans une démarche écoresponsable à tous les niveaux. En extérieur comme en intérieur, les lumières se veulent résolument en adéquation avec l’architecture et plus que jamais la maîtrise de l’énergie est au cœur des projets. Les abords du bâtiment, les circulations et les produits présentés dans le super ou l’hypermarché sont autant de zones à prendre en compte pour définir un éclairage adapté, confortable et… qui fait vendre. À noter, en préambule à ce dossier, l’engagement sociétal du Conseil national des centres commerciaux (CNCC). En effet, l’organisme a mis en place un dispositif « de l’heure silencieuse » : grâce à la réduction de l’intensité lumineuse et du volume sonore durant certaines plages horaires hebdomadaires, les personnes autistes et leurs accompagnants peuvent fréquenter les centres commerciaux dans une ambiance apaisée. Le CNCC, en concertation avec les associations concernées par l’autisme, s’engage à promouvoir ce dispositif au travers d’une charte mise à disposition de ses adhérents.

Dossier réalisé par Isabelle Arnaud

CENTRES COMMERCIAUX :
OPTIMISER LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET LE CONFORT

Photo de Dorian Lamarre, directeur des Affaires publiques du Conseil national des centres commerciaux (CNCC)
Dorian LAMARRE
Directeur des Affaires publiques du Conseil national des centres commerciaux (CNCC)
© Nicola Gleichauf & Frank Barylko

Organisation paritaire, le CNCC, qui regroupe plus de 400 sociétés adhérentes, donne aux promoteurs, gestionnaires, investisseurs, enseignes, conseils et prestataires de services, la dynamique nécessaire pour améliorer, faire progresser et unir chaque famille autour d’objectifs communs. Le CNCC est le porte-parole des acteurs de l’immobilier commercial.

Quelles sont les missions du CNCC ?
Dorian Lamarre – Le rôle du CNCC est de promouvoir l’intérêt de ses membres sur tous les sujets : de l’urbanisme commercial à la RSE, en passant par les questions d’exploitation, de bail commercial, etc. Pour ce qui concerne l’éclairage, notre périmètre d’actions se concentre principalement sur les parties communes. Dans la réalisation d’un projet, l’éclairage représente une part importante, soit 40 % du rendu du projet architectural, englobant la mise en lumière extérieure et l’éclairage des galeries marchandes. L’objectif consiste à répondre aux attentes des exploitants en mettant en place des solutions d’éclairage durables qui garantissent le confort des occupants.

Comment l’éclairage est-il abordé dans le projet du centre commercial ?
Plusieurs solutions peuvent se présenter. Soit le maître d’ouvrage fait appel à un fabricant qui gère l’ensemble du projet d’éclairage, soit il confie l’étude à un architecte et un éclairagiste qui vont bâtir ensemble la théâtralisation, la domotique, la recherche de technologies efficaces pour les labellisations. Le projet d’éclairage doit offrir un juste équilibre entre, d’un côté, une dimension esthétique et la création d’ambiances lumineuses confortables, et d’autre part, un aspect environnemental qui réponde aux exigences énergétiques des certifications. Cette notion prend aujourd’hui de plus en plus d’importance, eu égard au contrôle des consommations d’énergie, et surtout au label BREEAM (Building Research Establishment Environmental Assessment Method), très recherché par les promoteurs et propriétaires de centres commerciaux. En résumé, l’éclairage repose sur trois grands principes : le respect de l’environnement, la performance énergétique et la dimension artistique (ambiance et confort du client) associée aux éléments techniques mis en œuvre. À noter que, dans un centre commercial, on fait souvent cohabiter l’objet lumineux, très décoratif et qui fait partie du décor intérieur, et les luminaires techniques efficaces, spécialement adaptés pour répondre aux exigences d’éclairage requis et se fondre dans l’architecture. Le centre commercial a connu ces dernières années une grande transformation et l’éclairage a suivi cette mutation.

Dans quel sens l’éclairage des centres commerciaux a-t-il évolué ?
Les bâtiments, souvent signés par des architectes de renom, sont devenus de véritables centres d’expérience, des lieux à vivre, des espaces de loisirs où tout est pensé pour inciter le client à passer un bon moment, dans un cadre le plus confortable possible. En éclairage, cela se traduit par une réflexion commune et globale des architectes et des concepteurs lumière qui pensent le bâtiment aussi bien par des mises en lumière extérieures très soignées que par un intérieur chaleureux. Mais attention, un certain nombre de règles s’imposent, notamment en extérieur, et les projets doivent impérativement tenir compte des exigences réglementaires et sécuritaires. Il n’était pas rare, il y a quelques années, de trouver, dans les parkings notamment, des zones très éclairées qui contrastaient avec des zones d’ombres. Aujourd’hui, l’uniformité est de rigueur. Outre la réglementation, la performance énergétique élevée des luminaires LED et les nouvelles technologies, qui ont permis d’obtenir des courbes photométriques plus adaptées à ces espaces, ont contribué à rendre les abords des centres commerciaux plus agréables, et plus sécures aussi. De même, les zones commerciales périphériques et les « boîtes à chaussures » que l’on trouvait aux entrées de ville tendent à disparaître pour laisser la place à des ensembles qualitatifs aux architectures originales, mettant en oeuvre des matériaux nobles, avec des ambiances lumineuses accueillantes, aussi bien en extérieur qu’en intérieur.

Quelles sont les attentes des maîtres d’ouvrage en matière d’éclairage intérieur ?
L’époque de l’éclairage uniforme et purement fonctionnel est révolue et a été remplacée par une approche plus architecturale de l’éclairage, conduite par des designers et des éclairagistes souvent issus du secteur de l’hôtellerie où le confort et l’ambiance recherchée sont au cœur du projet. La mise en lumière accompagne ainsi l’expérience du client, parfois avec la création de véritables œuvres d’art lumineuses disposées dans les espaces de détente, par exemple. Cependant, il faut trouver un certain équilibre entre l’éclairage des galeries marchandes, des parties communes, et celui des enseignes et de leurs vitrines. Or, au moment de la conception du bâtiment, les architectes et concepteurs lumière n’ont pas forcément de vision de la commercialisation à venir. Toute la difficulté consiste alors à anticiper et à définir un éclairage le plus possible intégré à l’architecture et aux futurs commerces aux concepts souvent très différents. En outre, il faut tenir compte également, le cas échéant, de la lumière naturelle et du rythme circadien afin que, la nuit tombée, le visiteur n’ait pas l’impression d’avoir un plafond sombre au-dessus de la tête. Mais pour les maîtres d’ouvrage, favoriser la mise en place de solutions efficaces et esthétiques ne suffit pas, la réduction des consommations et la maintenance doivent également s’inscrire dans une démarche de développement durable afin de conserver à l’installation d’éclairage toutes ces qualités environnementales et sa durabilité.

 

•••

Lumières dynamisantes au PAC 2000A, Italie, par iGuzzini

Photo des centres commerciaux de PAC 2000A, en Italie
© iGuzzini

Le PAC 2000A est l’une des 7 coopératives liées à la Conad, le plus grand regroupement de coopératives de commerçants italiens. Fondée en 1972, elle est composée de 15 coopératives qui couvrent toute l’Italie. Construit il y a plus de 25 ans, le centre commercial Cospea, de Terni, appartient à PAC 2000A.

En 2019, PAC 2000A a décidé d’étendre et de rénover le complexe, le projet a été confié au Studio Zaroli et à Italprogetti, qui ont relevé le défi de donner une nouvelle forme à la structure existante et d’ajouter une nouvelle section.

La première étape a consisté à redessiner le centre commercial existant et à moderniser l’éclairage de service des différentes zones extérieures avec des luminaires Crown et Ufo montés sur poteau. À l’intérieur du centre commercial, les allées d’accès et la zone de rencontre principale ont également été réorganisées, avec un nouveau parcours commercial éclairé par des luminaires Laser Blade et animé d’effets lumineux colorés émotionnels créés par des Linealuce RGB et panneaux LED 200 x 200 personnalisés.

Photo des centres commerciaux de PAC 2000A, en Italie
© iGuzzini

La deuxième étape s’est concentrée sur l’éclairage du nouveau centre, relié à l’ancien par un tunnel urbain. Il s’agissait de mettre en valeur et de souligner les nouvelles entrées, inspirées des portes de la vieille ville. Pour ce faire, des Multiwoody et iPro ont été installés, ainsi que des Linealuce RGBW pour obtenir des effets lumineux colorés. Les parcours commerciaux intérieurs, quant à eux, ont été délimités par un plafond ondulé mis en valeur par des luminaires Underscore qui créent une dynamique horizontale. C’est cette volonté de donner au complexe un style dynamique qui a poussé le studio à adopter des solutions telles que les lames de lumière pour décorer les surfaces verticales, les appareils Trick pour éclairer les plafonds à caissons géométriques et les appareils Underscore à lumière blanche pour les plafonds aux lignes courbes.

Maître d’ouvrage : PAC 2000A Soc Coop
Architecte : Studio Zaroli
Conception lumière : Italprogetti – Moreno Dorillo

 

•••

Real Markthalle, à Balingen (Allemagne), par Ridi

Photo de centres commerciaux : Real Markthalle, Balingen (Allemagne)
© Ridi

Le marché Real de Balingen, en Allemagne, dans la zone industrielle de Gehrn, s’est transformé en marché couvert. Balingen est le troisième site à s’être doté de ce concept qui rappelle les halles traditionnelles avec son univers dédié à la gastronomie et ses nombreux petits stands. Les différentes zones sont mises en avant grâce à l’éclairage de Ridi. Dans l’entrée et les axes principaux, le système de chemin lumineux Linia-Flat garantit un éclairage général et amène les visiteurs vers les zones marchandes. La disposition spécifique des chemins lumineux dans un style Mikado apporte une touche de fantaisie dans les allées principales.

Dans les zones réfrigérées et au rayon surgelés, les réglettes VLDF-F ont été utilisées en 5 000 K afin de délimiter visuellement cette partie des autres zones ayant une température de couleur plus chaude, de 3 000 K, ce qui facilite l’orientation dans ce vaste marché. L’éclairage efficace des rayons d’épicerie et des bannières murales est assuré par le projecteur pour rayonnage Rey, également en conception simple et double, qui a été spécialement développé pour les exigences complexes de l’éclairage des produits dans les rayonnages. La performance du Rey permet de réduire le nombre de luminaires par rapport à une solution classique tout en gardant un niveau d’éclairement élevé.

Dans les allées plus étroites, c’est le luminaire Britt qui a été choisi pour apporter un bon confort visuel et faciliter la recherche d’informations. Le luminaire est orientable à 90° : il est équipé de lentilles offrant une grande efficacité lumineuse. Dans la zone dédiée aux alcools et vins, les projecteurs Tino apportent un éclairage précis et ponctuel dans une mise en valeur vive et contrastée des marchandises.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

•••

Centre Leclerc de Cernay, par Lucibel

Photo de centres commerciaux : centre Leclerc de Cernay
© Lucibel

Le Centre Leclerc de Cernay, en Alsace, a rénové tout l’éclairage de sa surface de vente alimentaire afin de réaliser des économies d’énergie tout en apportant plus de confort aux clients. La rénovation a consisté à remplacer l’éclairage général à base de tubes fluorescents énergivores par un éclairage d’accentuation. Il fallait des produits de fortes puissances du fait de ses plafonds hauts allant jusqu’à 5,50 m. Le groupe Lucibel a proposé des luminaires sur rail offrant des flux de 3 000 lm à 5 000 lm selon les besoins. Afin de limiter les frais d’installation, les luminaires ont été en partie proposés avec des doubles têtes.

La réalisation a été programmée en plusieurs étapes. Le projet a débuté par la cave à vin et le rayon textile, pour se terminer, après l’éclairage général, par les surfaces des caisses. Les luminaires ont été adaptés à chaque zone en température de couleur et en puissance, tout en procurant une homogénéité visuelle. La rénovation a permis de réaliser 40 % d’économies d’énergie. Au total, ce sont 860 luminaires sur rail qui ont été installés.

Photo de centres commerciaux : centre Leclerc de Cernay
© Lucibel

Ce résultat a incité le propriétaire de cette enseigne à rénover également son Brico Leclerc du même centre commercial. Pour cette rénovation, il a choisi le Loline de Lucibel. Un produit LED qui peut remplacer à l’identique les lignes fluorescentes préalablement installées. Les différentes optiques symétriques (30°, 60° ou 90°), mais aussi asymétriques ou doubles asymétriques, et le flux de 5 800 lm à 19 500 lm (jusqu’à 145 lm/W) ont permis de s’adapter aux différentes hauteurs sous plafond et de trouver une solution technique pour chaque espace. La température de couleur de 4 000 K procure un confort visuel et une ambiance chaleureuse et les produits sont parfaitement mis en valeur.

La durée de vie de 50 000 heures (L80B10) du luminaire permettra aussi de réduire les coûts annuels de maintenance par rapport à l’ancienne solution fluorescente, de faire des économies d’énergie de près de 60 % et de bénéficier d’un retour sur investissement d’environ 4 ans. Ainsi, avec le même produit, il a été possible de créer des lignes continues, mais aussi des structures géométriques du plus bel effet. Le système à trois rangées de LED, couplé à des formes carrées et rectangulaires, rythme le parcours dans le magasin et délimite les différentes zones, offrant une solution aussi esthétique qu’efficace.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.