Daphna Goldstein, directrice générale France, Hager Group : « Une meilleure gestion des énergies a un impact direct sur les émissions de CO2. »

Historiquement positionné sur le segment des logements et des petits bâtiments tertiaires, Hager développe également son offre pour adresser les installations électriques des bâtiments tertiaires, et propose ainsi des solutions pour la distribution d’énergie, la surveillance des consommations multiénergie et les infrastructures de recharge de véhicules électriques. Des solutions qui ont le vent en poupe, notamment grâce au dispositif écoénergie tertiaire et à sa déclinaison opérationnelle, le décret BACS (Building automation and control Systems), qui fait entrer les solutions de gestion de l’énergie dans la réglementation. Daphna Goldstein, directrice générale pour les marchés France et Belgique, revient sur les principaux enjeux de performance énergétique des bâtiments et détaille la vision stratégique de Hager sur ces segments.

Quels sont les principaux enjeux de Hager et des entreprises de la filière électrique au service de la transition énergétique des bâtiments ?
Daphna Goldstein – Il est évident que la filière électrique a un rôle important à jouer dans la transition énergétique, et ce, dès à présent. Le principal enjeu est incontestablement celui de la gestion de l’énergie, tant sur nos sites industriels que dans les bâtiments pour lesquels nous fournissons des solutions pour les installations électriques. Une meilleure gestion des énergies a un impact direct sur les émissions de CO2. Si l’on veut contribuer activement à la trajectoire 2 °C, la meilleure gestion de l’énergie doit cependant aller de pair avec d’autres enjeux, comme celui de la rénovation des bâtiments, par exemple.

Comment Hager adresse-t-il ces enjeux et quelle est votre vision stratégique ?
Daphna Goldstein – Au plus haut niveau de l’entreprise, le directoire de Hager Group a inscrit ses objectifs de développement durable au cœur de son projet stratégique, avec deux axes majeurs : s’engager sur le respect d’objectifs ambitieux, mais réalistes, de réduction des émissions de CO2 à toutes les étapes de la chaîne de valeur, mais aussi contribuer à notre manière en proposant des solutions qui concourent directement à une meilleure gestion des énergies dans les bâtiments. Depuis 2021, la nouvelle Business Unit Hager Energy a pour mission de développer les solutions dans le domaine de l’approvisionnement et de la gestion des énergies renouvelables. Cette entité regroupe les activités de Hager sur les infrastructures de charge pour les véhicules électriques (IRVE) pour les bâtiments tertiaires, résidentiels collectifs et individuels, enrichies de logiciels de gestion, ainsi que sur le stockage de l’énergie, avec des solutions dédiées à l’autoconsommation et la gestion de l’énergie des bâtiments avec des solutions de suivi, de visualisation des consommations et de gestion multisite.

Quelles sont vos actualités, nouveautés produits/solutions, axes de développement pour l’année à venir ?
Daphna Goldstein
 – Nous avons lancé en juin dernier stream, notre logiciel pour la visualisation des consommations d’énergie multisites. Stream complète parfaitement le système éprouvé de supervision de consommation d’énergie, agardio.manager, en apportant un niveau de contrôle supplémentaire, multisite et multiénergie. Il permet de faire remonter les informations de plusieurs contrôleurs agardio.manager pour simplifier et unifier la gestion de parcs tertiaires notamment, en apportant aux exploitants et aux services techniques tous les outils nécessaires pour assurer un contrôle centralisé performant des consommations d’énergie, de la gestion de terrain à l’autoconsommation. Nous poursuivons notre développement dans le tertiaire, engagée depuis plusieurs années. D’autres nouveautés sont attendues au cours de l’année 2022, avec un élargissement de notre offre de bornes de recharge communicantes et une nouvelle offre sur la distribution d’énergie dans les bâtiments tertiaires, intégrant un indice de service.

Propos recueillis par Alexandre Arène

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.