Bien éclairer un commerce de proximité

Attirer le client est primordial pour un commerce. Pour ce faire, il faut mettre en avant les produits et créer une expérience confortable pour le client dès qu’il a franchi le pas de la porte. Et c’est là qu’intervient la lumière. Une vitrine ou encore une façade éclairée capte l’œil et l’intérêt. Sachant que l’éclairage représente 25 % de la facture énergétique moyenne d’un commerce et jusqu’à 60 % dans certains domaines d’activité (l’habillement, l’alimentation, la pharmacie…), il faut bien le penser pour optimiser sa consommation et augmenter l’attractivité du magasin.

Il est indispensable d’avoir un éclairage moderne et surtout, adapté aux commerces. Sans cela, tous les efforts mis en œuvre pour valoriser les produits et les espaces sont vains. L’éclairage sert ou dessert le produit et motive la décision d’achat du client.

L’éclairage du magasin constitue donc un outil de marketing puissant. Devant être spécifique à chaque domaine d’activité, un bel éclairage peut influencer le comportement d’achat des visiteurs. Ainsi, un éclairage de vitrine dynamique suscitera la curiosité des passants, les incitant à entrer pour en découvrir davantage. Mieux encore, un contraste de luminosité à l’intérieur du magasin encouragera les visiteurs à se diriger vers des rayons ou des zones spécifiques. « La première chose à se demander est le type de la boutique. On ne traite pas de la même façon une pharmacie, un magasin de fruits et légumes, une librairie ou un magasin de vêtements. Les températures de couleur changent selon l’ambiance et le rendu souhaités. Par exemple, un esprit cocooning convient bien à un magasin de salon, pour aider à se projeter », explique Benoit Bartissol, responsable Vente chez Lébénoïd.

Un éclairage de magasin réfléchi et optimisé instaurera une atmosphère plaisante, encourageant les clients à passer plus de temps en boutique et à acheter davantage. Les spots pour magasin remplissent tous ces objectifs et sont aujourd’hui très prisés par les professionnels. « La période Covid a motivé certaines boutiques à effectuer des travaux, à renouveler leurs équipements. Il est toujours conseillé de faire une étude d’éclairage avant travaux afin d’optimiser le nombre de luminaires et d’obtenir le bon éclairage pour procurer le meilleur confort visuel aux clients. Chez Ledvance, les études sont faites par un bureau d’étude certifié RGE », explique Frédéric Speisser, chef de projets et produits luminaires chez Ledvance.

Le magasin doit être beau grâce à son illumination. Ce qui brille attire l’œil, la curiosité, et fait rêver ! Négliger l’éclairage de la boutique, c’est négliger l’accueil de la clientèle.

Les différentes caractéristiques d’une solution d’éclairage

Dans les commerces, trois types d’éclairage sont utilisés. L’éclairage d’ambiance, fonctionnel, dont l’objectif est de permettre aux usagers de se déplacer, de voir où ils se dirigent. Il s’agit des chemins lumineux dans les grandes surfaces, par exemple. Le deuxième est l’éclairage d’accentuation, pour créer du contraste, aménager des ambiances, mettre en avant un produit, un espace. Il peut même servir à donner un rôle identitaire à une marque, comme une sorte de signature lumineuse. Ce deuxième type d’éclairage est majoritairement utilisé dans les vitrines, dans les magasins (dessus de rayons, tête de gondole) et pour les produits dans les showrooms, par exemple. Enfin, léclairage de balisage, ou enseigne, qui permet d’attirer l’œil du client dans la rue. Ils doivent être voyants sans être trop agressifs pour la vision.

La logique et les codes sont identiques pour les 3 types d’éclairage, même si chaque type de commerce possède ses propres règles et usages. Par exemple, le spot se destine aux trois éclairages.

« Pour un magasin de vêtements, nous conseillons de jouer sur la température et le niveau d’indice de rendu des couleurs afin de rendre la couleur du produit fidèle à ce que le client voit. Pour une pharmacie, il s’agira davantage d’une lumière blanche, saine, pour apporter l’aspect rassurant, propre, un peu hospitalier. La plupart des espaces sont équipés de rails et d’éclairages type industriel, c’est très rare de voir des dalles, qui sont liées au tertiaire et aux bureaux, pas aux magasins. Les caisses sont mises en valeur et repérables par un éclairage venant du plafond, souvent en suspension, afin que les clients identifient facilement cet espace de paiement, et de le différencier vraiment des autres espaces. Notre luminaire TubiXx remplit cet objectif. Les luminaires permettent de différencier inconsciemment l’acte de choix de l’acte d’achat », explique Benjamin Chapuis, chef de produit senior chez Sylvania Lighting.

Pourquoi choisir les spots pour éclairer une boutique ?

La technologie Led permet de réduire de 50 à 80 % la facture énergétique d’un commerce. Choisir un spot lumineux pour éclairer un magasin offre un retour sur investissement inférieur à 3 ans. En outre, la qualité d’éclairage du spot de magasin participe également à l’optimisation des conditions de travail des employés en assurant un bon confort visuel.

« Selon le type de commerce et les objectifs d’éclairage, le spot reste le même, mais ses caractéristiques et ses réglages changent et sont adaptés. Nous allons travailler sur la longueur d’onde de la Led, il ne s’agit pas de filtre mais d’un réglage de la température de la couleur. Par exemple, nous avons développé une teinte avec un spectre rosé spécifique pour la viande des magasins Fresh et une teinte Frost pour le poisson, détaille Bénédicte Lechevrel, Retail & Hospitality Marketing Manager de Signify. Pour éclairer les pains d’une boulangerie, les fromageries ou les traiteurs, nous partons sur un blanc chaud entre 2 700 et 3 000 kelvins. Pour des fruits et légumes, nous privilégions un IRC 90 pour faire ressortir les couleurs ; une teinte spécifique a été développée : le premium Color. Nous avons réalisé une étude, que nous proposons en livre blanc, sur la prévention de l’impact de la lumière sur les aliments. Un éclairage trop fort sur les viandes altère leur conservation, accélère leur dégradation. Un bon éclairage réduit les déchets et le gaspillage alimentaire », explique Bénédicte Lechevrel. Benoit Bartissol, de Lébénoïd, va plus loin dans les intensités : « Pour mettre en valeur une viande, il faut un éclairage qui tende vers le rose. Cela s’obtient de 4 500 à 4 800 K. Pour une poissonnerie, nous proposons des couleurs plus froides, autour de 6 000 K. »

Il existe de nombreux types de spots pour les locaux commerciaux. Parmi les produits issus de la technologie Led et très performants, on relève les modèles sur rail et les spots encastrables au plafond. « Notre gamme de projecteurs polyvalents se nomme Pixo. L’installation se fait sur rail ou sur patère. Ils affichent un IRC 90 pour un niveau de rendu des couleurs très bon. Le produit est livré avec 3 optiques (étroite, moyenne et large), car l’une des spécificités de cette optique est qu’elle est amovible et remplaçable. La diffusion de la lumière par ces optiques permet la mise en valeur de différents espaces ou produits selon l’environnement », décrit Benjamin Chapuis, de chez Sylvania Lighting.

On oublie souvent que la couleur n’est pas une caractéristique physique des objets qui nous entourent, mais une perception qu’en a l’homme grâce à la lumière. L’indice de rendu des couleurs (IRC) permet d’évaluer la fidélité avec laquelle une lampe va restituer une couleur donnée, en comparaison avec la lumière naturelle. Chaque couleur est associée à une émotion différente. Dans la culture occidentale, le rouge est synonyme d’énergie, le bleu est générateur de confiance et de sentiment de sécurité alors que le noir nous ramène au luxe. La famille Beacon de Sylvania dispose d’un IRC pouvant atteindre 97, car initialement développé pour la muséographie. Le rendu des couleurs des peintures doit être parfait. « Nous apportons des déclinaisons possibles comme des températures de couleur réglables (de 1 800 K à 6 500 K), des angles de faisceau, la possibilité de projeter un logo, un fléchage au sol. Nous proposons également des éléments de mise en lumière d’œuvres, de produits avec nos projecteurs dits “lèche-mur”. Notre produit Beacon Shelf est équipé d’un réflecteur asymétrique pour réduire l’éblouissement au minimum afin d’être utilisé dans une vitrine », confirme Benjamin Chapuis – Sylvania Lighting. « Pour les petits commerces, nous travaillons en général avec des rails triphasés sur lesquels nous combinons des spots qui viennent mettre en valeur des têtes de gondole, et des Linear Track pour l’éclairage d’ambiance. Ces réglettes de 1,50 m sont ultra minces et sans driver visible. Le réglage de la puissance se fait directement sur l’appareil. Selon la hauteur sous plafond et l’effet recherché, nous choisirons des lentilles d’angle allant de 30° à 120° », explique Benoit Bartissol – Lébénoïd.

En septembre prochain, Ledvance lancera deux gammes de spots pour l’éclairage général. La première possédera un IRC supérieur à 90 et une très bonne homogénéité de la teinte. La seconde gamme comprend des spots recouvrables qui offrent une résistance à l’air et permettent ainsi de contribuer à l’efficacité énergétique du bâtiment conformément à la RE2020.

Les spots d’accentuation sont bien entendu également des produits phares dans les commerces. « Notre gamme comprend des spots extractibles, inclinables, pour mettre en valeur les produits. La famille de spots sur rail triphasé Tracklight spot Zoom Dim possède l’avantage d’avoir un potentiomètre qui permet de régler l’intensité de 7 % à 100 %. Ils disposent également d’un zoom mécanique permettant de régler l’angle de faisceau entre 15° et 55°. L’idée est de pouvoir adapter l’intensité et la direction lumineuses pour mieux valoriser le produit. Cette solution flexible permet de s’adapter facilement à un éventuel réagencement du commerce. Son IRC de 97 garantit une excellente restitution des couleurs », confirme Frédéric Speisser – Ledvance.

La façade et la vitrine
L’installateur peut placer plusieurs spots à Led sur rail, en rangée, dans la vitrine, pour mettre en valeur les produits présentés. Ces spots accentueront les reflets de la lumière du jour. La solution doit être un agencement offrant chaleur et convivialité, tout en apportant de la profondeur à l’intérieur de la boutique : il faut donner envie d’entrer plus loin à l’intérieur. Des spots peuvent souligner les articles situés à l’avant, pour encourager les visiteurs à explorer davantage. « En ce qui concerne les boutiques plus grandes, comme les pharmacies, nous proposons notre famille de luminaires downlight, avec des IRC de 80 et des températures de couleur de 3 000 K, 4 000 K ou 6 500 K pour donner l’aspect épuré et propre des locaux. Le Downlight UGR19 permet une réduction de l’éblouissement, surtout au niveau des comptoirs, tant pour les clients que pour les employés, qui travaillent souvent derrière un ordinateur », présente Frédéric Speisser – Ledvance.

L’entrée
Pour l’accueil des clients, l’ambiance lumineuse peut se faire par des tubes Led ou des spots, pour animer. « Nous fournissons des luminaires et des solutions d’éclairage, notamment OneSpace, adaptés aux entrées de magasins, pour créer et donner une identité visuelle aux commerces, pour mettre en valeur un produit ou un espace spécifique d’un environnement. “Dynamique display” permet de créer une animation dans la vitrine au passage d’un piéton, une solution plébiscitée par les commerces dans l’univers de la mode, des études ayant prouvé que les magasins équipés bénéficiaient de 11 % de passage supplémentaire », explique Bénédicte Lechevrel.

La solution OneSpace dédiée aux entrées de magasins est représentée par de grandes suspensions très design, très jolies, dans plusieurs tailles, qui invitent à franchir le pas de la porte et donne une sensation de chaleur et d’accueil.

Gestion programmée du luminaire

À l’ère du connecté, les marques offrent toutes la possibilité de piloter, voire de paramétrer les ambiances lumineuses en jouant sur les températures et l’intensité. « Nous proposons un système de gestion dédié aux petits espaces (moins de 1 000 m2) et aux petits magasins réparti en 4 zones à gradation Dali, plus 2 zones on-off, et différents modes pour répondre au besoin d’éclairage selon l’heure de la journée. Un mode “réassort” avant l’ouverture à 20 %, un mode 100 % en pleine journée, un mode 80 % s’il y a beaucoup de soleil et un mode nuit/fermeture. Tout est programmable et réglable très facilement. L’objectif est également de faire des économies d’énergie et de respecter la réglementation sur la pollution lumineuse. Ce système est évolutif, bien entendu » précise Signify.

N’importe quel système de gestion de l’éclairage peut s’adapter dans n’importe quel endroit, même si c’est dans le tertiaire où il a tout son intérêt. En revanche, l’arrêté sur les nuisances lumineuses des boutiques impose une organisation et une programmation de l’éclairage pertinente et sérieuse. Et dans ce cadre, un système de gestion prend le dessus sur d’éventuels oublis de la part des employés. Cela permet également une continuité de l’éclairage des vitrines jusqu’à une, voire deux heures après la fermeture et avant l’ouverture tout en respectant cette obligation.

Chez Sylvania, « nous proposons également une application de gestion d’éclairage, adaptée pour les magasins, avec SylSmart Standalone. Les utilisateurs peuvent piloter la plupart des produits (Beacon, downlights…) sur l’ensemble de l’installation. Il est possible de créer des groupes d’éclairages, des scénarios, des scènes périodiques, un changement de couleur ou une intensité lumineuse graduelle… ».

Le pilotage des luminaires Lébénoïd comme ceux de L&L Luce&Light se fait avec l’appli Casambi, disponible gratuitement sur Google Play et l’Apple Store. Basée sur la technologie Bluetooth à faible consommation d’énergie (Bluetooth Low Energy), l’application permet de gérer et de contrôler l’éclairage dans les différentes pièces et les divers espaces via une interface personnalisée. Les fonctionnalités de l’application Casambi sont nombreuses : elle crée et gère des propositions d’éclairage adaptées à chaque occasion et environnement, elle les programme dans le temps, applique différentes options de couleur des appareils RGB, RGBW et blanc dynamique en fonction de l’ambiance souhaitée, elle définit les passages d’un scénario à un autre avec la possibilité de reparamétrer et reprogrammer les séquences. Afin de faciliter l’utilisation des corps d’éclairage dans l’appareil intelligent de l’utilisateur, Casambi met à disposition une section « Galerie » où sont enregistrées les photos des pièces prises par l’utilisateur. « Bien sûr, si l’utilisateur final préfère une connexion filaire et s’il est possible de tirer un bus, alors, nous proposons de piloter via le protocole Dali (7 fils) », ajoute Benoit Bartissol – Lébénoïd.


L’éclairage circadien pour le confort retrouvé

L’éclairage HCL, centré sur l’Humain, peut avoir tout son sens dans des commerces dépourvus d’apport de lumière naturelle comme ceux des galeries commerciales, par exemple. « Ce système qui simule la lumière du jour sera particulièrement bénéfique aux employés qui se trouvent sous un éclairage artificiel toute la journée, sans apport de lumière naturelle. Le salarié ressentira moins de fatigue ou de mal-être », confirme Frédéric Speisser, de Ledvance.

L’éclairage doit être confortable. C’est pourquoi dès 2021, Sylvania a développé une solution qui simule l’éclairage du soleil. « Le corps va réagir de la même manière, avec la création de mélatonine par exemple. Cette solution se nomme Luminature. Nous pouvons imaginer, dans un avenir proche, la fusion de nos produits Beacon avec cette solution pour apporter un confort visuel et physique aux clients, mais surtout pour les personnes qui y travaillent toute la journée », conclut Benjamin Chapuis – Sylvania Lighting.

 

(((encadré 1)))
Réglementation : ce qui change

Il y a eu une évolution importante en matière de réglementation RoHS, relative à l’électronique et à la fabrication de dispositifs électroniques. À partir du 24 février 2023, il n’y aura plus de mise sur le marché possible des sources fluorescentes compactes, dans les downlights par exemple. Les tubes fluo T8 et T5 seront eux aussi touchés par cette interdiction dès le 25 août 2023. De ce fait, un installateur se doit de proposer à son client d’autres solutions, notamment des alternatives Led. Les projets de rénovation d’aujourd’hui doivent exclure les solutions fluo.

 

Deltalight HOLE IN ONE_002240_REA15.jpg
légende : Deltalight – Hole in One

ledvance-asset-12705680_Project_Coorenmetershuys.jpg

Lebenoid – SOFT 124 dimmable.jpg
Légende : Lébénoïd – Spot encastré Soft 12W 4000K CRI90 UGR faible blanc dimmable universel

ledvance-TRACK_SPOT_ZOOM_Noir.jpg
Légende : Ledvance – Track spot Zoom noir.jpg

luce light casambi.jpg
Légende : Lebenoïd utilise Luce Light de Casambi

sylvania-eclairage-commerce-ToLEDo™ Radiance.jpg
Légende : Sylvania – ToLEDo™ Radiance

Lebenoid – Linear Track 1,5m 3000K Dali.jpg
légende : Lebenoid – Eclairage d’ambiance Linear Track 1,5m 3000K Dali

ledvance-asset-12705680_Project_Coorenmetershuys.jpg

sylvania-eclairage-commerce-3.jpg
Sylvania Lighting – Eclairage pour caisses et comptoirs

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.