3 Questions à : Julien Chardon

Julien Chardon, fondateur d’Ilek, fournisseur d’équipements d’énergie solaire

Dans votre offre, comment se distribuent effacement et autoconsommation ?

Pour nos clients, nous couplons effacement et autoconsommation. En fait, l’activité d’effacement se réalise principalement sur des sites où nous avons des projets d’autoconsommation. Nous ne développons pas aujourd’hui d’offre indépendante d’effacement. Sur le site du consommateur, un automate pilote la consommation des clients, et nous allons profiter de l’installation technique et logicielle pour proposer de l’effacement de consommation. Pour le client, les enjeux ont deux aspects : la réduction du coût d’approvisionnement en électricité et une visibilité de long terme sur ce coût d’approvisionnement. L’autre aspect, qui ne doit pas être négligé, est l’axe de communication des entreprises via leur engagement environnemental. Se fournir sur des sources durables rejoint la stratégie d’une entreprise qui s’est engagée dans une démarche d’efficacité énergétique et de certification environnementale.

Quelle est la spécificité d’une gestion en autoconsommation ?

L’autoconsommation vient en complément de l’approvisionnement standard. Pour qu’il y ait 100 % d’autoconsommation, il faudrait du stockage, ce que nous ne proposons pas pour l’instant. Sur les sites en autoconsommation, les clients vont avoir entre 25 et 30 % de l’énergie qui provient de leur centrale photovoltaïque. La problématique est donc de gérer les deux sources en parallèle. Nous proposons donc d’améliorer l’approvisionnement en énergie lorsque cela n’a pas été fait. Une fois l’installation photovoltaïque en place, nous sommes force de proposition. Nous proposons une visualisation de consommation et d’autoconsommation pour le client, ainsi qu’un suivi budgétaire.

Quelle est votre typologie de clients ?

Nos clients sont des entreprises industrielles et des collectivités. Bien sûr, nous allons avoir des cibles sectorielles privilégiées : des entreprises qui vont avoir de la surface disponible et une consommation assez continue et flexible (le week-end, etc.) Ce peut être des industries avec consommation continue, ou par exemple des entreprises qui utilisent du stockage de froid, etc. En ce moment, nous avons un projet pilote en tiers investissement. Nous allons vendre une centrale à un industriel sous-traitant d’un acteur de l’aérospatiale près de Toulouse. Nous allons gérer 25 % de sa consommation sur une centrale de 100 kW crêtes. Aujourd’hui, l’objectif est de travailler sur une demi-douzaine de sites en 2016. Notre fourchette de projets va de 100 à 250 kw crêtes.

Aymeric Bourdin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *