Le chauffage électrique reprend des couleurs

radiateur inertie Campa Campaver Select 3.0

Pour contenir les hausses de températures, la France s’engage de manière volontariste vers la neutralité carbone. Pour atteindre les objectifs, la RE2020, réglementation environnementale, devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2021. Alors que la RT 2012 limitait la consommation énergétique annuelle des bâtiments à 50kWh/m2, la RE2020 impose aux nouvelles constructions d’être neutre carbone. C’est-à-dire que tous les nouveaux bâtiments devront produire autant d’énergie qu’ils en consomment. Afin de limiter la pollution liée aux émissions de CO2, la RE2020 s’appuiera sur 4 piliers : l’isolation, l’énergie, l’innovation et l’empreinte carbone. 

Directement impacté par cette nouvelle réglementation, les fabricants français de radiateurs électriques, dont les investissements représentent 700 millions d’euros de Recherches et Développement, sur les dernières années, disposent des atouts pour chauffer sans produire de carbone. D’ailleurs les consommateurs plébiscitent les nouveaux produits. Pour toutes ces raisons, les fabricants appellent de leurs vœux une réglementation permettant de déployer toutes les technologies de chauffage et de production d’eau chaude décarbonées, une décision essentielle pour toute une filière et les générations futures.

 

Le marché du chauffage électrique 

Un français émet en moyenne 11,9 tonnes d’équivalent CO2 par an. Soit environ 32,6 kg de CO2 chaque jour*. Le logement est le deuxième contributeur derrière le transport, car les énergies fossiles, comme le fioul et le gaz, sont encore très présentes. C’est pourquoi toutes les innovations concernant les économies d’énergie et la réduction de l’empreinte carbone des moyens de transport et des équipements des logements sont les bienvenues. De ces innovations, émergent des maisons écologiques alimentées par une énergie décarbonée.

Avec 11 millions de logements et 1/3 chauffant à l’électrique, cela correspond à près de 60 millions d’appareils. Pour la très grande majorité, ils sont à remplacer car trop vieux, peu efficaces et consommant beaucoup d’énergie. Tous les fabricants ont modernisé leurs gammes pour qu’elles répondent aux problématiques de consommation, de gestion des ressources et de l’énergie, pour qu’ils puissent être connectés et asservis. Ses produits de substitution ont vocation à se généraliser surtout en rénovation. Ils trouvent leurs places dans la construction neuves et dans les grands programmes de remplacement. Ainsi ils répondent à de nombreux besoins : dimensions, designs, puissance et connectivité.

 

A lire Chauffage 2.0 : la revanche de l’électrique (2015)

Radiateur inertie Thermor Ovation 3
Radiateur inertie Thermor Ovation 3

Le chauffage électrique revient en force

La tendance du chauffage électrique a été fortement impacté par la période de confinement. Les français se sont tous retrouvés « enfermés » 6 à 8 semaines dans leurs logements respectifs et cela a permis à un grand nombre d’entre nous de découvrir ou redécouvrir son intérieur. Chacun a pris conscience des éléments qui ne fonctionnaient pas ou plus, plus assez bien et enfin ceux qui ne plaisaient plus. Les français ont fait une liste de travaux à faire dès que les enseignes rouvriraient ou que les artisans pourraient de nouveaux intervenir à domicile.

« Nous avons un effet profitable du confinement autour de la rénovation et des solutions de remplacement des appareils de chauffage, ce qui n’est pas le cas de tous les secteurs. Il est préférable de faire de la rénovation plutôt que de l’hôtellerie-restauration. Nous restons dans la tendance marché et les incidences n’ont pas été si catastrophiques que nous le pensions. Finalement, il y eu un report de l’activité en sortie du confinement et à partir de la moitié d’année 2020 » souligne Eric Baudry, directeur marketing du Groupe Muller.

« Le chauffage électrique a retrouvé une nouvelle bonne image dans l’état d’esprit des consommateurs. Aujourd’hui, cela permet d’avoir un bon confort, en faisant des économies (coût), surtout pour ceux qui étaient équipés avec des convecteurs d’anciennes générations, tout en maîtrisant sa consommation. Il s’agit d’une tendance notable depuis plusieurs mois.

Le marché de la rénovation

Le marché de la rénovation pour le chauffage demeure stable. Il ne faut pas oublier aussi que les français ne sont pas beaucoup parti en vacances donc on un budget un peu plus important à allouer à la décoration et au remplacement de leurs matériels. Le secteur du chauffe-eau thermodynamique a également connu une belle activité, surtout vis-à-vis d’une prise de conscience environnementale. Il est encore difficile d’expliquer cette prise de conscience mais elle semble basée sur la sensibilité à l’impact carbone et au respect des ressources et de l’environnement.
« Nous avons deux points de mesures concernant le marché de la rénovation. Nous avons la rénovation chez le particulier que nous pouvons suivre selon une courbe des ventes par catégorie de produit et par destination de marché. Il y a eu un début de reprise au mois d’août avec une réelle accélération en septembre. Et les premières fraîcheurs ont contribuées à une propulsion de la rénovation, toujours chez le particulier » confirme Eric Baudry.

Une reprise progressive

A côté de cela, tous les programmes de rénovations gros ensembles, promotions publics ou privés, ont connus un report de l’activité avec le Covid-19. La reprise a été assez progressive car il était difficile pour les bailleurs sociaux de faire intervenir des tiers chez leurs locataires.

Il faut savoir que pour nous, plus de la moitié de nos projets de rénovation concernent le remplacement des radiateurs dit ’’ grille-pains ‘’qui ont 30-40 ans, explique Christophe Coulot, Dirigeant d’Estrada, revendeur – installateur avec un showroom à paris 18ème. L’esthétisme joue pour beaucoup dans le choix du radiateur, particulièrement dans les pièces de réception. « L’aspect design est grandissant. Nous avons axé une partie de notre développement sur ce critère, cher au client, en proposant 50 couleurs pour la plupart de nos produits » ajoute Elisabeth Pierson, Acova.

Concernant le marché des enseignes revendeuses, c’est encore différent. « Nous avons connu une constante car il y avait du stock. Et le faible décalage a été largement comblé par le particulier, bricoleur, qui s’est chargé lui-même du changement de ses appareils » ajoute Eric Baudry.

radiateur inertie Neo Campa
Radiateur à inertie Neo de Campa

Le chauffage à inertie est plébiscité

L’intérêt des clients se portent sur les radiateurs à inertie fluide ou sèche. Fini les convecteurs. Le bouches à oreille et les recherches internet montrent que ce type d’équipement contribue à l’amélioration des performances énergétique de l’habitat.

La technologie a bien évolué. Les corps de chauffe utilisés par les fabricants permettent d’améliorer les performances des radiateurs en termes de confort et de consommation. Mais ce n’est pas pour autant que la puissance est plus élevée. « Il y a une tendance pour les appareils à inertie sèche en fonte par exemple. Nous avons remplacé les convecteurs par les panneaux rayonnants et maintenant les panneaux rayonnants par des radiateurs à inertie. Les deux grandes tendances sont les produits verticaux à inertie sèche pour un gain de place et la salle de bain. Le confort de cette pièce est primordial » ajoute Christophe COULOT.

radiateur Vogue
Radiateur sèche-serviette Vogue
Le contexte change

Il faut prendre en compte d’autres paramètres dans le contexte du changement des appareils. La plupart des clients se pose la question du chauffage lorsqu’ils font une rénovation de leur logement et, bien souvent, ils en renforcent l’isolation. De ce fait, ils peuvent installer des appareils à puissance plus faible mais avec de meilleurs rendements, et surtout adaptés au logement. C’est pour cela que les radiateurs verticaux prennent une part croissante des ventes. Chez Acova, Elisabeth Pierson, Directrice communication, confirme cette tendance significative avec des volumes de vente en nette hausse.

Au-delà de la performance et du prix bien sûrs, certains clients sont axés sur l’esthétique du produit. « De plus en plus, les clients choisissent le radiateur comme un élément décoratif de leur

radiateur inertie Axiom Smart ECOcontrol
Radiateur à inertie fonte Axiom Smart ECOcontrol de Noirot

logement, qui doit bien s’imbriquer dans l’environnement. Et s’ils acceptent l’élément « esthétique », ils acceptent un prix plus élevé qui se justifie par les matériaux, par le design et par le confort du chauffage. D’ailleurs, dans le top 3 des tendances du moment, nous retrouvons les façades en pierre de lave, les équipements en verre, qui sont aussi très demandés, et enfin les façades en acier avec des éléments chauffants en fonte. Nous notons également un fort attrait pour l’effet rétro. Certains fabricants proposent même des gammes entières, avec un large choix de couleurs et de formes géométriques, comme Acova avec leur produit phare, le Vuelta. Beaucoup vendus et installés dans les appartements anciens type Haussmanniens », précise Christophe Coulot, Estrada

Le connecté s’impose doucement

Il y a un élan sur la connectivité qui ne cesse de croitre, c’est indéniable. Le marché des technologies de l’habitat, qui est très important, se développe bien et de manière progressive. Les français sont friands des solutions connectées qui permettent d’améliorer la tranquillité, la gestion, la performance, les économies et le confort. Les tendances chez Acova se portent également sur les appareils connectés à faible consommation énergétique. Au-delà du confort et du bien-être, les utilisateurs cherchent à diminuer leurs factures. Et pour répondre aux mieux à ces demandes, nous nous sommes spécialisés dans les appareils à inertie sec ou fluide depuis plusieurs années en développant des produits spécifiques.

Les clients sont très sensibles à la possibilité de gérer leur consommation par sa visualisation en temps réel. C’est un critère essentiel pour eux. Ils ont compris qu’en optant pour une solution connectée, ils deviennent acteurs de leur façon de chauffer et sont plus sensibilisés. Cet intérêt grandissant est également dû au fait que certains clients qui possèdent un logement secondaire, et qu’ils ont occupés à plusieurs reprises et beaucoup plus souvent que d’habitude (confinement, télétravail), ont souhaités pouvoir agir sur leur chauffage à distance.

Le pilotage à distance

« Depuis le milieu d’année 2020, nos clients nous demandent de plus en plus la possibilité de piloter le chauffage du logement à distance, par du matériel connecté à une application mobile. C’est rentré dans le périmètre des objets connectés de la maison, au-delà des volets roulants, des portails… » ajoute Christophe Coulot.

« Nous nous sommes aperçus que le connecté était plébiscité grâce aux produits que nous vendons, certes, mais également aux connexions des appareils sur notre plateforme Müller intuitive pour la mise en service. D’ailleurs, l’usages des appareils par les clients n’est pas futile mais utile. Ce n’est pas du gadget et très souvent à finalité éducative : pourquoi chauffer une pièce à 21°C alors que je peux la chauffer à 19°C parce qu’elle n’est pas occupée ? Pourquoi je maintiendrai mon séjour à 21°C par confort alors que je n’y passe que 3h par jour ? Nous avons pu mesurer que toutes les fonctions que le Groupe Muller lancées depuis 8 ans ont du sens à l’usage comme la fonction « absence/présence » détaille Eric Baudry, Muller.

ecran app Muller Intuitive
Application de pilotage du chauffage Muller intuitive
Le connecté intéresse tout type de client

Pas seulement réservé aux jeunes ou aux geeks. Et tous semblent enchantés. « Nous proposons donc une gamme de produit all-in-one composé d’un détecteur, d’une régulation et d’une programmation intégrée, notamment avec notre produit phare : le Volga plus ». (ndlr : qui entre dans l’offre coup de pouce).

Pour répondre à cette demande, nous avons également développé le programmateur Heatzy Elec’Pro. Ce boîtier connecté WiFi est compatible avec tous les radiateurs et radiateurs sèche-serviettes électriques équipés de fil pilote, même déjà installés. Il permet de gérer facilement le chauffage à distance, directement depuis un smartphone. Heatzy utilise la box internet du foyer et n’exige aucune box domotique supplémentaire. Comptez un programmateur par radiateur ou un pour trois si le fil pilote arrive directement au tableau électrique » explique Elisabteh Pierson.

Les modules pour connecter les radiateurs

Prenons le module Smart Eco Control de chez Muller. Les réglages sont simples, la prise en main est facile et les services sont très complets. Il est possible de régler les températures pièce par pièce, de gérer des plannings de chauffe, de couper automatiquement le radiateur dès qu’il détecte une ouverture de fenêtre, etc. « Tous les fabricants avec qui nous travaillons proposent une solution connectée : Acova avec Heatzy, LVI avec TouchE3 ou encore Atlantic avec sa Cosy Touch. La solution proposée par Muller est un module embarqué sur un radiateur, c’est facile et esthétique car il se positionne derrière l’appareil. En revanche, il est nécessaire de placer un module externe à côté des radiateurs à technologie fluide caloporteur, » ajoute Christophe Coulot.

Pour les intégrateurs domotique et les installateurs électrique, Acova propose des appareils ON/OFF leurs permettant d’intégrer leur matériel, leur protocole, leur équipement dans nos sèches-serviettes et nos radiateurs en acier (comme le Faciam premium, l’Artemia, le Carina, le Vuelta…). Ils peuvent ainsi intégrer nos produits dans un ensemble domotique via des systèmes extérieurs du type Deltadore ou encore Somfy. De ce fait, nos appareils n’ont pas de régulation intégrée mais seulement une sortie filaire. Nous constatons un fort développement de nos ventes, il s’agit d’une réelle tendance.

Radiateur inertie Acova Fassane
Radiateur à inertie Acova Fassane

L’achat par internet de plus en plus marqué

La crise a fait augmenter les achats par internet mais pas que pour les particuliers, les installateurs aussi. « Nous nous sommes aperçus que nos revendeurs comme Rexel ou Saint Gobain, font un énorme travail pour vendre par internet et associent le pick and collect » précise Elisabteh Pierson d’Acova. L’un des critères de choix capital pour les clients particuliers d’Acova est le design. Ce critère est de plus en plus présent. « Nous avons axé une partie de notre développement en proposant 50 couleurs pour la plupart de nos produits. L’organisation des produits sur notre site internet permet aux clients de se projeter avec un nouveau produit et aux installateurs de les rassurer lorsqu’ils proposent des modèles un peu plus audacieux. Pour l’installateur c’est la garantie de proposer à son client des produits différents que ce que celui-ci pourrait trouver par lui-même. » ajoute Elisabeth Pierson.

Le chauffage électrique évolue et prouve que ce mode de chauffage à énergie décarbonnée a de beaux jours devant qui allié aux possibilités du connecté permet une gestion optimale du confort et de la facture énergétique. D’autant que tous confirment une réelle sensibilité pour le Made in France de la part de nos clients finaux. Tendance qui s’est accrue avec la crise du Covid-19.

Pour aller plus loin, vous pouvez lire les nouvelles méthodes de chauffage dans l’habitat résidentiel

et l’hybridation du chauffage

 

* Source https://www.gouvernement.fr/indicateur-empreinte-carbone

Radiateur Axiom vertical-de Noirot
Radiateur Axiom vertical-de Noirot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.