Ragni : aller toujours plus loin !

Stéphane Ragni, directeur général et directeur commercial – Marcel Ragni, président – Jean-Christophe Ragni, directeur général et directeur export
Stéphane Ragni, directeur général et directeur commercial – Marcel Ragni, président – Jean-Christophe Ragni, directeur général et directeur export

Spécialisée dans la conception et la fabrication de solutions d’éclairage public, l’entreprise familiale Ragni a su s’imposer parmi les grands noms de l’industrie de ce secteur. Jean-Christophe Ragni, directeur général et directeur export, et Stéphane Ragni, directeur général et directeur commercial, nous présentent l’évolution de Ragni et les derniers développements qu’ils ont initiés.

Quelle est la structure de Ragni aujourd’hui ?
Stéphane Ragni – À sa tête, la société a deux générations puisque notre père, Marcel Ragni, est toujours président. Cette notion d’entreprise familiale joue un rôle primordial pour répondre à des marchés de proximité mais aussi pour conserver une relation privilégiée avec nos collaborateurs : le turnover dans l’entreprise est très faible, avec une moyenne d’ancienneté de dix-sept ans. Ragni compte aujourd’hui 110 salariés, auxquels s’ajoutent 80 collaborateurs liés à nos partenaires et prestataires, ainsi que les agences commerciales qui distribuent nos produits sur toute la France et représentent environ 75 personnes. Ainsi, Ragni fait travailler environ 300 personnes. Tous les corps de métier sont représentés sur notre site : fabrication, service technique, bureau d’étude, recherche & développement, communication, marketing, développement durable, etc.

Jean-Christophe Ragni – Depuis le déménagement de nos bureaux en août 2020, nous avons lancé la transformation de notre site de production via un programme nommé « Industrie 4.0 » qui vise à optimiser la performance du bâtiment et le confort de travail de nos salariés. En parallèle, nous avons mis l’accent sur une digitalisation des services avec un diagnostic 360° qui nous a permis de déterminer les systèmes communicants à mettre en place. L’objectif est d’offrir des outils plus efficaces à nos collaborateurs, d’avancer plus rapidement dans les projets d’entreprise, de réduire la production de déchets et d’informatiser l’ensemble de nos processus. Cette démarche s’inscrit dans la continuité de notre label EPV.

EPV pour Entreprise du patrimoine vivant. Pouvez-vous nous expliquer à quoi ce label correspond concrètement ?
Stéphane Ragni – Le label EPV récompense les savoir-faire d’excellence, à savoir, chez Ragni : tôlerie, serrurerie, patine, soudure, thermoformage, ajustage, pliage, ceintrage et traitements de surface. Au-delà du label, Ragni a réussi à faire perdurer un artisanat à travers presque un siècle d’existence tout en se positionnant sur de gros volumes tant au niveau national qu’international. La maîtrise de cet artisanat nous permet aujourd’hui de répondre favorablement aux demandes les plus spécifiques.

Jean-Christophe Ragni – En effet, nous passons de projets traditionnels dans des villages, où le sur-mesure s’impose parfois pour tenir compte du patrimoine historique, aux installations de systèmes sophistiqués qui s’intègrent dans un projet de ville intelligente. Cela dit, l’un n’empêche pas l’autre, car nous constatons que de nombreuses communes, gérées par des syndicats d’énergie, ont accès à ces solutions qui leur permettent de réaliser d’importantes économies et de bénéficier des dernières technologies.

Ragni, c’est aussi bien la proximité avec le patrimoine français que la compréhension des métropoles étrangères

Quelles sont les perspectives de Ragni à moyen terme ?
Stéphane Ragni – Notre évolution nous permet de gagner régulièrement de nouvelles parts de marché. En France, l’éclairage public compte environ 10 millions de points lumineux et l’on sait qu’environ 3 % sont rénovés chaque année. Il reste donc beaucoup à faire pour renouveler la totalité du parc et Ragni se positionne en bon intégrateur de solutions LED. Nous sommes également capables d’intégrer des caméras, des capteurs de pollution, du Wi-Fi, des haut-parleurs et autres fonctionnalités à nos solutions d’éclairage, comme c’est le cas pour notre colonne Korner.

Jean-Christophe Ragni – De plus, au-delà de la fourniture de produits, nous proposons aux collectivités des solutions adaptées et souvent associées à un plan d’économies d’énergie, à de la gestion d’éclairage, à la digitalisation, auxquels s’ajoutent sans cesse de nouvelles options. Dans ce contexte, où les supports d’éclairage public prennent une autre dimension de jour. C’est pourquoi nous associons à notre approche du design des concepteurs lumière, architectes et urbanistes afin d’intégrer aussi harmonieusement que possible ce mobilier dans le paysage diurne de la ville. L’amélioration du « visuel » de la cité, de son image, contribue également au bien-être des usagers et les incite à profiter des aménagements urbains, des commerces, de jour comme de nuit.

Quels sont les développements des filiales Ragni ?
Jean-Christophe Ragni – La filiale basée en Bosnie- Herzégovine s’occupe de la fabrication et du développement de nos ventes dans tous les pays de cette région. L’autre filiale, située à Denver, dans le Colorado, fabrique et distribue nos produits sur le continent nord-américain via une cinquantaine d’agences commerciales. Nous avons donc développé des designs adaptés aux tendances et à la culture de chaque secteur géographique et opté pour la fabrication locale, ce qui nous a permis d’implanter nos filiales durablement. Aux États-Unis, plusieurs projets intéressants ont déjà vu le jour et la marque Ragni s’est fait un nom. Quant à la marque Novéa Énergies, elle réalise 70 à 80 % de son chiffre à l’export. Globalement, le Groupe Ragni est présent dans plus de 60 pays, avec de nombreux projets d’ampleur sur le continent africain, notamment grâce à l’accélérateur Bpifrance. Et si ces derniers mois nous ont contraints à plus de sédentarité, ils nous ont aussi permis de travailler sur de nouvelles stratégies, et de renforcer notre développement à l’étranger.

Propos recueillis par Isabelle Arnaud

Voir aussi article : Ragni, une gouvernance 100 % familiale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.