IRVE : accélérer et faciliter le déploiement des bornes de recharge à domicile et en entreprise

Borne équipée de modules CHARX de Phoenix Contact
©Phoenix Contact

Le développement rapide des ventes de véhicules électriques rend encore plus urgente la mise en place d’un réseau de bornes de recharge dense, mais aussi diversifié. À l’installation des bornes publiques en voirie ou dans les parkings publics doivent s’ajouter des infrastructures au domicile, sur les lieux de travail, les centres commerciaux ou les hôtels. Les incitations et aides sont là pour accompagner ce déploiement et les initiatives se multiplient. L’offre des constructeurs de bornes est aussi de plus en plus diversifiée pour couvrir tous les besoins, jusqu’à la recharge ultrarapide.

Bornes de recharge Hager sur parking d’entreprise
©Hager

D’après le décompte de l’Avere-France début 2022, la France comptait 53 667 points de charge ouverts au public au 31 décembre 2021, soit une moyenne de 80 points de charge pour 100 000 habitants. Si l’objectif de 100 000 bornes n’a pas été atteint, la progression est de 64 % en un an et une bonne dynamique semble impulsée. Pour Cécile Goubet, déléguée générale de l’Avere-France, c’est « une augmentation liée à la forte mobilisation de l’ensemble des acteurs de l’écosystème, y compris les pouvoirs publics. Cette dynamique doit être maintenue dans le temps : l’objectif “100 000 bornes” fixé par le Gouvernement n’est qu’un jalon sur le chemin de la transformation massive des infrastructures de carburant. Pour accompagner ces changements, le programme CEE de financement de bornes de recharge Advenir, piloté par l’Avere-France, est renforcé de 200 millions d’euros complémentaires jusqu’en 2025 afin de contribuer, aux côtés des dispositifs du plan France Relance, au maintien de la dynamique des déploiements. »

Les points de recharge se développent en entreprise
©Siemens

Du côté des bornes privatives, le décompte est plus difficile, y compris dans les entreprises qui n’ont aucune obligation à installer ces bornes destinées au personnel et/ou aux véhicules électriques de société. À mi-2021, l’Avere-France estimait à plus de 420 000 les points de charge installés dans les sociétés et chez les particuliers. Mais si la recharge à domicile est relativement simple pour les usagers habitant en maison individuelle, l’installation reste encore plus complexe dans les copropriétés malgré les dispositions du « droit à la prise » et de la loi LOM (loi d’orientation des mobilités).

 

Des incitations et obligations pour les entreprises, collectivités locales et copropriétés

Depuis la promulgation en décembre 2019 de la loi LOM, des obligations concernent les villes, collectivités territoriales, mais aussi les entreprises pour réussir la transition écologique des mobilités et atteindre l’objectif de neutralité carbone des transports terrestres en 2050.

Parmi les mesures pour déployer la mobilité électrique : l’équipement obligatoire en points de recharge dans les parkings de plus de 10 places des bâtiments neufs ou rénovés, la création d’un véritable droit à la prise en habitat collectif et la simplification des règles de vote pour les travaux sur l’installation électrique dans les copropriétés, la possibilité de recharger gratuitement sur son lieu de travail et la division par plus de 2 du coût de raccordement des équipements de recharge.

Quelle réglementation pour les bornes de recharge en copropriétés privées ?

Les copropriétés d’immeubles neufs (permis de construire postérieur à mars 2021) ou faisant l’objet d’une rénovation importante ont l’obligation de pré-équiper la totalité des places pour l’installation de bornes dès lors que le parking compte plus de 10 places.

Des copropriétés plus anciennes sont concernées par le décret de juillet 2016, mais la loi LOM impose aux syndics d’inscrire à l’ordre du jour de l’assemblée générale avant le 1e janvier 2023 la question de l’installation de bornes dans les copropriétés non équipées.

Installation de bornes Hager sur parking
©Hager

Et pour les copropriétés dont le permis de construire est antérieur à 2017, la loi ne prévoit pas de pré-équipement, mais le copropriétaire peut faire valoir son droit à la prise pour l’installation à ses frais d’une borne de recharge sur son emplacement de parking en la raccordant au compteur des parties communes. Depuis le 1er janvier 2021, ce droit concerne les parkings ouverts ou en extérieur, dès lors que l’accès est sécurisé et à usage privé. Ce point de charge pourra être une prise renforcée ou une borne murale (wallbox).

Des aides financières sont prévues pour ces installations en copropriétés et en entreprises

Les particuliers et les syndics bénéficient d’une TVA de 5,5 % pour l’installation et l’entretien de la borne installée dans un bâtiment de plus de 2 ans. Depuis le 1e janvier 2021, le CITE permettant de financer des travaux d’installation IRVE est remplacé par un crédit d’impôt spécifique dédié au financement d’une borne de recharge ; les propriétaires et locataires étant éligibles. Ce crédit d’impôts, indépendant des revenus, peut couvrir jusqu’à 75 % des frais d’achat et de pose, montant plafonné à 300 €. Il s’appliquera jusqu’au 31 décembre 2023.

Bornes de recharge Hager en entreprise
©Hager

Le programme ADVENIR propose, grâce au mécanisme des CEE (Certificats d’Economie d’Energie) une aide financière pour le déploiement de points de recharge avec une prise en charge de 50 % des frais d’installation avec un plafond de 960 € pour une borne à usage individuel. Ce programme s’applique aussi aux entreprises et parkings ouverts au public.

Tous les détails sont à retrouver sur le site www.advenir.mobi/montant/

 

La Banque des Territoires vient de créer Logivolt Territoires pour financer l’installation de bornes de recharge en copropriétés privées

La nouvelle entreprise Logivolt Territoires, lancée par la Banque des Territoires, propose aux copropriétés privées de financer l’installation électrique collective nécessaire au raccordement de bornes de recharge de véhicules dans leurs parkings. Ce nouveau dispositif financier permet de contourner les difficultés de financement en évitant aux copropriétés privées tant d’investir elles- mêmes que de répercuter le coût d’investissement sur l’ensemble des copropriétaires. Le coût d’installation des bornes de recharge sera en définitive supporté par les conducteurs de véhicules électriques intéressés. Logivolt Territoires vise le déploiement de 125 000 points de recharge dans 16 000 copropriétés privées sur l’ensemble du territoire d’ici à 2024. La Banque des Territoires mobilisera jusqu’à 150 M€ pour atteindre cet objectif. La création par la Banque des Territoires de cette nouvelle entreprise (filiale à 100 % de la Caisse des Dépôts) s’inscrit dans le cadre du plan Climat de la Banque des Territoires.

Logivolt Territoires propose de financer l’intégralité des coûts (nets de subventions éventuelles) de mise à niveau de l’infrastructure électrique collective (câblage, disjoncteur…) nécessaire à l’équipement des places de parking en bornes de recharge, en en répercutant le coût sur les seuls utilisateurs de bornes de recharge, au fur et à mesure de leur raccordement.

Logivolt Territoires a noué des partenariats avec des opérateurs intervenant sur l’ensemble du territoire, 7 opérateurs ont été retenus à ce jour, mais leur nombre peut évoluer.

Les centres commerciaux se sont aussi lancés dans un programme d’équipement de leurs parkings

Borne de recharge Terra 360 d’ABB, le chargeur le plus rapide du monde
©ABB

Toutes les grandes chaînes de supermarchés ou de centres commerciaux se sont lancées dans un programme d’équipement de leurs parkings en bornes de recharge pour permettre à leurs clients de recharger leur véhicule pendant les 30 minutes à 1 heure passées dans leur magasin. Ces bornes sont éventuellement couplées à une production d’électricité photovoltaïque sur des ombrières.

Ainsi, Carrefour a annoncé vouloir installer 2000 bornes sur l’ensemble de ses hypermarchés d’ici fin 2023, soit en moyenne 10 bornes par site, bornes alimentées en énergie verte. Ces bornes seront soit des modèles de 22 kW, soit des bornes rapides à ultrarapides de 50 à 350 kW. Pour ces réalisations, Carrefour s’est associé à l’investisseur Meridiam.

De son côté, Casino s’est associé à Tesla pour équiper 31 parkings en bornes de recharge ultrarapides 250 kW d’ici à 2023. Les sites choisis seront facilement accessibles depuis les sorties d’autoroutes et ouverts 24 h/24.

Ces implantations ne concernent pas que les centres commerciaux, puisque Sonepar (distributeur de produits électriques) va déployer 1400 bornes dans le réseau Sonepar en France, dans ses agences commerciales et centres de distribution, en collaboration avec ChargePoint. Ces bornes alimenteront également le parc de véhicules électriques du groupe, un parc qui devrait se composer à 25 % de véhicules électriques et 75 % de véhicules hybrides en 2023.

Des entreprises proposent de nouvelles solutions pour faciliter le déploiement et la gestion de ces bornes

WattPark, startup de l’année 2020 des « Automobile Awards », a développé un écosystème complet d’infrastructure de recharge, réservable à distance et accessible avec ou sans mobile via une application smartphone, une solution adaptée aussi bien aux particuliers qu’aux hôtels, entreprises ou collectivités. WattPark a vendu plus de 1200 bornes auprès d’acteurs publics et privés en 2021.

Prise Sparklin
©Sparklin

Une autre startup, Sparklin, propose une suite de dispositifs pour exploiter de façon sélective et intelligente les prises domestiques : le smartphone personnel ou professionnel servira de sésame pour y accéder, pour une utilisation gratuite ou payante. Cette solution toute nouvelle est déjà éligible à la prime ADVENIR.

Parking équipé de bornes Electra
©Electra

Autre société qui arrive sur ce marché : Electra, qui compte 70 sites en cours de développement en France après l’ouverture d’une première station en région parisienne. « Des stations de 2 à 20 places qui équiperont des centres commerciaux, hôtels, restaurants, cinéma », comme l’explique son CEO, Aurélien de Meaux. La société vise la mise en service de 60 à 80 stations à fin 2022.

 

 

L’offre des constructeurs s’est diversifiée pour s’adapter à l’évolution du marché

Wallbox Terra d’ABB, une solution intelligente pour entreprises et habitations
©ABB

Les constructeurs ont développé leurs offres pour cadrer au marché: gamme de puissance très large de 3 à 500 kW, possibilités de communication pour la réservation, le paiement, la maintenance ou la surveillance, facilité d’installation et de raccordement.

ABB a une gamme complète de bornes AC et DC pour la recharge des véhicules légers : Terra AC et Terra DC Wallbox et des bornes de recharge rapide DC de haute puissance.

Yann Bottoli, Product Marketing Specialist chez ABB E-mobility précise : « La Terra Wallbox AC est légère et compacte (3 kg) et est capable d’aller jusqu’à 22 kW de puissance pour tout type de véhicule utilisant des prises Type-2. Côté utilisation, cela signifie une recharge complète du véhicule entre 2 h 30 et 10 h, en fonction du modèle. Elle peut intégrer un compteur MID pour mesurer la quantité d’électricité délivrée pour la charge, ainsi qu’une connexion 4G pour rester connectée de façon continue. L’application ABB est disponible sur smartphone. Elle permet d’interagir avec la borne, de suivre sa consommation en temps réel et de planifier la charge du véhicule. Il est également important de noter que toutes les bornes de recharge ABB sont éligibles aux primes CEE ADVENIR (certificats d’économie d’énergie) pouvant s’installer en résidentiel collectif jusqu’à 1660 € HT par point de charge. (https://advenir.mobi/partage/) »

Hager, parmi les fabricants pionniers des bornes de recharge depuis 2010 et sa collaboration avec Renault, a renouvelé mi-2021 son offre de solutions de charge witty avec de nouvelles références de 7 à 22 kW AC, principalement pour les marchés résidentiels. Ces bornes, certifiées ZE et EV ready 1.4, sont plus légères, plus maniables et leur installation par un professionnel IRVE est facilitée.

« Des bornes bien adaptées aux marchés du résidentiel individuel et à celui des copropriétés. En 2022, nous allons renforcer notre offre pour les marchés des bâtiments tertiaires, commerces et hôtels, avec une approche du management de l’énergie, confirme Hager France. Ces bornes équipent également les parkings et nous sommes ainsi partenaires d’Izivia (filiale d’EDF) pour le déploiement de quelques milliers bornes en centre-ville, dans les parkings de la société Q-Park dans 70 villes de France.

Bornes witty d’Hager
©Hager

Parmi les nouveautés de début d’année, les bornes communicantes utilisent le protocole de communication OCPP, nécessaire quand on travaille avec un opérateur de recharge. Elles intègrent déjà la technologie nécessaire pour répondre à ISO 15118, norme de communication entre le véhicule et la borne, largement poussée par les constructeurs automobiles. Cette conformité OCPP et ISO 15118 permet une installation pérenne et durable pour l’exploitant de la borne.

Dans le cas des entreprises, les bornes peuvent être utilisées par des collaborateurs pour des véhicules de société, mais aussi par les collaborateurs pour leur véhicule personnel. Alors se pose la question du paiement ou de l’enregistrement d’un avantage en nature. Pour cela, Hager doit se rapprocher des autres acteurs de cet écosystème, comme les opérateurs responsables de la facturation, mais aussi de l’exploitant du bâtiment pour la supervision des bornes, la cybersécurité et la gestion dynamique de l’énergie entre les bâtiments et les bornes.

Pour les copropriétés, qui ne sont pas loin de 200 000 en France, il y aura des différences entre les bâtiments neufs avec des places de parking dédiées aux véhicules électriques et les bâtiments existants, où va s’appliquer le droit à la prise. Pour ces derniers, nous travaillons avec des sociétés comme le groupe Michaud qui propose des solutions de raccordement PARK’ELEC adaptées à toutes les configurations comme des colonnes horizontales sur lesquelles chacun peut se raccorder.

Il y a encore des réflexions à mener dans les années qui viennent, à un niveau national, pour savoir qui paye cette colonne et espérer arriver à un reste à charge nul pour l’utilisateur.

Ce marché est un marché spécifique et notre démarche est de travailler avec des experts, mais il faut au final que ce soit simple et sûr pour l’utilisateur et que nous arrivions à une mobilité décarbonée. »

Borne métal Green’up Premium de Legrand
©Legrand

Legrand a développé une gamme complète, Green’up, pour l’habitat résidentiel et les bâtiments tertiaires. La solution la plus simple est la prise Green’up, robuste et fiable, déclinée en un modèle en saillie ou encastré muni d’un volet protecteur pour équiper les habitations individuelles ou encastré avec volet verrouillable pour un parking de copropriété. Les bornes Green’up, pour un usage résidentiel ou tertiaire, se déclinent en fixation murale ou sur pied, en version communicante ou non pour permettre un pilotage local, à distance ou suivant un besoin de refacturation au client.

Les bornes Green’up Premium sont compatibles avec le protocole OCPP 1.6 J et permettent à un opérateur de charge la gestion à distance (gestion des accès, la refacturation au kW/h et suivant le temps de stationnement, la Smart charging, l’état des bornes, la supervision et la maintenance).

Contrôle d’une borne Green’up Premium à partir d’une tablette
©Legrand

Fimer, quatrième fabricant d’onduleurs solaires au monde, dispose d’une gamme de bornes de recharge et de coffrets muraux (wallbox) AC et DC, conçus pour une utilisation résidentielle et tertiaire.

Les solutions FIMER FLEXA AC répondent aux besoins de recharge en courant alternatif pour le résidentiel et le tertiaire :

  • la borne FLEXA AC WALLBOX pour pose murale ou sur potence de 3,7 à 22 kW (monophasé – triphasé) disponible en version « StandAlone » pour une gestion locale et en version « FutureNet » et « InverterNet » pour une communication avancée compatible avec la gestion de flotte ou avec la combinaison à un onduleur solaire Fimer. La version monophasée (3,7 kW et 7,4 kW) intègre la gestion dynamique de puissance (load management), parfaitement adaptée à un usage résidentiel, grâce au capteur de courant fourni. L’application MyFIMERwallbox donne pleine visibilité à l’utilisateur. La version triphasée dispose aussi de limitation de puissance par l’ajout d’un compteur MID standard. Les parkings collectifs utiliseront la gestion RFID, la communication avancée OCPP 1.6 Json et la configuration maître/esclave pour gérer différents points de charge d’un ou plusieurs sites ;

  • la borne sur pied FLEXA AC STATION pour usage en voirie et environnement exigeant en 2x 22 kW (minimum 3,7 kW), est disponible aussi en différentes versions d’interopérabilité. Sa solidité (IK10), son autodiagnostic pour réarmement automatique et sa continuité de service par super-condensateur en font une borne robuste à haute disponibilité d’usage.
Borne FIMER Electra DC pour recharge rapide
©FIMER

La solution FIMER ELECTRA DC est adaptée aux besoins de recharge rapide en courant continu. Outre sa robustesse et son interopérabilité native, la station de recharge FIMER ELECTRA DC se caractérise par la recharge simultanée de 3 véhicules (2 en DC et 1 en AC 43 kW). Basée sur une technologie modulaire interne, la même enveloppe est configurable et peut être commandée en version 150 kW DC ou en 60 kW, 90 kW, 120 kW DC et évoluer dans le temps par modules de 30 kW. Cela fait d’elle une solution compacte, polyvalente et flexible.

L’installation de bornes de haute puissance pour des recharges rapides est de plus en plus demandée

L’installation de bornes de recharge de 100 à 300 kW, voire au-dessus, se poursuit pour les stations de recharge rapide des autoroutes et grandes voies de circulation, mais concerne aussi des entreprises, des centres commerciaux ou des parkings urbains. Ces bornes de forte puissance vont également intéresser des entreprises pour la recharge de véhicules industriels, la recharge rapide de véhicules utilitaires ou de collaborateurs.

Borne SICHARGE D de Siemens
©Siemens

Comme l’explique Uri Schmalbach, Head of Cities, Airport and Transport de Siemens Smart Infrastructure France : « Siemens propose une gamme de bornes de recharge de 7,4 à 300 kW AC et DC. Pour les bornes de puissance SICHARGE D, l’évolutivité et la modularité sont des paramètres très importants. Nous les proposons avec une puissance qui peut évoluer de 160 à 300 kW en ajoutant des modules plug and play ou avec la possibilité d’augmenter le nombre de prises. C’est important pour des entreprises dont les besoins vont évoluer dans les années qui viennent. Cette borne SICHARGE D permet aussi d’optimiser le niveau de puissance mis à disposition pour les différents véhicules en recharge sur la même borne.

Il faut avoir aussi une réflexion sur les cas d’usage ; par exemple un hôtel n’aura probablement pas besoin de recharge rapide pour les clients qui rechargent leurs véhicules pendant la nuit. Le supermarché proposera plutôt une recharge rapide en 30 minutes ou 1 heure pendant les achats du client.

Station de recharge rapide Siemens pour Station-e, opérateur de mobilité durable
©Siemens

En entreprise, on peut avoir un mix entre recharges lente et rapide : nous avons l’exemple d’un immeuble de bureaux où nous avons installé une borne de 300 kW pour les clients et des bornes 7,5-22 kW pour les collaborateurs. Dans ce cas, nous proposons le renforcement du réseau de puissance électrique avec un système de gestion GTB pour le pilotage énergétique global du bâtiment : l’objectif est de mettre à disposition le maximum de puissance pour la recharge, mais en prenant toujours en compte en temps réel la demande pour tous les usages du bâtiment (chauffage, éclairage…). La borne est un élément technique supplémentaire qui doit s’intégrer dans l’écosystème de gestion de ce bâtiment (éclairage, sécurité, incendie, contrôle d’accès…). »

Les recharges rapides et ultrarapides nécessitent des composants performants et fiables pour des puissances qui peuvent atteindre 500 kW.

Phoenix Contact a développé depuis plus de 10 ans une offre complète de composants et solutions, aussi bien pour électrifier les véhicules que pour réaliser des bornes qui couvrent l’ensemble des besoins des exploitants et utilisateurs. Sous le nom de CHARX, cette offre regroupe les prises de charge compatibles HPC (High Power Charging) pour les véhicules électriques et tous les composants requis pour les bornes, de la borne murale AC à la station de recharge rapide CCS (Combined Charging System) pour des puissances allant jusqu’à 500 kW. Cela inclut des contrôleurs de charge AC ou DC (CHARX control), les modules d’électronique de puissance DC (CHARX power), les câbles de charge AC et DC (CHARX connect) ou les prises de charge côté infrastructures. CHARX manage, logiciel de gestion de la charge, est une suite logicielle pour la gestion pratique de stations de charge avec gestion dynamique des charges – utilisation intuitive, évolutive et parfaitement intégrable dans les systèmes de gestion des bâtiments.

Borne équipée de modules CHARX de Phoenix Contact
©Phoenix Contact

Les modules de puissance DC CHARX power pour montage en rack et armoires adaptées pour l’exploitation de stations de recharge rapide sont très efficaces, modulaires, avec possibilité de changement à chaud. Cela permet de réaliser des parcs de recharge évolutifs et extensibles de manière flexible, grâce aux systèmes modulaires évolutifs, des produits communicants et des interfaces ouvertes.

 

 

L’offre de services est importante pour garantir la disponibilité des bornes

Il est important, et cela revient dans toutes les enquêtes auprès d’utilisateurs de bornes publiques ou privées, de garantir une disponibilité et un temps de fonctionnement maximum de ces équipements.

Pour Uri Schmalbach, « cela passe par des bornes communicantes pour une intégration aux réseaux locaux et distants. Cela va permettre d’anticiper les défauts, de procéder à des dépannages à distance, avoir un firmware à jour pour des questions de cybersécurité. Ces bornes permettent aussi une gestion de services à distance tels que l’identification des utilisateurs, la gestion des privilèges (paiement). Ces services passent par la formation, le développement et l’évolution des compétences de nos équipes pour assurer cette maintenance préventive et corrective. De plus en plus de clients veulent un concept global de services. »

Comme le précise Hager France,  «  nous avons toute une approche liée à la maintenance et aux services pour nous assurer que ce que nous proposons sera pérenne. Nous disposons d’une hotline dédiée à la mobilité électrique en lien avec nos experts techniques, d’un centre de formation agréé par Qualifelec pour tous les clients qui souhaitent suivre une formation. Nous disposons aussi d’une offre de pièces détachées à la disposition des clients et installateurs.

Des décrets d’application sont en train d’évoluer pour qu’il y ait une meilleure structure du marché et répondre aux différents besoins : étude technique, installation, mise en service, maintenance, pour un marché plus sécurisé pour l’utilisateur. Ces travaux se font en collaboration avec Qualifelec, l’Afnor et l’Avere. »

Quel avenir pour le V2H (Vehicule to home) ?

Les bornes de recharge pour parking de Certas associé à Engie
©Engie-credit PunkAgency

Au fur et à mesure que la proportion d’énergie éolienne et solaire dans le mix électrique augmente, le dilemme fondamental associé à ces deux sources d’énergie renouvelables demeure : premièrement, le problème que l’électricité ne peut pas toujours être fournie lorsqu’elle est nécessaire et, deuxièmement, les jours ensoleillés et dans des conditions de vent fort, il y a souvent un manque de capacités tampons pour stocker l’énergie générée.

Ce dilemme peut être résolu par un projet de recherche tourné vers l’avenir entre Hager Group et Audi AG utilisant un prototype de véhicule basé sur l’Audi e-tron, qui, en plus d’être utilisé comme véhicule entièrement électrique sur la route, peut également, grâce aux composants Hager, être utilisé comme système de stockage d’énergie mobile. À l’avenir, la technologie de recharge bidirectionnelle utilisée permettrait aux véhicules électriques d’améliorer considérablement le bilan énergétique de leurs propriétaires.

« Les systèmes de stockage d’énergie du véhicule peuvent théoriquement être connectés au réseau électrique via n’importe quelle connexion domestique. Les propriétaires qui produisent de l’énergie solaire sur leur toit peuvent la stocker localement dans leur voiture et l’utiliser dans la maison si nécessaire. C’est ce que l’abréviation V2H signifie : Vehicle to home. E3/DC, filiale de Hager Group, a passé des années à perfectionner la technologie de base nécessaire pour cela dans la centrale photovoltaïque domestique de leurs propriétaires. »

Jean-Paul Beaudet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.