Philippe Estingoy, directeur général de l’Agence Qualité Construction

Le programme Profeel, financé par les CEE et piloté par l’Agence Qualité Construction (AQC) et le CSTB vise à créer des outils et des méthodes pour améliorer la performance énergétique des bâtiments. Philippe Estingoy, directeur général de l’AQC, revient sur les différents projets créés dans le cadre de Profeel et dévoile les principaux axes de travail de Profeel 2.

Pouvez-vous nous présenter le programme Profeel ?
Philippe Estingoy – Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, des objectifs ambitieux avaient été fixés pour les bâtiments, avec des exigences énergétiques et environnementales et un besoin d’amélioration de la performance des constructions. Un premier programme, intitulé « Règles de l’art Grenelle de l’environnement » (RAGE), avait pour objectif de travailler sur les leviers techniques et scientifiques pouvant améliorer la technicité et la performance des matériaux mis en œuvre. Le deuxième programme, intitulé PACTE, a poursuivi des productions dans le prolongement de RAGE, avec en plus des outils pour la formation des acteurs du bâtiment, la diffusion de retours d’expériences, des documents de « vulgarisation », des outils de mesurage. Le troisième programme, Profeel, financé par les Certificats d’économies d’énergie (CEE) a élargi le champ d’action avec deux axes majeurs : donner envie aux donneurs d’ordre de se lancer dans une opération de rénovation et créer la confiance entre les donneurs d’ordres et les entreprises d’ingénierie. Profeel s’est terminé le 31 décembre dernier.

Quels sont les principaux projets issus du programme Profeel ?
P.E. – Sur le premier volet, qui consiste à aider au déclenchement de travaux performants, je peux citer plusieurs déclinaisons : Go Rénove rassemble des bases de données qui, traitées grâce à l’intelligence artificielle, donnent des axes d’améliorations par typologie de bâtiments. Il comprend des outils spécifiques à destination des bailleurs sociaux. RénoStandard découle de la même volonté en livrant quelques références de solutions de rénovation. Dans une boîte à outils, nous avons donné des exemples de la démarche Densifier et Rénover. Autres ressources, un guide sur la « low-tech » avec notamment la publication d’une bande dessinée et une série de podcasts. Sur le second volet, axé sur les enjeux de confiance, nous avons mis au point des fiches d’autocontrôle à destination des entreprises de travaux et des fiches de réception de travaux. À ce jour, plus de 100 000 fiches ont été téléchargées. Nous avons également développé une application, Check’Réno, qui intègre l’ensemble de ces fiches, ainsi que des outils d’aide à la conception, notamment PAC’Reno pour le dimensionnement des pompes à chaleur et Conduits’Réno pour la conception des conduits de fumée.

Pouvez-vous revenir brièvement sur le projet Sereine ?
P. E. – Sereine est un projet de mesure de la performance énergétique intrinsèque de la construction. Il s’agit d’un dispositif de mesure de la performance de l’enveloppe et des équipements intégrant une métrologie intérieure et extérieure au bâtiment, combinée à de la ventilation et du chauffage. Nous avons réussi à réduire le temps de mesurage à 24 h pour les maisons isolées par l’intérieur et 48 h pour les maisons isolées par l’extérieur, alors que le protocole européen existant prévoit 21 jours.

Quels sont vos projets et actualités pour l’année à venir ?
P.E. – À la suite de Profeel, nous avons lancé Profeel 2, qui donne une suite à la démarche. Nous avons développé des services complémentaires, notamment Quartet pour améliorer le confort sanitaire, thermique et acoustique des constructions rénovées et RestaurEval pour développer des solutions techniques innovantes dédiées aux rénovations globales. Nous avons consolidé ce qui a été produit et développé, avec Go Rénove 2 et Sereine 2. Enfin, nous avons mis au point de nouveaux outils, à l’image d’Interface, qui explicitera les dispositions à prendre pour traiter l’interface entre les parties de construction des différents corps de métier du bâtiment, ou encore Rénoptim, qui vise à trouver des leviers pour freiner la consommation de climatisation en améliorant le confort d’été. Le programme Profeel 2 rendra ses conclusions fin 2024.

Propos recueillis par Alexandre Arène

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.