Réseaux fibre optique, déjà la fin du cuivre ?

Orange l’a annoncé, il n’installe plus de cuivre dans les immeubles neufs. Place au 100 % fibre ! Dans une annonce d’avril 2014, le groupe envisageait de stopper le raccordement en cuivre dans les logements pour n’installer que de la fibre optique à partir de 2016. L’opérateur revient sur sa décision et anticipe la procédure. Depuis le 1er décembre 2014, certains immeubles neufs ne sont tout simplement plus raccordés au réseau cuivre. Après 150 ans de réseaux cuivre, de téléphonie commutée (RTC) et d’ADSL (ou de VDSL). Internet, mais aussi le téléphone fixe, emprunteront obligatoirement la fibre (ou, dans une moindre mesure, le câble).

Et l’obligation du service universel ?
Tout permis de construire autorisé depuis le 1er avril 2012 oblige les promoteurs immobiliers à installer la fibre mais également le réseau cuivré au sein des immeubles. Avec la décision d’Orange, ce réseau privé ne sera pas raccordé au réseau public.
Mais Orange, en tant qu’ex-France Telecom, est régi par le code des postes et des communications électroniques qui lui impose, en tant qu’unique délégataire du service universel, le raccordement et la fourniture d’un service téléphonique à toute personne le demandant. Peu importe la technologie utilisée, rétorque Orange.
Or, depuis juillet dernier, l’opérateur rend exactement les prestations du service universel via la fibre.

Fibre : un potentiel de mobilisation de plus de 19 000 emplois d’ici à 2022.

C’est-à-dire que des offres tarifaires ont été commercialisées et proposent l’abonnement téléphonique traditionnel, au même tarif et dans les mêmes conditions en installant une box bridée par l’opérateur. Par contre, le client doit brancher son téléphone sur IP, comme pour le téléphone par Internet.
Qu’il est loin le bon vieux téléphone analogique qui fonctionnait par tout temps même sans courant !

Accroître les performances des entreprises

La fibre optique entreprise : des usages de communication de plus en plus intenses

  • Augmentation de la capacité des boîtes mails ;
  • poids croissant des fichiers échangés ;
  • mises à jour fréquentes de fichiers applicatifs ;
  • navigation sur Internet en haute définition ;
  • mise à disposition de postes de travail de plus en plus performants pour les collaborateurs où qu’ils se trouvent.

De nouveaux usages, source de productivité

Les besoins en débit sont proportionnels à l’accroissement des usages et nécessitent de plus en plus de bande passante en entreprise. Pour les entreprises, le très haut débit est incontestablement une source de productivité avec, notamment, l’accès à de nouveaux usages :

  • les nouveaux outils de travail collaboratif, avec notamment le partage de document ;
  • le stockage et la sauvegarde systématique des données du poste de travail et des serveurs ;
  • la visioconférence ainsi que les audioconférences de groupe ;
  • la téléphonie sur IP en qualité haute définition ;
  • le développement d’applicatifs très gourmands en bande passante comme les ERP (progiciels de gestion intégrés) ou la CAO (conception assistée par ordinateur) par exemple ;
  • le Cloud Computing et ses applications en mode SaaS (Software as a Service) hébergées à l’extérieur de l’entreprise ;
  • la vidéo pour la gestion de la relation client multicanal par exemple.

L’évolution vers la fibre optique est directement liée à l’accroissement de l’utilisation d’Internet et/ou de l’intranet dans les entreprises. C’est une course aux débits que les opérateurs, équipementiers et fournisseurs de services sont en train de mener pour satisfaire les besoins des entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.