Les interphones sans fil Intratone portent la croissance de Cogelec

Avec sa première offre d’interphonie par GSM lancée dès 2007, Intratone a eu raison avant l’heure. Aujourd’hui, portée par la crise sanitaire qui privilégie le sans-contact, et par une offre économique et facile à installer dans le neuf comme en rénovation, Cogelec démocratise les solutions d’accès digitales. Cédric Mazet, responsable marketing de Cogelec, nous dévoile les nouveautés d’Intratone et des nouvelles marques Rozoh et Kibolt.

«En France, 1 interphone installé sur 3 est un Intratone.»
Cédric MAZET, Directeur marketing de Cogelec/Intratone

Comment se portent Cogelec et sa principale marque, Intratone ? 

Cédric Mazet – Cogelec est une entreprise implantée en France et en Europe, cotée en Bourse et toujours en pleine croissance. Nous avons dépassé les 300 collaborateurs dans le monde et nos résultats 2021 sont vraiment très bons. Cogelec est portée par le développement d’Intratone, qui équipe aujourd’hui 1,5 million de logements en France et en Europe. En France, on estime que 1 interphone nouvellement installé sur 3 est un Intratone. Et en interface GSM, notre part de marché atteint 90 %. La crise sanitaire a été un atout pour l’interphone GSM, et pour Intratone, un véritable accélérateur de croissance. Pour l’installation, on intervient uniquement au bas de l’immeuble, il n’y a plus à rentrer dans les logements. Les résidents se servent de leur propre téléphone pour répondre. Ensuite, nos clients profitent de la gestion à distance en temps réel pour programmer un badge, ajouter ou supprimer un numéro de téléphone, changer un nom à la fois sur l’interphone et sur l’étiquette digitale des boîtes aux lettres. 

L’an dernier, nous avons mis en avant notre gamme sans contact, une exclusivité Intratone née en 2017. Cette gamme a pris tout son sens en cette période où l’on fait attention à ne pas toucher les surfaces, pour entrer, avec les lecteurs de badge, comme pour sortir, avec les boutons de sortie sans contact. Nos produits étaient déjà là. En fait, nous étions déjà prêts pour l’après-Covid et le télétravail ! 

Nos solutions sont faciles à mettre en œuvre, sans grands travaux, plug and play, et adaptées à la rénovation. Forts de l’expérience d’Intratone en France, nous nous développons aussi en Europe, en nous adaptant aux cultures locales. Les Allemands, par exemple, préfèrent des interphones à boutons plutôt qu’à défilement de noms : nous sommes les seuls à proposer un interphone à boutons avec des étiquettes digitales gérables à distance.  

Pour 2022, nous préparons une gamme de capteurs, par exemple pour notifier l’ouverture d’une porte à un gestionnaire de bâtiment. Et on se relance sur le marché de l’habitat particulier avec, au printemps, l’arrivée d’un kit villa GSM en version vidéo. Il y a une forte demande pour recevoir directement les appels de l’interphone sur son portable. Le GSM, c’est zéro câblage, pas de limites de distance pour les grandes propriétés, on peut répondre de n’importe où… Et on inclura à cette offre 15 ans de communication.  

À qui s’adresse votre autre marque Rozoh ? 

M. – Dans l’univers Cogelec, la marque Rozoh est dédiée aux collectivités territoriales et au tertiaire. C’est une gamme complète avec de l’interphonie, du contrôle d’accès… Après une première année à affiner notre offre, nous doublons notre force commerciale pour nous lancer à 100 % en 2022. Nous étions par exemple présents au Salon des maires de France. Les mairies sont notre principale cible pour implanter la marque, d’abord dans les communes de 10 000 à 50 000 habitants. En termes d’accès aux services, nous proposons des communications illimitées, plus adaptées au tertiaire et aux collectivités. Nous serons aussi très présents dans la distribution avec de l’affichage, de la PLV, des offres promotionnelles.

Et que devient votre marque de clé universelle Kibolt  

M. – L’annonce il y a un an était encourageante. Mais il manquait des fonctionnalités et on a préféré réfléchir à une version 2, pour une commercialisation à partir de septembre 2022. Dans la clé Kibolt, on retrouve toute l’intelligence d’un badge avec la programmation sur plages horaires, etc. Mais là, il n’y a pas besoin d’électrifier la porte. C’est la clé qui est alimentée par une pile. En l’insérant dans le cylindre Kibolt, on transmet suffisamment d’énergie pour ouvrir la porte, mais aussi pour transférer des informations du système de contrôle d’accès. Par exemple, si j’ai une clé rouge et une clé bleue et que je perds la bleue, je la désactive sur le site Kibolt. Quand je vais insérer la clé rouge dans le cylindre, ça désactivera la clé bleue.

Le produit est génial, c’est un outil unique. Demain, on aura la même clé pour ouvrir sa résidence principale, son garage, sa résidence secondaire, les locaux de son entreprise… Et on pourra dupliquer les propriétés d’une clé si on la perd. On passe du trousseau de clés à une clé unique, intelligente, duplicable.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.