HCL : B.E.G. pour un éclairage bien-être qui suit le rythme circadien

Cahier technique HCL © B.E.G.
© B.E.G.

Benoît Henneton, responsable marketing, et Ludovic Bécourt, responsable prescription, expliquent comment B.E.G., spécialiste de la gestion de l’éclairage, a développé des solutions HCL depuis 2019, en particulier via des systèmes de détection.

Pour la gestion de l’éclairage en HCL, B.E.G. propose plusieurs solutions.Quelles technologies utilisez-vous ?
Benoît Henneton – Un petit rappel sur la notion d’HCL : de la qualité de l’éclairage va dépendre un certain nombre d’effets sur notre état physique, mais aussi sur notre moral. En effet, la lumière artificielle a un impact sur la santé, la productivité et la sensation de bien-être. Comme nous passons une bonne partie de notre temps à l’intérieur des bâtiments, l’amélioration des conditions de notre environnement n’a jamais été aussi importante. Nous savons que nos photorécepteurs conduisent non seulement à la vision, mais qu’ils ont également des effets sur la physiologie de l’être humain. Il en résulte que la lumière a une influence sur le niveau hormonal quotidien, initiant des changements continus à mesure que la journée avance, qui soutient le rythme circadien, responsable de notre horloge biologique interne, déterminant le cycle sommeil/éveil de notre corps. Les solutions HCL s’appuient sur le cycle de la lumière naturelle pour reproduire, ou tout au moins s’approcher le plus possible de ses effets bénéfiques. Ainsi, les lieux de travail deviennent des espaces d’inspiration capables de stimuler l’humeur, le comportement et le niveau d’énergie des personnes. Il favorise également une meilleure performance, la capacité de concentration et le niveau de confort.

Ludovic Bécourt – Nous avons regroupé, au sein d’un même outil, la fonction de changement de températures de couleur selon le moment de la journée et celle de détection de présence. Notre innovation a permis l’automatisation de ces fonctions de variation de température et d’intensité lumineuse en incluant la détection de présence. Ainsi, tout est centralisé sur le détecteur et les réglages sont effectués en usine : le seuil lumineux (niveau d’éclairement), la temporisation, et la planification des scénarios sur des plages horaires. Ces réglages ont été simplifiés pour une utilisation facile par le client final, mais sont quand même modifiables, via un smartphone, par ce dernier de façon à adapter la solution à ses besoins. L’application bidirectionnelle B.E.G. One permet ainsi de contrôler à distance l’ensemble de l’installation, les groupages, les valeurs de luminosité, etc. Ces solutions ont été principalement conçues pour des applications tertiaires, bureaux et salles de classe, notamment ; ils sont d’autant plus pertinents s’ils sont installés dans des espaces où il y a très peu de lumière naturelle : par exemple dans des locaux en sous-sol ou bien orientés plein nord et bénéficiant de très peu d’ensoleillement.

Quelles sont les valeurs prédéfinies du système ?
Benoît Henneton – Les températures de couleur peuvent varier d’une teinte chaude de 2700 K à une ambiance froide et stimulante de 6 500 K. La temporisation propose une plage de 1 minute à 150 minutes (à partir de la dernière détection), ce qui est rarement utilisé, et peut s’accompagner d’une baisse progressive du flux lumineux qui peut descendre jusqu’à 5 %.

Ludovic Bécourt – Précisons qu’à la première mise en service, pour que le détecteur identifie les luminaires qui lui ont été connectés, il faut entrer en mode de programmation avec le smartphone, faire clignoter les luminaires pour les adresser. De plus, nous proposons un câblage standard et traditionnel que nos clients et les installateurs connaissent, à savoir un bus DALI, soit un détecteur pour 64 luminaires avec une couverture de 452 m² en position debout et 32 m² pour une activité assise. Si cela s’avère nécessaire, il reste la possibilité d’ajouter un détecteur esclave au détecteur principal. B.E.G. propose désormais une gamme de luminaires équipés des fonctions HCL.

 

• • •

À lire aussi dans le Cahier technique de Lumières N°35 consacré au Human Centric Lighting  ou HCL :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.